Publié le 03 août 2022

ENVIRONNEMENT

Sécheresse : le monde agricole recherche une solution entre assurance et adaptation

Forêts brûlées, lacs asséchés, récoltes anéanties par les températures anormalement élevées : les images de paysages ravagés par la sécheresse se multiplient. Alors qu’un nouvel épisode de canicule débute, les agriculteurs sont sur le qui-vive pour sauver leurs productions. Pour les protéger, l'État a réformé le système d’assurance, sans le rendre obligatoire. Mais les indemnisations sont jugées inefficaces. Des scientifiques et agriculteurs militent davantage pour une adaptation de l’agriculture au changement climatique. 

Secheresse betail agriculture france Philippe Desmazes AFP
Face à la sécheresse, les éleveurs doivent nourrir leur bétail avec les provisions pour l'hiver prochain.
@Philippe Desmazes / AFP

Après un mois de juillet qualifié de deuxième mois le plus sec depuis 1959, la sécheresse et la canicule pèsent sur les grandes cultures. Résultat, la France connaît déjà une baisse générale de sa production, selon les chiffres officiels de l'Agreste cités par l'agro-climatologue Serge Zaka.

L’inquiétude monte aussi sur la production de fourrages avec des prairies qui ne sont déjà plus en mesure de nourrir le bétail dans de nombreuses régions de France. "Aujourd’hui les éleveurs français sont obligés de nourrir leurs animaux en pâture avec du foin récolté il y a deux mois mais qui était prévu pour cet hiver", alerte Bruno Cardot, éleveur dans les Hauts de France, sur Twitter.

En temps normal, les éleveurs commencent à nourrir les bêtes avec du fourrage à partir d’octobre ou novembre, quand l’herbe n’est plus assez abondante. "Cela va être très, très inquiétant pour cet hiver", martèle l’agriculteur. Cette production est "fortement corrélée à l'indice hydrique des sols qui est en baisse de 21 % au 20 juillet et jusqu'à -63 % en PACA", souligne Serge Zaka.

Partage du risque entre l’État, les agriculteurs et les assureurs

La situation ne va pas s’améliorer à court terme. Le pays connaît en effet un troisième épisode de canicule. Pour faire face à ces sécheresses et aux aléas climatiques qui vont se multiplier avec le réchauffement climatique, l’État a prévu un nouveau régime universel d’indemnisation des pertes de récoltes résultant d’aléas climatiques. Il sera opérationnel au 1er janvier 2023.

Ce régime a, selon les attendus de la loi, vocation à partager le risque entre l’État, les agriculteurs et les assureurs. Le dispositif prévoit trois étages de couverture des risques : les risques mineurs restent pris en charge par l'agriculteur, ceux d’intensité moyenne seront mutualisés entre les territoires et les filières par le biais d'un contrat d’assurance récolte (MRC) dont les primes font l’objet d’une aide de l’État. Enfin, les risques dits catastrophiques seront couverts par le fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA). Les assureurs du secteur sont contraints d’y adhérer afin de partager les données et mutualiser les risques, pour établir une prime d'assurance la plus juste possible.

Quant aux agriculteurs, ils ne sont pas obligés de souscrire à un système d’assurance récolte. Toutefois, les conditions d’indemnisation seront moins favorables pour ceux n'ayant pas de contrat. Par ailleurs, un dispositif de "modulation" de l'aide à l'installation incite les jeunes agriculteurs à souscrire une assurance multirisque climatique dès leur entrée en activité. Avec ces incitations, le ministère souhaite que la moitié des cultures soient assurées d'ici à 2030 alors que la profession est aujourd'hui très peu couverte pour les risques climatiques - en dépit de primes d'assurance subventionnées à 65 % par la Politique agricole commune (PAC).

Pour des systèmes "plus résilients au changement climatique"

Les décrets d'application de cette réforme votée en mars dernier sont toujours en négociation, mais elle est déjà jugée insuffisante. Des élus dénoncent en effet la place prépondérante donnée au secteur privé. La Confédération paysanne plaide également pour la création d'un "fonds mutuel et solidaire" impliquant notamment les filières. Le syndicat milite aussi pour un accompagnement vers des "systèmes plus résilients au changement climatique", confie au Pèlerin Denis Perreau, agriculteur en Côte-d'Or et l'un des secrétaires de la Confédération paysanne. 

Un souhait également défendu par des chercheurs qui appellent à adapter les cultures au changement climatique. L’Institut national de la recherche agronomique (Inrae) a notamment lancé le programme Déroval qui planche sur le développement de cultures en mesure de produire avec peu d’eau. D’autres programmes comme l'outil "AgriAdapt - AWA" de Solagro facilite également l’adaptation des exploitations à la nouvelle donne climatique.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Montage photo ok

Paysages calcinés, lacs asséchés, animaux morts, fleuves taris… l’été caniculaire en 8 photos choc

Des vagues de chaleur s'abattent sur l’Hexagone depuis le début de l’été et mettent les écosystèmes à rude épreuve. Chaque nouvel épisode de sécheresse accable un peu plus la faune et la flore qui paient un lourd tribut de cet été historiquement chaud en métropole. Des photos déjà tristement...

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...

Prof discute

Poussés par les étudiants, les profs aussi bifurquent

Conscients de l'urgence environnementale et sociale, certains professeurs de l'enseignement supérieur répondent aux appels des étudiants en actualisant leurs cours avec des connaissances désormais incontournables sur le changement climatique et les responsabilités qui incombent à tous. Comptabilité,...