Publié le 07 octobre 2021

ENVIRONNEMENT

Le prix de Nobel de physique 2021 décerné à un trio d'experts sur le changement climatique

Le prix Nobel de physique a été attribué cette année à deux pionniers des recherches sur le climat et à un expert des systèmes complexes. Les recherches en climatologie n'avaient pas été mises à l'honneur depuis plus de 25 ans. Les acteurs de la climatologie espèrent que cette récompense trouvera un écho politique, à un mois de la COP26. 

Lauréats nobel physique ll. Niklas Elmehed © Nobel Prize Outreach
Les trois lauréats du prix Nobel de physique (de gauche à droite) : Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann and Giorgio Parisi.
Ill. Niklas Elmehed / © Nobel Prize Outreach

Les travaux sur le climat n'avaient pas été mis à l'honneur depuis 1995 avec les recherches sur la couche d'ozone. En pleine alerte sur le réchauffement planétaire, le Nobel de physique 2021 a sacré le 5 octobre deux experts de la question pour une première moitié du prix, l'Américano-japonais Syukuro Manabe, 90 ans, et l'Allemand Klaus Hasselmann, 89 ans "pour la modélisation physique du climat de la Terre, pour en avoir quantifié la variabilité et prédit de façon fiable le réchauffement climatique".

Les travaux fondateurs de Syukuro Manabe sur l'effet de serre dans les années 1960 ont permis de montrer que les niveaux de CO2 dans l'atmosphère correspondaient à la hausse des températures terrestres. Klaus Hasselman est quant à lui parvenu à établir des modèles climatiques fiables malgré les grandes variations météorologiques, permettant de faire émerger une tendance du chaos quotidien. Dès 1988, ce chercheur allemand avait mis en garde contre un changement climatique "irréversible", a rappelé l'Institut allemand Max Planck où il travaillait. "Dans 30 à 100 ans, selon la quantité d'énergie fossile que nous consommerons, nous ferons face à un changement climatique très significatif", avait-il prédit. 

Une répercussion politique à un mois de la COP26 

À un mois de la COP26, le sommet mondial pour le climat organisé à Glasgow, la récompense attribuée à ces deux experts en météorologie et en climatologie pourrait avoir un écho politique. Pour "les dirigeants mondiaux qui n'ont toujours pas compris le message, je ne suis pas sûr qu'ils vont le comprendre parce que nous le disons, a cependant déploré Thors Hans Hansson, un des membres du comité Nobel. Mais c'est un prix de physique et ce que nous disons c'est que la modélisation du climat est solidement basée en physique". 

Le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat (GIEC), auxquels Syukuro Manabe et Klaus Hasselmann ont contribué, a salué un prix "encourageant" pour les climatologues. "Quelle incroyable reconnaissance pour les sciences du climat, combinant modélisation climatique et travaux théoriques […] a ajouté sur Twitter le climatologue français Christophe Cassou, qui a lui aussi participé aux travaux du GIEC. Les conclusions fortes et sans équivoque du sixième rapport du GIEC sont l’héritage de ces pionniers !" Le GIEC avait reçu le prix Nobel de la Paix en 2007, aux côtés de l’homme politique étatsunien Al-Gore, connu notamment pour son engagement pour l'environnement.

"Grande nouvelle"

À Genève, l'Organisation Météorologique mondiale (OMM) a parlé de "grande nouvelle". "Cela démontre à nouveau que la science climatique est fortement valorisée et doit être fortement valorisée", a déclaré son secrétaire général Petteri Taalas.

Si l'autre moitié du prix de physique 2021 n'est pas directement liée au climat, le troisième lauréat, Giorgio Parisi, 73 ans et travaillant Rome, a été récompensé "pour la découverte de l'interaction du désordre et des fluctuations dans les systèmes physiques de l'échelle atomique à planétaire". La météorologie étant un exemple de domaine très fluctuant tandis que le climat suit de grandes tendances. "Je crois que le prix est important non seulement pour moi mais aussi pour les deux autres, car le changement climatique est une menace immense pour l'humanité et il est extrêmement important que les gouvernements agissent résolument et le plus vite possible", a commenté Giorgio Parisi au cours d'une conférence de presse.

Les trois hommes se partageront les 10 millions de couronnes suédoises (près de 990000 euros) de la récompense. En juillet, la fondation Nobel a annoncé que l'argent reversé ne serait plus issu du pétrole : elle a choisi de verdir son portefeuille en se débarrassant de ses parts dans le secteur. 

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IMG ours renne @Izabela Kulaszewicz

Réchauffement climatique : les images inédites d'un ours chassant un renne

C'est une scène inhabituelle. Pour la première fois, un ours polaire a été filmé en train de chasser et se nourrir d'un renne dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège. Un phénomène qui semble se multiplier à mesure que la banquise, terrain de chasse des ours, disparaît.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...