Publié le 01 juin 2022

ENVIRONNEMENT

Plus de 100 morts dans des inondations au Brésil, l’urbanisation sauvage et le changement climatique pointés du doigt

Le nord-est du Brésil est une nouvelle fois frappé par des inondations et des glissements de terrain impressionnants. Le dernier bilan provisoire, publié le 31 mai, fait état de 106 morts et de plus de 6 000 sans-abris. Cette catastrophe met une nouvelle fois en évidence les risques de l’urbanisation sauvage et de la destruction de l'environnement, avec des habitations précaires bâties à flanc de colline sans aucune autorisation, mettant des millions de Brésiliens en danger.  

Inondations glissements de terrain bresil recife mai 2022 BRENDA ALCANTARA AFP
Des soldats, des pompiers et des habitants recherchent des victimes un jour après un glissement de terrain dans la communauté Jardim Monte Verde, à Recife, État de Pernambuco, Brésil, le 29 mai 2022.
BRENDA ALCANTARA / AFP

En quelques heures, il est tombé 70 % de ce qui est normalement attendu pour un mois de mai. L’État du Pernambouc, dans le nord-est du Brésil, a été frappé par des pluies torrentielles et des glissements de terrain la semaine dernière. Ils ont fait plus de 100 morts en seulement quelques jours, selon un bilan encore provisoire. La ville de Recife, qui compte près de quatre millions d’habitants, a été particulièrement touchée. Des maisons dans les favelas se sont effondrées et des quartiers entiers ont été ensevelis sous les eaux.

La région du Nord-Est est habituée à ces "vagues de l’Est" qui apportent chaque année des pluies massives en provenance d’Afrique. Mais il existe un facteur aggravant, selon les experts du Metsul, l'institut météorologique brésilien : plus la mer est chaude, plus l'instabilité est grande. Dans le cas présent, la température de surface de la mer est supérieure à la moyenne dans toute la région côtière du Nord-Est et dans les zones de l'Atlantique où les vagues orientales progressent. En outre, l'urbanisation sauvage mais aussi la destruction de l’environnement ne permettent pas de faire face à ces catastrophes.

"La pluie en soi ne tue pas"

Le spécialiste en catastrophes naturelles José Marengo a confirmé à l'AFP que ces précipitations exceptionnelles étaient dues au réchauffement climatique, mais étaient surtout meurtrières à cause de l'urbanisation sauvage. "La pluie en soi ne tue pas. Ce qui est mortel, c'est la pluie sur des habitations situées dans des zones à risque", explique ce coordinateur des recherches du Centre national de surveillance et d'alerte des désastres naturels du Brésil (Cemaden). Selon lui, les autorités sont "coupables" d'avoir "permis des constructions dans des zones à risque, où vivent des populations pauvres qui n'ont nulle part où aller". 

"Il faudrait interdire toute construction à flanc de colline. Et si des gens y habitent déjà, il faut les retirer de là pour les reloger dans des endroits plus sûrs, et pas seulement après des catastrophes. Les villes doivent mieux s'organiser, d'autant plus que les précipitations sont de plus en plus intenses et violentes avec le changement climatique, comme nous l'avons vu dans le Pernambouc. Si les villes se sont pas prêtes, nous allons déplorer encore plus de morts. La saison des pluies ne fait que commencer dans le nord-est du Brésil, d'autres phénomènes extrêmes peuvent encore se produire cette année" explique-t-il.

Selon le Cemaden, environ 9,5 millions de Brésiliens vivent dans des zones à risque. Dans 825 municipalités du Brésil, il y aurait plus de 27 000 zones à risque, la plupart situées dans le sud, le sud-est et le nord-est, où le relief est plus accidenté et tend à fournir des risques plus fréquents d'inondations et de glissements de terrain. Il y a aussi "une forte pression du secteur immobilier pour construire sur la mangrove, alors qu’elle est notre principale alliée en cas d’inondation" indique le géographe Osvaldo Girao, interrogé par Le Monde.

Recife, parmi les villes les plus vulnérables au changement climatique

Cette tragédie n’est pas sans rappeler d’autres épisodes qui se sont produits plus tôt dans l’année dans le sud de l’État de Bahia en décembre, dans la région de Sao Paolo en janvier ou encore à Petropolis, près de Rio de Janeiro, en février dernier où 233 personnes avaient été tuées lors de pluies torrentielles et de coulées de boue. En campagne pour sa réélection, le président ouvertement climatosceptique Jair Bolsonaro, a survolé en début de semaine certaines régions touchées par les pluies dans le Grand Recife. Il a été critiqué pour avoir déclaré que ce type de catastrophe étaient "des choses qui arrivent".

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a classé la région métropolitaine de Recife comme l'une des villes les plus vulnérables au monde face au changement climatique. Majoritairement informel, le développement urbain de la ville a entraîné une disparition quasiment complète de la couverture végétale et une imperméabilisation croissante du sol urbain. 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Au Brésil, inondations meurtrières, déni climatique et violation des droits autochtones

Le Brésil connaît une nouvelle fois cet hiver des pluies torrentielles, provoquant des inondations records et des glissements de terrain meurtriers. Alors que les Brésiliens retourneront aux urnes en octobre prochain et qu'ils sont 60 % à désapprouver l'action du président actuel Jair...

Catastrophes naturelles : L’infographie qui montre que nous ne sommes pas sur la bonne voie pour réduire les risques

En Allemagne, en Espagne ou encore en Inde et au Pakistan, les tempêtes, les températures records et les inondations ont fait la Une des journaux ces derniers temps. Ça ne pourrait être là qu’un avant-goût de ce qui nous attend, à en croire le dernier bilan du Bureau des Nations Unies pour...

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de...

La forêt amazonienne brésilienne émet désormais plus de carbone qu’elle n’en absorbe

La Terre est en train de perdre l'un de ses poumons. Pour la première fois, la forêt amazonienne au Brésil a émis plus de CO2 qu'elle n'en a absorbé ces dix dernières années, révèle une étude parue dans la revue Nature Climate Change début mai. Les chercheurs ont observé que la dégradation...

Brésil : Jair Bolsonaro accusé de perpétrer un génocide contre les peuples autochtones en pleine pandémie

L'Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) a demandé le 12 août à la Cour Pénale Internationale d'ouvrir une enquête sur le président brésilien pour "génocide" et "écocide". L'association accuse le dirigeant d'avoir profité de la pandémie pour renforcer une "politique...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Glacier italie istock

Effondrement d’un glacier en Italie, typhon en Chine, canicule… un week-end catastrophe sous le signe du changement climatique

Ce week-end, des évènements extrêmes liés au changement climatique se sont enchaînés partout dans le monde. Alors qu’un glacier s’est effondré en Italie après un record de chaleur, un typhon s’est abattu sur la Chine. Autant de phénomènes qui nous rappellent l’urgence à agir et à s’adapter comme à...

EP ok jpg

"Non, il ne faut pas arrêter de faire des enfants pour sauver la planète", selon Emmanuel Pont

"Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?". C'est la question à laquelle répond Emmanuel Pont dans son dernier livre alors que nous serons bientôt 8 milliards d'êtres humains sur Terre. Il revient ainsi sur l’étude polémique de 2017 qui avait évalué le "poids" écologique d’une...

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...