Publié le 21 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

Pour la Banque mondiale, pas de lutte pour le climat sans prix du carbone

La lutte contre le changement climatique passe nécessairement par une tarification des gaz à effet de serre émis, et donc du carbone, a plaidé mercredi la directrice générale de la Banque mondiale en marge d'une réunion du G7 sur l'environnement.

Aujourd'hui, 46 pays ont donné une tarification au carbone.
@DR

"Nous pensons très fermement que nous pouvons envoyer un signal économique en lançant un prix fictif sur le carbone", a déclaré à l'AFP Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale, depuis Halifax, où se tient jusqu'à vendredi une rencontre du G7 consacrée à l'environnement, aux océans et à l'énergie.

Cette méthode de prix sur le carbone permet de mesurer le coût social des dossiers soumis à la Banque mondiale, en prenant en compte "les émissions de gaz à effet de serre dans l'évaluation et la priorisation des projets" privés et publics qu'elle finance, afin de pénaliser les plus polluants. "Nous sommes la dernière génération qui puisse faire quelque chose pour combattre les changements climatiques, mais nous sommes aussi la première qui doive vivre avec ses conséquences", a observé la directrice générale.

Tarification dans 46 pays

"Il y a un consensus parmi les scientifiques et les économistes pour dire qu'un prix sur le carbone est la meilleure manière de montrer aux économies qu'il faille changer de comportement", a relevé Kristalina Georgieva, ex-commissaire européenne.

Selon l'Institute for Climate Economics, que soutient la Caisse des dépôts, 46 pays et 26 États subnationaux avaient établi au 1er avril 2018 une politique de tarification carbone, via des taxes ou un système d'échange de quotas d'émission. Ces politiques ont généré 26 milliards d'euros de revenus l'an dernier, avec des prix allant de 1 à 114 euros la tonne. Mais cela est loin d'être suffisant selon l'OCDE.

"Nous voulons nous assurer que l'accord de Paris (sur le climat) est intégré dans chacune de nos mesures (et) nous cherchons très activement à agir pour fixer un prix sur le carbone", a dit la directrice générale de la Banque mondiale. L'appel de la Banque Mondiale intervient une semaine après l'avertissement lancé par le chef de l'ONU, Antonio Guterres : le monde a deux ans pour agir contre le changement climatique et éviter des "conséquences désastreuses".

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von den Leyen COP25 UE

Green Deal européen : 1 000 milliards d’euros sur les dix années à venir pour le climat

Mercredi 11 décembre, la nouvelle commission européenne révélera son Pacte vert. Tandis que sa présidente Ursula von der Leyen en a donné un avant-goût au cours de la COP25 en annonçant 1 000 milliards d’euros d’investissements sur 10 ans, le commissaire en charge de ce dossier, Frans Timmermans, a...

Manif climat changer le systeme

[Génération climat] Précarité étudiante et urgence climatique : les jeunes veulent changer de modèle

Alors que 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, l'immolation du jeune Anas K., 22 ans, devant le Crous de son université, pour dénoncer sa précarité financière, a marqué les esprits. Et relancé la question d'une transition juste. Plusieurs étudiants mobilisés dans des collectifs ou...

Inondations pixabay 01

Événements climatiques extrêmes : la France, quatrième pays le plus touché au monde en termes de décès

Les Philippines de nouveau balayées par un typhon, l’Australie en proie à d’incontrôlables incendies, l’Afrique de l’Est touchée par des pluies torrentielles et le sud-est de la France noyée par des inondations meurtrières. Les impacts du changement climatique touchent désormais tant les pays riches...

Valerie Masson Delmote Giec JungYeon Je

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec s'est plongée...