Publié le 13 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

One Planet Summit : "Les règles du jeu climatique ont changé", selon Laurence Tubiana et Pascal Canfin

Le One Planet Summit, a-t-il été une simple opération de communication du Président de la République française ou un vrai accélérateur de l’action climat ? Pour Laurence Tubiana et Pascal Canfin, deux experts des jeux de pouvoir, un tel événement a toute son utilité dans la bataille contre le changement climatique. A condition que les engagements, les 12 Climacts annoncés, soient bien suivis d’effet.

Le One Planet summit a permis de prendre des engagements qui n’auraient pas vu le jour, ou pas si vite
AFP

A quoi a servi le One Planet Summit qui a regroupé près de 5 000 personnes à Paris, deux ans jour pour jour après l’Accord de Paris sur le climat ? "A prendre des engagements qui n’auraient pas vu le jour, ou pas si vite", répondent en cœur Laurence Tubiana et Pascal Canfin. La première fut l'une des architectes de l’Accord de Paris et est l'actuelle présidente de l'European Climate Foundation. Le second est l'ancien ministre délégué au Développement devenu directeur général du WWF France.

Un changement des règles du jeu

Les engagements du secteur privé et public, et parfois même des deux ensemble, se sont multipliés depuis une semaine. Parmi les plus remarquables, on citera celui de la Banque mondiale de renoncer au financement de la production du gaz et du pétrole, celui d’Axa de ne plus financer aucune nouvelle centrale à charbon, l’engagement de 15 pays et 33 villes à atteindre la neutralité carbone en 2050 ou encore le fait que la France accepte de comparer son budget à un scénario de réchauffement limité à 2°C.  

"Il faut mesurer le chemin parcouru. Ces annonces marquent un changement des règles du jeu, la fin du financement bon marché des énergies fossiles notamment", souligne le directeur général du WWF. "Tous les acteurs commencent à se demander ce qu’ils doivent faire à horizon 2050", renchérit Laurence Tubiana.

L’effet Accord de Paris est indéniable sur cette mobilisation. Pour les deux observateurs, une telle mobilisation n’aurait pas été imaginable il y a cinq ans. Et des sommets comme le One Planet, sont nécessaires pour entretenir la mobilisation. Carla bataille est loin d'être gagnée comme le prouve le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris et la trajectoire actuelle d'un réchauffement à plus de 3°C.

Un nécessaire complément aux COP

"Je ne serai satisfait que quand nous serons certains d’être en ligne avec un réchauffement limité à 1,5°C", tempère ainsi Pascal Canfin. "Il est nécessaire d’avoir un moment de remobilisation politique car la finance ne se mobilise pas forcément toute seule comme par miracle. Oui il y a les Green Bonds. Oui, il y a les recommandations de la TCFD sur la transparence climat mais nous avons aussi besoin de régulations, dans l’énergie, les transports, de fixer un prix du carbone… ", souligne Laurence Tubiana.

Elle défend la tenue de ce type de sommet en complément des conférences annuelles sur le climat qui se tiennent dans le cadre de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, les fameuses COP. En conclusion du One planet Summit, Emmanuel Macron a lui aussi appelé à renouveler ce rendez-vous chaque année "à Paris ou ailleurs".

"Dans ce type de sommet, il n’est pas nécessaire d’emmener tout le monde, de rechercher le consensus comme dans les COP. Il s’agit de de réunir ceux qui veulent aller plus loin, plus vite. Nous avons besoin de cela pour attirer les autres", ajoute Laurence Tubiana.

L’absolue nécessité du suivi

Après le temps des annonces viendra aussi le temps du suivi, indispensable pour que le soufflé ne retombe pas et que l’opération ne se limite à de la communication, voire du greenwashing. Un suivi qui passera par l’action vigilante des ONG, selon les deux experts. "Elles sont essentielles pour pousser les entreprises et les Etats à prendre des engagements mais aussi à les tenir", souligne le directeur général du WWF France. Pour sa part, le Président de la République a assuré dans son discours qu'un suivi public et transparent des engagements, baptisé "One planet coalition", sera mis en place. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

[Science] Dans l’Arctique, le permafrost fond 70 ans plus tôt que prévu et c’est une catastrophe

"Ce que nous avons vu était incroyable". Des chercheurs viennent de découvrir que le permafrost, l'épaisse couche de glace qui couvre 25 % de l'hémisphère nord, a fondu 70 ans plus tôt que prévu dans l'Arctique canadien. Or le permafrost abrite du carbone, du méthane et même du mercure. Il en libère...

Urgenda justice climatique Urgenda Chantal Bekker

Changement climatique : 1 300 actions en justice contre les États et les entreprises

C'est une nouvelle arme citoyenne. De plus en plus de d'associations et de personnes poursuivent États et entreprises pour leur implication dans la crise climatique. Depuis 1990, la London School of Economics en compte plus de 1 300. Si cette démarche était concentrée jusqu'ici aux États-Unis, elle...

80 millions d'emplois menacés par le réchauffement climatique d’ici 2030

Avec le réchauffement climatique, l'augmentation du stress thermique dans l'agriculture et d'autres secteurs industriels devrait se traduire par une perte de productivité équivalant à 80 millions d'emplois d'ici 2030, a averti l'Organisation internationale du travail de l'ONU.

Un dôme de chaleur au-dessus de l’Alaska fait s'envoler les températures

La météo s'emballe. Après l’Inde et ses 50 °C provoquant une crise de l’eau, l’Europe et sa canicule, c’est au tour de l’Alaska de souffrir de la chaleur. Dans la principale ville de l’État, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C le 4 juillet, un record depuis le début des mesures.