Publié le 08 octobre 2015

ENVIRONNEMENT

OCDE : des financements climat insuffisants pour les pays victimes du réchauffement climatique

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de rendre public mercredi 7 octobre dans un rapport le montant estimé des financements climat des pays du Nord vers ceux du Sud. Un enjeu clé à l’approche de la Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP21) qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015. Pour l’institution, les pays développés sont sur la bonne voie pour atteindre leur objectif de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Mais les Organisations non gouvernementales (ONG) et plusieurs élus déplorent que ces financements n’aillent pas aux principales victimes : les pays les moins avancés déjà touchés par le réchauffement climatique.

Financements climat 57 milliards de dollars en moyenne par selon ocde iStock
Photo d'illustration
istock

C’était un rapport très attendu ; il a été publié à la veille des assemblées générales de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, à Lima, au Pérou. L’OCDE, en collaboration avec Climate Policy Initiative, a évalué le montant des financements, publics et privés, alloués au climat ces deux dernières années. Un sujet qui aura une place essentielle dans les négociations climatiques internationales qui s’ouvriront au Bourget le 30 novembre prochain, notamment pour espérer rallier les pays du Sud à l’accord.

Les pays développés s’étaient engagés, en 2009, à Copenhague, à verser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 aux pays du Sud pour leur permettre de s’adapter au réchauffement climatique et d’en atténuer ses effets. Depuis, la promesse fait l’objet de nombreuses discussions et d’une certaine méfiance de la part des pays en voie de développement.

 

Plus de financements

 

Dans un souci de transparence avant la conférence climatique, le Pérou et la France, pays hôtes de la COP20 et 21, ont commandé une estimation fiable à l’OCDE le 7 septembre dernier. "Ce rapport permettra de savoir où nous en sommes avec une vraie clarté sur les chiffres et les méthodologies afin de poser les bases d’un dialogue confiant et constructif", avait alors précisé Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et futur président de la COP21. "A partir de là, nous pourrons avancer sans contestation et évaluer la crédibilité de la trajectoire et des efforts consentis à ce jour par les pays développés."

Résultat : les financements pour le climat ont atteint une moyenne de 57 milliards de dollars par an en 2013 et 2014, selon les calculs de l’OCDE, établis en un temps record. En 2013, ce sont 52,2 milliards de dollars qui ont été consacrés au climat contre 61,8 milliards en 2014. "La principale conclusion est qu’il y a un progrès significatif dans l’atteinte de l’objectif des 100 milliards", estiment les auteurs du rapport.

 

Des chiffres précis

 

Jusqu’à présent, un grand flou flottait sur le montant exact de ces flux financiers du Nord vers le Sud. Un rapport du comité permanent des finances de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique) avait évalué ces financements entre 40 et 175 milliards de dollars par an, entre 2010 et 2012, dont 35 à 50 milliards provenant d’institutions publiques et cinq à 125 milliards de ressources privées. Autant dire que la fourchette était large, laissant place à la plus grande incertitude.

Mais le calcul n’est pas évident à établir du fait d’une éventuelle double comptabilisation avec l’aide publique au développement, de la multiplication des canaux de développement et de la prise en compte de critères différents de comptabilisation selon les Etats. D’ailleurs, l’OCDE précise que sa méthodologie est "appelée à être améliorée".

 

Un ratio trop déséquilibré

 

Infographie financements climats publics privés rapport OCDE

 

Dans le détail des chiffres révélés par l’institution, il apparaît que 71% des financements proviennent de fonds publics et 26% de fonds privés. La part des financements bilatéraux est la plus importante et est en augmentation par rapport à 2010-2012. Par ailleurs, 77% des financements sont fléchés vers des actions de réduction des émissions de gaz à effet de serre, contre 16% pour des actions d’adaptation du changement climatique.

Un ratio trop déséquilibré, déplorent les ONG. "Le message qui ressort de ce rapport de l'OCDE est plutôt clair : les pays et les communautés les plus vulnérables sont encore les grands perdants des financements climat", réagit ainsi Romain Benicchio, porte-parole d’Oxfam France.

Dans un rapport publié mardi 6 octobre, consacré à l’aide publique au développement en France, Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin (Les Républicains) et Yvon Collin, sénateur du Tarn-et-Garonne (RDSE) émettent la même critique. "Entre 2007 et 2014, les engagements en matière d’adaptation n’ont représenté que 12% des engagements climat de l’Agence française de développement (AFD). De même, sur cette période, les pays les moins avancés n’ont bénéficié que de 9% (1,1 milliard d’euros) de ces mêmes engagements."

Les élus proposent ainsi de consacrer au minimum 20% des financements climat à des actions d’adaptation au changement climatique et, d’autre part, de consacrer au minimum 20% de ces financements aux pays les moins avancés.

 

Mauvais signal

 

La semaine dernière, à la tribune de l’ONU, le Président François Hollande avait annoncé qu’il s’engageait à augmenter les financements de la France en faveur du climat de deux milliards de dollars, passant de trois à cinq milliards en 2020. L'augmentation de cette aide sera constituée de prêts "mais aussi de dons, parce que c’est par des dons - ce qui est transféré directement et n’est pas remboursé - que l’on pourra financer puissamment l’adaptation des pays en développement aux effets du dérèglement climatique", avait précisé le chef de l’Etat.

Les ONG craignent que cette promesse ne soit pas tenue et demandent au ministre des Finances et des Comptes publics Michel Sapin de clarifier les annonces qui concernent la part des dons destinés à l’adaptation des populations les plus vulnérables.

La France a déjà envoyé un mauvais signal avec son projet de loi de finances pour 2016, présenté mercredi 30 septembre. Le budget prévisionnel de l’aide publique au développement (APD) est de 2,6 milliards d’euros pour la mission contre 2,77 milliards en 2015. Cette aide restera donc, en proportion du revenu national brut, très loin du seuil de 0,7% que les pays développés membres des Nations unies s’étaient engagés à respecter d’ici 2015. Engagement finalement repoussé à 2030.

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Carbon Risk : une application pour mesurer l'urgence climatique

Comment rendre concrets les impacts économiques et financiers du réchauffement climatique? C'est en essayant de répondre à cette question que notre application "Carbon Risk"est...

COP21 : le nouveau brouillon du texte de négociation épuré et clarifié

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), les deux co-président de l’Assemblée des négociateurs aux Nations unies, l’Algérien Ahmed Djoghlaf et l’Américain Dan Reifsnyder, ont publié lundi 5 octobre un texte de négociation...

Entreprises : comment s’adapter au changement climatique grâce au big data

Les études scientifiques qui analysent le changement climatique constituent une mine d'informations très précieuse pour des entreprises qui voudraient éviter certains risques ou trouver de nouvelles opportunités de croissance. Encore faut-il des experts pour transformer ce big data brut en...

L’objectif "zéro émission" est-il réaliste ?

Les scientifiques estiment que les émissions de gaz à effet de serre devront cesser entre 2060 et 2080 pour garder une probabilité raisonnable de maîtriser l’augmentation des températures sous les 2°C. Cet objectif à long terme est-il réalisable ? L’accord en vue de la <link...

COP 21 : les industriels de la chimie veulent lutter contre le réchauffement climatique mais en restant compétitifs

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), l’industrie de la chimie veut elle aussi jouer sa partition. Si elle a pu contribuer à hauteur de 40% à...

Climat : l’Inde mise sur les renouvelables pour réduire son intensité carbone

Troisième pollueur mondial, l’Inde a enfin rendu sa contribution climatique (INDC). Le pays s’engage à réduire l’intensité énergétique de son PIB,...

Laurence Tubiana : "la COP 21 est la meilleure chance que nous ayons eue jusqu'ici pour lutter contre le changement climatique"

A J-58 de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris (COP 21), le bal des engagements s’accélère. 143 Etats ont rendu leur plan de lutte contre le changement climatique (INDC) à l’Organisation des Nations Unies (ONU) et les entreprises multiplient les annonces...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Glacier draps MIGUEL MEDINA AFP

En Italie, un glacier est recouvert de draps pour ralentir sa fonte

Tous les moyens sont bons pour ralentir la fonte des glaces. En Italie, pour préserver le glacier Presena, qui a perdu un tiers de son volume depuis 1993 à cause du réchauffement climatique, la région a décidé de recouvrir la zone d'une toile blanche qui reflète la lumière et protège la glace de la...

Manifestation anti 5G a Lyon en mai 2019 Touam Herve Agnoux

Déploiement de la 5G : le gouvernement sommé de ralentir

Des candidats aux municipales, des sénateurs, des associations, des opérateurs, deux ministres, et les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat : tous ont fait part de leur inquiétude quant à un déploiement précipité de la 5G, sans avoir en amont évalué ses impacts sanitaires et...

Aeroport avion quotas carbone

Une proposition de loi vise à instaurer des quotas carbone pour limiter les vols de chaque Français

Après avoir demandé l'interdiction de certains vols intérieurs, proposition finalement reprise par le gouvernement, les députés François Ruffin (LFI) et Delphine Batho (EDS) souhaitent aller plus loin. Ils proposent de mettre en place des quotas carbone pour chaque Français afin de limiter leurs...

Pollution numerique smartphone

Pollution numérique : les sénateurs préconisent l’interdiction des forfaits mobiles illimités

Alors que le secteur du numérique pourrait générer autant d'émissions de gaz à effet de serre que le transport aérien en 2040, les sénateurs ont émis 25 propositions pour limiter l'empreinte carbone du secteur. Parmi elles, l'interdiction des données mobiles illimitées pour pousser les usagers à...