Publié le 22 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Manif climat et médias : le message d’urgence climatique brouillé par les casseurs

De grandes marches pour le climat ont eu lieu à travers le monde le samedi 21 septembre. Mais celle de Paris a été largement perturbée par des casseurs qui n’ont laissé la place qu’à un petit cortège en comparaison de ceux d’autres grandes capitales. Surtout les médias se concentrant sur le maintien de l’ordre n’ont pas relayé le message d’urgence climatique crié par les participants.

L C I Marche Climat
La marche pour le climat à Paris a été perturbé par des casseurs.
@LCI

Souvenez-vous le 16 mars dernier les Gilets Jaunes prenaient d'assaut le Fouquets qui brûlaient et toutes les caméras étaient tournées vers l'incendie. Au même moment à quelques centaines de mètres de là des milliers de personnes défilaient pour le climat dans le calme le plus total, sans service d'ordre, ni visibilité médiatique.

Le 21 septembre, le scénario est différent mais pas forcément meilleur pour le climat ! Compte tenu des mobilisations dans le monde entier, la lumière médiatique porte sur un nouveau sujet : l’éventuelle convergence des luttes climatiques et sociales portées par les trois défilés du jour à Paris : marche pour le climat, rassemblement des Gilets Jaunes et défilé Force Ouvrière contre la réforme des retraites. Mais dès le début de l’après-midi le millier de casseurs qui infiltrent la manifestation pour le climat et leurs affrontements avec la police modifient la couverture médiatique. Elle se focalise sur la casse, les affrontements avec les forces de l’ordre et les images de poubelle qui brûlent.

Les experts en plateau font bien le distinguo entre les casseurs, des "blacks blocks" cagoulés, tout de noir vêtus et les autres, manifestants en couleur jaune ou verte et de toutes les générations mais le mal est fait. Plus de message de fond sur l’urgence climatique, les reporters répartis dans les diverses rues de la capitale ne savent plus très bien quels sont les slogans qui émergent entre jets de lacrymogènes et mélange de gilets jaunes et de t-shirt verts. Les ONG appellent à la dispersion une manifestation qui n’a pas plus rien de pacifiste.

 


Une partie des manifestants climatiques reconstituent le défilé pour terminer le parcours et le chiffre de participants final est arrêté à 15 200 par un cabinet indépendant cité par tous les médias. Sur les écrans de télé en continu, tous les commentaires de l’après-midi sur les manifestations émanaient soit de spécialistes du maintien de l’ordre, soit de commentateurs politiques venus en plateau commenter en boucle les actions des forces de l’ordre et de leurs opposants.

Pas un expert climatique pour remettre en perspective le rôle de ces manifestations dans la pression exercée sur les dirigeants qui doivent la parole au Sommet climat des Nations Unies lundi. Dommage ! D’autant plus que pendant ce temps-là les manifestants défilent dans le calme à New York où Greta Thunberg et 500 jeunes reçoivent les remerciements émus de l’organisation internationale pour avoir mis la jeunesse dans la rue et le climat au premier plan.

Samedi le message médiatique français est d’une nature différente. La France envoie au monde des images de violences sur les questions sociales et climatiques baignant dans les jets de lacrymogènes. La convergence des luttes a semble-t-il trouvé son slogan qui a beaucoup tourné dans les 150 000 messages qui se sont échangés sur les réseaux sociaux sur les manifestations : "Fin du monde, fin du mois, même responsables mêmes combats !" Il faudra sans doute attendre la prochaine manifestation pour entendre des experts expliqués quelles actions politiques, économiques, environnementales et sociales permettraient de reculer les échéances climatiques et de faciliter la vie quotidienne du plus grand nombre. Pour cela il faudrait donner du temps d’antenne au climat !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Michael Bloomberg US democrate

Climat, énergie, finance… Michael Bloomberg, l’anti Donald Trump ?

Michael Bloomberg est entré en campagne en participant à son premier débat télévisé avec ses rivaux démocrates à Las Vegas le 19 février. Cible de leurs critiques, il incarne une autre figure de milliardaire qui espère devenir président des États-Unis grâce à sa fortune mais avec une vision...

Scientifique extinction rebellion UK

1 000 scientifiques appellent à la désobéissance civile sur le climat

Plus de 1 000 scientifiques viennent de signer une tribune dans le Monde pour appeler à la désobéissance civile. Face à l'urgence climatique, ils appellent ainsi à rejoindre des mouvements comme Extinction Rebellion, qui bloque actuellement des sites de Lafarge pour dénoncer la pollution du BTP, et...

Blocage Lafarge Pantin XR

Pollution du BTP : les militants écolos bloquent Lafarge après avoir ciblé BlackRock

Après avoir pris pour cible BlackRock la semaine dernière, les activistes écologistes ont bloqué le 17 février les sites des cimentiers Lafarge et Cemex pour dénoncer l'impact sur l'environnement et la biodiversité du BTP. À l'initiative du mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion,...

Protocole de kyoto NB ina

[À l’origine] Le protocole de Kyoto, 1er accord international sur le climat, n’a que quinze ans

Si la reconnaissance des problèmes liées au changement climatique date des années 80, le premier accord international sur le climat, le Protocole de Kyoto, n'est entré en vigueur qu'en 2005, sans la plupart des plus gros pollueurs comme les États-Unis, le Canada, la Chine ou l'Inde. 15 ans plus...