Publié le 10 février 2021

ENVIRONNEMENT

Loi Convention Climat : un texte qui fédère tout le monde… contre lui

Ce mercredi 10 février, le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat doit être adopté en Conseil des ministres. C'est l'aboutissement d'un long processus démarré il y a plus d'un an, en réponse à la crise des Gilets jaunes. Les citoyens ont mis sur la table 149 propositions que le gouvernement assure avoir largement repris. Mais des ONG aux entreprises, les critiques fusent.

Opposition poing leve manifestation contestation istock
Associations, entreprises, élus, citoyens ... la future loi Climat fait l'unanimité contre elle.
@iStock

Tous unis contre la loi climat ! Le texte issu de la Convention citoyenne pour le climat arrive en Conseil des ministres ce mercredi 10 février. C’est la dernière grande loi du quinquennat sur le sujet et elle promet d’intenses débats. Elle a en effet réussi l’exploit de fédérer tout le monde contre elle. Au centre des critiques, Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, tient bon. "C’est une loi pivot, qui fait entrer l’écologie dans la vie quotidienne, qui va verdir notre modèle et notre société et jouer un rôle de catalyseur", assure-t-elle dans les colonnes du JDD.

Dans le même temps, son prédécesseur Nicolas Hulot, interviewé dans Le Monde, estime quant à lui que "sur tous les sujets, qu’il s’agisse de la rénovation des bâtiments, de la fin des véhicules polluants ou des aides d’Etat dont ont bénéficié les grandes entreprises pour se relever de la pandémie, c’est toujours le plus petit dénominateur commun qui est employé". 

"Un abus de langage"

Dans son avis (1), publié fin janvier, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) juge lui aussi que le texte n'est pas à la hauteur des engagements pris par la France. Dire qu'il "s’inscrit" dans la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) est "un abus de langage", conclut l'instance, qui déplore des mesures certes "pertinentes", mais souvent "limitées" et "différées". Avant lui, le Conseil national de la transition énergétique (CNTE) s’était inquiété "de la baisse insuffisante des émissions de gaz à effet de serre (GES) induites par cette loi".

Le député ex-LREM Matthieu Orphelin a sorti sa calculette pour en faire la démonstration. Selon ses estimations, la loi, dans sa version actuelle, ne permettrait d’éviter "que" 13 millions de tonnes de CO2 par an (MtCO2), contre une réduction annuelle comprise entre 56 et 75 MtCO2/an, selon l’étude d’impact, et un objectif de 112 MtCO2/an à 2030. Il propose cinq mesures supplémentaires pour rendre la loi quatre fois plus efficaces : une obligation de rénovation des logements, un éco-prêt à taux zéro pour l’achat de véhicules propres, la généralisation du forfait mobilités durables à tous les salariés, la régulation sur 10 ans de la publicité pour les produits les plus polluants et une taxe sur les engrais azotés.   

Un intense lobbiyng

À l’autre extrémité du camp des mécontents, il y a les entreprises, déjà lourdement malmenées par les impacts du Covid-19. Par le biais des organisations patronales et des fédérations professionnelles comme l’Association nationale des industries agroalimentaires (ANIA), la Plateforme française de l’automobile (PFA) ou encore l’IATA (International Air Travel Association), elles ont tenté d’amoindrir la portée de plusieurs mesures concernant la publicité, l’instauration de nouvelles taxes ou encore la limitation des espaces commerciaux et des vols intérieurs.

Une pression dénoncée par Olivier Petitjean, coordinateur d'une enquête sur le lobbying des industriels, menée par l'Observatoire des multinationales. "La Convention citoyenne pour le climat avait été conçue pour ouvrir la discussion au-delà de l'entre-soi des industriels et de l'administration", explique-t-il. "Le retour de bâton n'en a été que plus brutal. Derrière la virulence des invectives contre les citoyens et leurs propositions, il y a de puissants intérêts industriels qui refusent, au fond, de faire leur juste part des efforts nécessaires face à l'urgence climatique", ajoute-t-il. 

Le texte de 65 articles intitulé "Climat et résilience" devrait être examiné dans l'hémicycle lors de la première quinzaine du mois d'avril. Il sera passé au crible en mars par une commission spéciale à l'Assemblée nationale. Les grandes lignes ont déjà été rendues publiques : fin de la location des passoires thermiques en 2028, interdiction de la publicité pour les énergies fossiles, interdiction des vols domestiques s'il existe une alternative en train en moins de 2h30... Les 150 citoyens réservent quant à eux leur jugement pour leur dernière session plénière, du 26 au 28 février.    

Concepcion Alvarez @conce1

(1) L'avis du Cese sur la loi Climat et résilience, 27 janvier 2021


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le projet de loi issu de la Convention Climat ne suffira pas à atteindre les objectifs climatiques de la France en 2030

Le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat devait permettre de placer la France sur une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici 2030. Or, selon l'étude d'impact associée, les mesures retenues par le gouvernement devraient permettre...

Projet de loi Convention climat : les 10 principales mesures à retenir

Très attendu, le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat a été dévoilé vendredi 8 janvier. Il contient 65 articles qui reprennent les annonces déjà faites par le gouvernement sur la fin des vols intérieurs en cas d'alternative ferroviaire, la réduction des engrais...

Projet de loi Convention climat : un délit d’écocide à la portée très réduite

Le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat comptera bel et bien un délit d'écocide. Mais alors qu'il devait permettre de condamner largement toute pollution des eaux, des sols et de l'air, seuls les cas "graves et durables", commis de façon intentionnelle, sont...

Référendum sur l'article 1er de la Constitution : le Conseil d'Etat estime le projet de loi inutile et dangereux

[Mise à jour le 22/01/21] Alors que le Conseil des ministres a adopté le projet de loi intégrant la protection de l'environnement dans le préambule de la Constitution cette semaine, le Conseil d'Etat vient de rendre un avis au vitriol. L'instance considère que le texte n'apportera rien de...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IMG ours renne @Izabela Kulaszewicz

Réchauffement climatique : les images inédites d'un ours chassant un renne

C'est une scène inhabituelle. Pour la première fois, un ours polaire a été filmé en train de chasser et se nourrir d'un renne dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège. Un phénomène qui semble se multiplier à mesure que la banquise, terrain de chasse des ours, disparaît.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...