Publié le 08 mars 2021

ENVIRONNEMENT

Loi climat : quand les amendements nourrissent les manœuvres politiques

Généralisation de l'écoconception du numérique, obligation de publication de l'empreinte carbone des entreprises... Certains amendements du projet de loi Climat et résilience ont été jugés irrecevables en raison d'une "absence de lien direct ou indirect avec la loi" par la Commission spéciale chargée d'examiner les 5 000 amendements déposés. Plusieurs députés s'insurgent contre ce qu'ils considèrent être une "manœuvre politique". 

Assemblee nationale PLFR2
La Commission doit étudier en l'espace de deux semaines, les 5 000 amendements déposés.
PLFR2

Le projet de loi climat et résilience tient ses promesses. Son examen en Commission a à peine débuté le 8 mars, que les tensions se font déjà sentir. Le député Matthieu Orphelin a attaqué le premier, sur Twitter, en dénonçant  une "instrumentalisation de la Constitution". En cause, l'irrecevabilité de plusieurs amendements déposés par l'ex-LREM et proche de Nicolas Hulot. 

La Commission composée de 71 députés a ainsi rejeté les amendements portant sur la généralisation de l’écoconception numérique et du télétravail dans le secteur public pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et l'obligation de la publication d’un rapport exhaustif de l'empreinte carbone des entreprises en raison d’une "absence de lien direct ou indirect avec la loi". De quoi attirer les foudres de l'homme politique pour qui il est difficile de concevoir que ces amendements puissent être jugés "sans lien" avec le projet de loi climat. 

Des tensions antérieures

"Plusieurs mesures de la Convention citoyenne pour le climat, reprises à l'identique, ont été déclarées sans lien, même indirect, avec la loi climat. C'est absurde. Il s'agit d'une manœuvre politique et d'une volonté politique de refuser le débat ", a développé le député à Novethic. "En opérant ainsi, la majorité ne respecte pas le débat démocratique, ni le travail des 150 citoyens tirés au sort et celui des parlementaires", a-t-il conclu. Il ne s'agit pourtant pas d'une surprise.

La députée Delphine Batho, membre d’Écologie Démocratie Solidarité, avait annoncé vouloir proposer par le biais des amendements les propositions de la Convention Citoyenne pour le climat non reprises par le gouvernement. La présidente de la Commission et députée LREM Laurence Maillart-Méhaignerie avait alors averti les élus : "Si des amendements devaient reprendre des propositions de la convention citoyenne pour le climat sans présenter de lien, même indirect, avec le dispositif des articles du projet de loi (…), ils seraient considérés comme irrecevables sur le fondement de l’article 45 de la Constitution". Celui-ci vise à l’origine à lutter contre les "cavaliers législatifs": des articles qui introduisent des dispositions qui n'ont rien à voir avec le projet de loi initial, dans le but de ne pas éveiller l’attention de ceux qui pourraient s’y opposer.

"Un outil de communication pour les partis politiques" 

Pour l'avocat et spécialiste en droit de l'environnement Arnaud Gossement, le processus ne relève donc pas d'une stratégie de la part du gouvernement. "Je ne crois pas à la manœuvre politique. Je n’ai pas vu passer de déclarations abusives ou je n’en ai pas de preuves. Il existe plusieurs raisons pour lesquelles un amendement peut être jugé irrecevable : il peut être déposé dans un mauvais article, ou au sein de plusieurs articles à la fois ce qui est interdit. Et même si un texte est jugé irrecevable, il peut éventuellement être réécrit et proposé de nouveau."

Les débats autour des amendements sont en réalité représentatifs de l'envergue du projet de loi et des tensions qui l'entourent"Plus un projet de loi est médiatisé, plus des amendements sont déposés par les députés…" ajoute Arnaud Gossement. "ll ne faut pas oublier qu'il s'agit aussi d'un outil de communication utilisé par les partis politiques de tous bords."

Pauline Fricot, @PaulineFricot


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

+50°C en Australie, +43°C en Argentine, +44°C en Uruguay : la planète brûle

Une chaleur étouffante s'abat dans l'hémisphère sud, de la côte ouest de l'Australie jusqu'à l'Argentine, en passant par l'Uruguay où un nouveau record vient d'être battu. Les températures dépassent la barre des 40°C, voire même des 50°C comme ce fut le cas en Australie, menaçant la santé des...

Travail en groupe reflexion transition empreinte carbone collaboration istock dorian2013

Climat : MyCO2 propose de se sevrer des énergies fossiles sur le modèle des Alcooliques Anonymes

Et si la solution pour passer à l'action était de faire ça en groupe. C'est le pari de Carbone 4, qui vient de lancer MyCO2. Le cabinet spécialisé dans la transition écologique propose des conférences interactives assez courtes et gratuites pour permettre à chacun de calculer sa propre empreinte...

Inondations riviere pixabay

Le coût des catastrophes climatiques en France pourrait doubler d'ici 2050

Des sécheresses plus fréquentes, des inondations plus coûteuses et une facture qui pourrait doubler sur les trente prochaines années, si on prend le scénario le plus pessimiste. C'est le panorama que dresse la Fédération française de l'assurance (FFA) pour l'avenir. Le réchauffement climatique est...

Temperature chaleur italie Antonio Masiello GETTY IMAGES EUROPE Getty Images via AFP

Changement climatique : Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, et ce n’est que le début

2021 ne fait pas exception et se place parmi les années les plus chaudes alors que nous battons des records depuis 2015. La température moyenne mondiale par rapport à l'ère pré-industrielle a déjà augmenté de 1,1 à 1,2°C. Les conséquences sont déjà visibles et vont encore s'accentuer. Des chercheurs...