Publié le 31 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

[Les livres du changement] "Je ne marche plus !", de Matthieu Orphelin, le député écolo qui a changé de camp

Le changement, Matthieu Orphelin connait. Ingénieur passé par le militantisme au sein de la Fondation Nicolas Hulot, il devient élu local avant de siéger à l'Assemblée comme député. Déçu par l'incapacité du gouvernement à faire émerger "l’intelligence collective", il décide de changer de camp il y a un an en passant de la majorité LREM à l'opposition. Son récit nous emmène dans les arcanes du pouvoir, au gré des négociations sans fin pour déposer un amendement et de sa bataille acharnée pour imposer la transition écologique dans les débats. 

Matthieu orphelin
Matthieu Orphelin, député ex-LREM vient de cofonder un nouveau groupe parlementaire, baptisé Ecologie Démocratie Solidarité (EDS).
DR

LE PITCH

Lors de la campagne présidentielle de 2017, face à un duel Fillon-Le Pen qui semblait inéluctable, Matthieu Orphelin, un temps encarté chez EELV, décide de soutenir Emmanuel Macron. "Il est des moments où l’on n’a pas le droit de se tenir à distance les bras croisés", explique celui qui avait renoncé à la politique en 2012 pour travailler au sein de la Fondation Nicolas Hulot puis l'Agence de la transition écologique (Ademe). Sa mission alors : "écologiser" le candidat En Marche et son programme. Sa plus belle réussite est d'avoir été le trait d’union avec Nicolas Hulot, qui avait jusqu’alors toujours refusé d’entrer au gouvernement.

Mais très vite, le député de la majorité se heurte à la réalité du terrain et déchante. Sur la loi asile et immigration, sur le glyphosate, la hausse de la taxe carbone, "le gouvernement reste sourd à nos mises en garde, le Parlement étant trop souvent considéré comme un obstacle plutôt que comme un interlocuteur", déplore Matthieu Orphelin. Alors, quelques mois après la démission de Nicolas Hulot, il décide de quitter le groupe LREM, sans regret. Désormais, il veut changer la donne avec son nouveau groupe parlementaire baptisé Écologie Démocratie Solidarité (EDS).

LE MOT DE L'AUTEUR

"J'ai toujours plaidé au sein du groupe, et notamment auprès de Richard Ferrand (président du groupe LREM à l'Assemblée, NDR) pour que la biodiversité du groupe soit considérée comme une richesse et non comme un problème. Mais nous avons été empêchés dès le début. C'est pour ça que je suis parti très tôt du groupe En Marche.

Il y avait la question des clivages politiques avec Édouard Philippe qui avait prononcé cette phrase qui résume tout : 'C'est ma politique, et votre transition'. Et au-delà, il y avait un problème de méthode. Pendant les quinze mois que j'ai passés sous l'étiquette LREM, ils n'ont pas réussi à utiliser cette intelligence collective et toutes ces compétences qu'il y avait dans le groupe. À leur décharge, ils étaient marqués par l'épisode des Frondeurs du quinquennat précédent mais ils se sont privés de 300 députés connectés au terrain et capables de remonter les signaux faibles. " 

L'EXTRAIT

"Dans quelques heures, j'aurai quitté le groupe La République en marche. Je ne poursuivrai pas cette aventure. J'ai fait partie de ces 308 députés devant qui on a ouvert en grand les portes de l'Assemblée nationale en 2017, j'ai partagé leur rêve de faire souffler un vent nouveau sur un monde politique en bout de course. Nous portions ensemble cette aspiration à transformer le pays, cette envie de bouleverser les pratiques et ce culot de plaquer nos vies professionnelles pour croire en ces possibles. Mais je ne marche plus ! 

Chaque fois, j’ai tenté de voter en conscience plutôt qu’en suivant les mots d’ordre. (…) Mes votes suivaient ceux du groupe à 84 %. Aucune gloire à en tirer, mais ce chiffre résume bien mon positionnement : j’étais compatible avec LREM à 84 % ! Être écologiste dans une majorité, c’est aussi trouver souvent que le rythme de l’action est insuffisant et devoir se contenter de réformes que l’on ne juge pas assez ambitieuses. Il faut passer par des compromis. J’aime négocier et trouver ces points d’accord, loin d’une écologie incantatoire ou de posture. Mais ce fut, trop souvent, des compromis a minima".

Je ne marche plus ! de Matthieu Orphelin, éditions de l’Archipel, octobre 2019, 215 pages.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...

Julien Vidal Visuel podcast SITE

Podcast #LesEngagés : rencontre avec Julien Vidal, ambassadeur du changement

Aujourd'hui, le podcast #LesEngagés part à la rencontre de Julien Vidal, l'auteur du best-seller "Ça commence par moi". Le trentenaire a changé de voie et décidé d'entamer sa propre transition écologique qu'il partage via différents médias. Il n'hésite pas à multiplier les projets pour sauver la...

La timide feuille de route du gouvernement pour réduire l'empreinte environnementale du numérique

Ces derniers mois, les rapports dénonçant l'empreinte écologique du numérique se sont multipliés, sur fond de polémique autour de la 5G et du renouvellement des téléphones. Le gouvernement a rétorqué avec une feuille de route qui s'attaque à la durée de vie des terminaux, à la consommation des...