Publié le 27 avril 2021

ENVIRONNEMENT

Les étudiants créent l'Accord de Grenoble pour pousser leurs établissements à s'engager dans la transition écologique

HEC Paris, Polytech Grenoble, Essec Business School... Une vingtaine d'établissements de l'enseignement supérieur viennent de signer l'Accord de Grenoble. Ils s'engagent à mettre en œuvre des plans d'actions pour réaliser les onze objectifs de l'accord, allant de la formation des étudiants aux enjeux écologiques à la réduction des gaz à effet de serre. Une initiative portée par la COP2 Étudiante, une association qui veut faire basculer l'enseignement supérieur dans la transition écologique.  

Climatetudiantsaccorddegrenoble Laliguedesanimaux Twitter
©Laliguedesanimaux/Twitter
Vingt établissements ont déjà signé l'Accord de Grenoble, trente devraient bientôt suivre cette démarche.

Et si le modèle des COP climat internationales était répliqué à petite échelle ? En 2019, plusieurs étudiants décident ainsi de créer une COP Étudiante. Leur volonté est de pousser les établissements de l’enseignement supérieur à s’engager dans la transition écologique. Près de 70 établissements répondent à l’appel et des groupes de travail composés d’étudiants, d’enseignants-chercheurs et de personnel de l’établissement, se forment. Le but : "apporter des solutions aux problématiques de formation aux enjeux écologiques et de réduction de l’empreinte carbone de l’établissement".

Deux ans plus tard, ce 27 avril, la COP2 Étudiante dévoile l’Accord de Grenoble. Ce dernier, inspiré de l’Accord de Paris, fixe plusieurs objectifs socio-écologiques que les établissements signataires s’engagent à mettre en œuvre. "L’Accord de Grenoble s’inspire des différents groupes de travail et des mesures qu’ils proposaient", explique le coordinateur du projet, Quentin Taupin. Aujourd’hui, plus d’une vingtaine d’établissements ont signé l'accord. Une quarantaine étudient seraient en passe de le rejoindre comme Polytechnique, Paris Dauphine, l’École des ponts Paris Tech, l’ENS Paris Saclay ou encore Sciences Po Paris-Saint German en Laye.

Une démarche d'accompagnement

Concrètement, ces établissements s’engagent à élaborer des plans d’actions répondant à tous les objectifs de l’Accord, c’est-à-dire à former 100 % des personnes inscrites dans l’établissement aux enjeux de la transition socioécologique avec un socle de 20 heures minimum d’apprentissage, augmenter la participation de la recherche dans l’effort de transition,  suivre et publier son empreinte carbone ou encore de réduire les émissions de gaz à effet de serre. "Une deuxième vague d’établissements, plus d’une trentaine, nous ont signalé leur volonté de signer l’Accord de Grenoble. On se félicite de cet engouement et on espère lui donner plus d’ampleur pour créer une vraie bascule sur la place de l’écologie dans l’enseignement supérieur", explique le président de COP2 Étudiante, Florent Vince. 

Si les engagements ne sont pas contraignants, tous les établissements signataires doivent créer un groupe de suivi tripartite (étudiant, enseignant chercheur, institutionnel) qui devront rendre compte, chaque année, des avancées de l’établissement. "Nous ne voulions pas avoir une portée coercitive. Nous nous inscrivons dans une démarche d’accompagnement, on ne veut pas traîner en justice les établissements qui s’engagent mais plutôt leur dire "voilà ce que vous avez promis aux étudiants", avance Florent Vince. Avec près de 60 établissements bientôt signataires, l’association aura ainsi embarqué 450 000 étudiants dans sa démarche. 

Ces dernières années, les étudiants ont été en première ligne dans la lutte contre le changement climatique à l’instar des plus jeunes, participant aux marches pour le Climat avec en tête de file, Greta Thunberg mais également du collectif Pour un réveil écologique. Ce dernier, réunissant des élèves de grandes écoles notamment, met la pression sur leurs établissements mais également leurs futurs employeurs pour qu’ils mettent la transition écologique à la tête de leurs priorités. Leur mouvement a été soutenu par leurs ainés. Les alumni, ces anciens élèves diplômés, aujourd’hui en poste, ont créé l’association Alumni for the planet pour faire bouger les lignes, en interne, dans les entreprises.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Emissions CO2 FranckWagner

Le manque d’engagement des pays sur les émissions de CO2 conduit le monde à un réchauffement de 2,7°C, alerte l’ONU

À quelques semaines de la prochaine COP26 sur le climat, l’ONU s’alarme. Les pays, qui devaient prendre de nouveaux engagements en matière d’émissions de CO2, tardent. Si 113 pays ont renforcé leurs ambitions, cela concerne moins de la moitié des émissions mondiales. En l’état, le monde va largement...

Football tottenham CCO

[Bonne nouvelle] Un match de football neutre en carbone, pour la beauté de l’écogeste

La rencontre de football entre Tottenham et Chelsea du 19 septembre doit faire entrer un peu plus les questions environnementales dans le monde du sport. Ce match de première ligue anglaise a l’ambition d’être le premier neutre carbone. Pour cela, les deux clubs invitent les spectateurs à adopter...

Manifestation climat australie JennyEvans Getty AFP 01

L'éco-anxiété, un moteur de mobilisation pour sauver la planète

Colère, tristesse, abattement… Une nouvelle étude révèle l’accélération du phénomène d’éco-anxiété, l’inquiétude liée à la crise écologique, chez les jeunes du monde entier. Si ce phénomène paraît dramatique de prime abord, il est porteur d’espoir tant la nouvelle génération a une conscience aigüe...

080 Quentin Hulo / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP Congrès UICN

Congrès de la nature 2021 : un bilan salué malgré des réserves

Après une semaine intense de négociations et de conférences, le Congrès de la nature a pris fin. Le bilan général est positif : les 1 200 membres de l'UICN ont voté une vingtaine de motions qui doivent rehausser l'ambition en matière de protection de la biodiversité. Pour la première fois, les...