Publié le 17 avril 2020

ENVIRONNEMENT

Coronavirus : Les émissions de CO2 vont brutalement chuter en 2020, mais cela ne suffira pas pour respecter l’Accord de Paris

Le coronavirus a mis à l'arrêt l'économie mondiale et confiné la moitié de l'humanité. Cette mise en pause va entraîner une réduction drastique des émissions de CO2 par rapport aux années précédentes, de l'ordre de 5 %, peut-être même plus. Mais cela ne saurait suffire pour espérer atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Pour cela, il faudrait que les baisses d'émissions soient encore supérieures.

Pour respecter l'Accord de Paris, il faut une réduction des émissions annuelles de 6 % chaque année.
iStock

En Europe, principal foyer de progression du coronavirus, le confinement entraîne une baisse des émissions de CO2 de 58 % par jour, selon les calculs du cabinet de conseil Sia Partners. Si celui-ci durait 45 jours dans la plupart des pays de l’Union européenne, ce sont 145 mégatonnes de CO2 qui pourraient être évitées en 2020, soit 5 % des émissions annuelles européennes. Dans le transport routier et aérien, les émissions quotidiennes sont dix fois moins importantes que la normale. La baisse atteint 40 % dans l’énergie.  

Au niveau mondial, selon Carbon Brief (1), les émissions de CO2 pourraient chuter de 5,5 % en 2020 par rapport à l'an dernier, ce qui correspond à 2 000 millions de tonnes de CO2 (MtCO2) évitées. L’ONG anglaise prend en compte les données disponibles pour les plus gros pays pollueurs, comme la Chine, les États-Unis, l'Inde, l'Europe et le secteur pétrolier, couvrant ainsi les trois quarts des émissions mondiales. Il s’agirait de la plus forte baisse annuelle jamais enregistrée depuis le XVIIIe siècle !  

2019, pic des émissions mondiales

À titre de comparaison, la réduction annuelle la plus importante à ce jour a été la chute de 845 MtCO2 en 1944-45, à la fin de la seconde guerre mondiale. La baisse après la crise financière de 2008-2009 ne se situe qu'au cinquième rang, avec 440 millions de tonnes de CO2, et a été suivie un an plus tard d’une augmentation de 1 612 millions de tonnes due à la relance.

Graph carbon brief émissions de CO2 2020

Le Guardian a également calculé que la baisse des émissions en 2020 pourrait atteindre 2 500 MtCO2. L’économiste Christian de Perthuis évoque même une fourchette qui pourrait atteindre 5 000 MtCO2. "Le choc de 2020 pourrait faire de l’année 2019 le pic mondial des émissions de CO2", espère-t-il dans une tribune publiée le week-end dernier dans le Journal du dimanche (3).

"Depuis 1959, les chocs extérieurs ont laissé des traces durables dans une région du monde. Au lendemain du réalignement du prix du pétrole en 1980, les émissions mondiales baissent pour la première fois deux années consécutives. C’est aussi le moment où l’Union européenne atteint son pic d’émissions. La seconde baisse, observée au début des années 1990, se superpose avec le pic d’émissions atteint en 1990 pour l’ensemble des pays de l’ex-bloc soviétique. Le choc de 2009 n’a guère affecté la trajectoire chinoise, mais il se superpose avec le pic des États-Unis, atteint en 2007", détaille-t-il.

Emissions égales à zéro

Pourtant, pour respecter l'Accord de Paris et limiter le réchauffement climatique de la planète à 1,5°C, il faudrait que les émissions mondiales de CO2 baissent d'environ 7,6 % par an d’ici 2030, largement au-dessus de la diminution anticipée pour 2020 par Carbon Brief et le Guardian. Cela signifie que même quand l’économie mondiale est à l’arrêt et la moitié de l'humanité confinée, nous ne sommes toujours pas dans les clous pour lutter efficacement contre le changement climatique. 

"Les concentrations de carbone atmosphérique et les températures mondiales continueront d'augmenter tant que les émissions annuelles ne seront pas égales à zéro. Une baisse de 10 % des émissions mondiales de combustibles fossiles entraînerait encore le rejet de quelque 33 000 MtCO2 dans l'atmosphère en 2020, soit un total plus élevé que toute autre année avant 2010. Toute réduction des émissions en 2020 à elle seule aura donc peu d'impact, à moins qu'elle ne soit suivie de changements plus durables", confirme Carbon Brief.

Il y a quand même des raisons d’espérer selon Christian de Perthuis. "La crise sanitaire va aussi nous contraindre à expérimenter des modes d’organisation innovants. Le télétravail à grande échelle en constitue une brique majeure. Il va nous faire découvrir les possibilités de réduire de multiples formes de mobilités contraintes, accroissant inutilement nos empreintes climatiques pour de faibles bénéfices économiques. Concernant les marchandises, les acteurs économiques vont être obligés de tester la diversification de leurs sources d’approvisionnement et le raccourcissement de leurs chaînes d’approvisionnement" explique-t-il.

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir l'étude de Carbon Brief qui sera mise à jour régulièrement avec les données disponibles

(2) Voir l'article du Guardian

(3) Voir la tribune de Christian de Perthuis


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Journal du dimanche THOMAS OLIVA AFP

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l'âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités...

There is no planet B pixabay

À dix jours de la COP26, des documents révèlent un intense lobbying anti-climat de la part de certains États

Ces documents destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Ils remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en...

Doctors for extinction rebellion

Avant la COP26, 45 millions de soignants appellent à mettre la santé au cœur de l'action climatique

Alors que le sixième rapport du Lancet Countdown, publié le 21 octobre, met en évidence des risques toujours croissants pour la santé et le climat, 45 millions de professionnels de santé interpellent les dirigeants mondiaux à l'approche de la COP26. Ils mettent en avant les nombreux co-bénéfices...

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...