Publié le 16 novembre 2007

ENVIRONNEMENT

Les conséquences du réchauffement climatique sont «irréversibles» pour le GIEC

Après six années de travail qui ont mobilisé plus de 2500 scientifiques internationaux, le GIEC (Groupe Intergouvernemental d'Experts sur l'évolution du Climat) s'est réuni à Valence du 12 au 16 novembre 2007 pour adopter son quatrième et dernier rapport sur le réchauffement climatique et ses conséquences, qualifiées d' «irréversibles». Cette synthèse servira de référence pour les négociations internationales sur le climat, qui se dérouleront à Bali du 4 au 13 décembre 2007.

112535_GF.jpg

Dans son dernier résumé rédigé "à l'attention des décideurs", en négociations durant 5 jours, le GIEC a confirmé les conclusions de ses trois précédents rapports, publiés depuis le début de l'année 2007. Tout d'abord, le changement climatique est bien dû aux activités humaines et la hausse des températures devrait se situer entre 1,8 et 6,4 degrés en 2100 par rapport à 1990. La principale nouveauté de cette synthèse finale réside dans le fait que les experts estiment que les conséquences des changements climatiques risquent d'être "soudaines ou irréversibles". Conséquence : nous serions désormais dans un scénario d'adaptation plus que d'atténuation de ces impacts. Le terme d'irréversible a d'ailleurs fait l'objet d'une vive opposition de certains pays comme les Etats-Unis, au motif qu'il serait «dénué de contenu scientifique ». De même, le fait de mentionner que « tous les pays » seraient concernés a fait l'objet d'âpres négociations, le texte étant validé quasiment au mot près.

Toutefois, si la reconnaissance du réchauffement climatique aura été un travail de longue haleine, l'année 2007 est, définitivement, l'année du climat. Les 3 précédents rapports du GIEC (dont le président, Rajendra Pachauri, a reçu le Prix Nobel de la paix avec Al Gore) ont alimenté, tout au long de l'année, le débat et la prise de conscience sur la certitude du réchauffement climatique et de ses conséquences. Après une première réunion à Paris en janvier 2007, qui avait posé « les bases scientifiques et physiques » du réchauffement, le groupe II du GIEC a validé, au mois d'avril à Bruxelles, le rapport intitulé « Impacts, adaptation et vulnérabilité », établissant les conséquences humaines, économiques et environnementales du réchauffement. Puis, en mai à Bangkok, le groupe III a défini des recommandations pour parvenir à « l'atténuation des changements climatiques ». Le consensus n'est pas allé de soi tout au long des négociations sur ces rapports, dont quasiment chaque mot a été pesé. Le rapport sur les impacts, notamment, a fait l'objet de fortes pressions politiques, les Etats-Unis ayant une nouvelle fois éludé tout accord contraignant sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, en indiquant qu'ils ne s'engageraient pas tant que la Chine ou l'Inde ne prendraient pas des mesures semblables. Les négociations s'étaient alors cantonnées à la promotion de l'efficacité énergétique et des nouvelles technologies, telles la séquestration et le stockage de carbone.
La troisième réunion, à Bangkok, s'est , en revanche, achevée sur un consensus plus large. Les Etats ont reconnu que les politiques actuelles étaient insuffisantes pour stabiliser les émissions de GES. Le GIEC explique en effet qu'après un "pic" en 2015, les émissions doivent impérativement redescendre à 50% des niveaux actuels observés. Dans le cas où les combustibles fossiles maintiendraient leur position dominante jusqu'en 2030 et au delà, leurs émissions de CO2 pourraient croître jusqu'à 110%. " Les efforts d'atténuation dans les 20 à 30 prochaines années auront un large impact sur les possibilités d'atteindre des niveaux plus bas de stabilisation", a indiqué alors Ogundale Davidson, vice-président du groupe de travail du GIEC. Quelque 6 milliards de tonnes d'équivalent CO2 pourraient en effet être évitées par des mesures à « coût négatif » d'ici à 2030, soit 7 à 12% des émissions attendues à cet horizon.

+90% d'ici 2030 ?

Sans actions déterminantes d'ici 2030, l'augmentation des émissions pourrait atteindre jusqu'à 90% à cette échéance, par rapport à 2000. Et dans l'hypothèse où les combustibles fossiles maintiendraient leur position dominante jusqu'en 2030 et au delà, leurs émissions de CO2 pourraient croître jusqu'à 110%. Conséquences : d'ici 2100, le réchauffement sera compris entre 1,1°C et 6,4°C, selon les politiques menées. Publiée fin octobre, une étude américaine est venue confirmer l'un des pires scénarios du GIEC (voir article lié). Publiée par l'Organisation pour la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), elle révèle que les émissions de CO2 issues des énergies fossiles connaissent une croissance qui est passée de 1,1% par an dans les années 1990 à 3% depuis les années 2000. Près de 8 millions de tonnes de carbone ont été rejetées dans l'atmosphère en 2005, contre 6 millions il y a 10 ans. En cause, la croissance de l'économie mondiale qui contribue pour 65 % à l'évolution des niveaux de CO2 dans l'atmosphère, affirment les auteurs de l'article. Alors que dans les années 90, le taux de carbone de l'économie mondiale s'améliorait (0,35 kg de carbone par dollar en 1970 et 0,24 kg de carbone par dollar en 2000, la tendance s'inverse depuis, avec un rythme de +0,3% par an. Dans leurs conclusions, les auteurs de l'étude rejoignent le bilan du GIEC : les efforts des Etats, à court terme, seront déterminants.

Moyens économiques et technologiques

Pour atteindre des objectifs ambitieux (contenir le réchauffement entre 2°C et 2,5°C d'ici 2100), le GIEC a estimé que le produit intérieur brut (PIB) diminuerait de moins de 3% en 2030 et de moins de 5% en 2050 par rapport à la valeur qu'il atteindrait sans politique climatique. Selon les experts, la réduction des émissions de GES est donc économiquement et technologiquement réalisable. Nicholas Stern, l'ancien président de la Banque mondiale, affirmait quant à lui, dans son rapport d'octobre 2006, qu'agir aujourd'hui couterait 1% du PIB mondial d'ici 10 ans mais qu'en revanche, agir demain couterait 5% à 20% du PIB mondial. L'économiste évalue à 6,8 trillions de dollars le coût du réchauffement climatique si les choses restent inchangées. Enfin, l'Association des assureurs britanniques (ABI) a déjà averti que les coûts mondiaux des tempêtes dues au changement climatique augmenteront probablement de 75% pour atteindre 27 milliards de dollars par an dans les 70 prochaines années. D'ici 2040, le coût moyen des ouragans passera pour les seuls Etats-Unis de 9,5 milliards de dollars à 11,4 milliards. Lors " d'une mauvaise année ", les ouragans aux USA coûteront quelques 71 milliards de dollars d'ici 2040....
Récemment, Lester Brown, directeur du WorldWatch Institute et initiateur du concept d'éco-économie, propose quand à lui différentes mesures dans son dernier ouvrage intitulé « Le plan B : pour un pacte écologique mondial ». Il estime que ses propositions, très concrètes, coûteraient 68 milliards de dollars pour éradiquer la pauvreté, et 93 pour préserver la planète. Soit un total de 161 milliards de dollars, à peine le sixième des dépenses militaires mondiales annuelles.

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Un quart des entreprises les plus polluantes ne reportent pas leurs émissions de gaz à effet de serre

C’est un chiffre qui a de quoi inquiéter : un quart des entreprises les plus polluantes au monde ne publient pas d’informations sur leurs émissions de gaz à effet de serre, selon une récente étude commandée par un groupe d’investisseurs. C’est pourtant la première étape indispensable pour construire...

Rennes morts arctique svalvard Siri Uldal Norsk Polarinstitutt

En Arctique, les rennes meurent de faim en raison des bouleversements climatiques

En Arctique, où la température se réchauffe à un rythme deux fois plus élevé qu'ailleurs, les rennes de la région de Svalbard, à 1 000 kilomètres du Pôle Nord, n'arrivent plus à trouver assez de nourriture. Une équipe de chercheurs estiment que 200 animaux seraient morts en raison d'un hiver plus...

[Coup de chaud] Quand le changement climatique enflamme la rue

Longtemps circonscrites aux militants écologistes, les marches pour le climat ont pris une ampleur inédite en France et dans le monde depuis un an. Les populations demandent aujourd’hui des comptes à leurs dirigeants. En 2019, le changement climatique a montré toute sa puissance. Cette semaine...

Energy observer arctique EnergyObserver

Energy Observer, le bateau-laboratoire, navigue en Arctique à "l’épicentre du changement climatique"

Le bateau laboratoire Energy Observer, premier navire capable de produire son propre hydrogène, a rejoint samedi 10 août 2019 l'archipel du Svalbard, en Norvège, dans l'océan arctique. Une étape symbolique de son tour du monde, selon les organisateurs.