Publié le 30 mars 2010

ENVIRONNEMENT

Les climato-sceptiques ont-ils gagné ?

A l'annonce de l'abandon de la taxe carbone, Chantal Jouanno se déclarait « désespérée que les écolo-sceptiques l'emportent». Depuis le début 2010, ce courant semble avoir de plus en plus de voix et de poids. Et ce, alors même que le vote écologiste n'a jamais été aussi fort...

128709_GF.jpg

© istock

Le climato-scepticisme bien installé en Amérique du Nord

En Amérique du Nord, le climato-scepticisme gagne du terrain depuis 2 ou 3 ans. Ainsi, selon le dernier sondage de l'institut Gallup, qui suit l'opinion américaine sur ce thème depuis des années, 48% des Américains, interrogés en 2010, estiment ainsi que le changement climatique est généralement exagéré alors qu'ils n'étaient que 41% en 2009 et 30% en 2006. Pourtant les lobbys industriels des climato-sceptiques avaient, à l'époque, un gouvernement très à l'écoute de leurs thèses (voir article lié)...L'ONG, Climate Action Network redoute le même de mouvement au Canada. Dans un rapport « Troubling evidence » paru début mars, l'association dénonce le fait que le gouvernement accorde de moins en moins d'argent aux recherches sur le climat tout en nommant de plus en plus de climato-sceptiques à des postes clefs. Surtout, depuis fin 2007, Environnement Canada (le ministère de l'environnement) oblige tous les scientifiques employés par l'Etat à demander une autorisation à un superviseur pour être interviewé et lui soumettre par écrit leurs réponses pour approbation...Ce qui a fait drastiquement baisser l'exposition médiatique du changement climatique...

« Le mythe climatique » de Benoît Rittaud, « L'imposture climatique » de Claude Allègre ou « CO2, un mythe planétaire » de Christian Gerondeau...Ces livres de climato-sceptiques ont aujourd'hui un fort succès en librairie et dans les médias. Depuis l'affaire du « Climategate » apparue en amont de Copenhague et l'échec du sommet, la France, qui semblait jusque là assez peu réceptive à ces théories, est aujourd'hui beaucoup plus à l'écoute. « En 2 mois c'est devenu branché d'être climato-sceptique alors qu'il n'y a pas si longtemps il valait mieux se cacher », déclarait, en février, le mathématicien Benoît Rittaud dans une émission d'Arrêt sur image consacrée au sujet. Tant et si bien que plusieurs associations telles que le WWF, le RAC, la Fondation Nicolas Hulot, et la société météorologique de France ont organisé la semaine du 22 mars la « Climate week » pour remobiliser les troupes et débattre, notamment avec le climato-sceptique Benoît Rittaud , initiative qui n'a pas fait l'unanimité au sein des organisateurs.

Un contexte propice

Comment en est-on arrivé là ? « Pendant longtemps, la France a été une espèce d'exception ; même pendant le Grenelle, les climato-sceptiques ne se sont pas fait entendre ! » souligne Dominique Bourg, directeur de l'Institut de politiques territoriales et d'environnement humain à l'Université de Lausanne. «Il faut dire que certains modèles utilisés par le GIEC n'ont été rendus publics que récemment ; pendant un moment, l'essentiel de nos efforts a donc été consacré à les obtenir car nous n'avions pas les modes d'emploi pour les critiquer », tient à préciser Benoît Rittaud. Pourtant, de l'autre côté de l'Atlantique, les climato-sceptiques se font entendre depuis des dizaines d'années (voir encadré). La nouvelle audience de ce courant dans l'Hexagone s'explique donc surtout par le contexte. Depuis un an, la crise économique, l'échec du sommet de Copenhague et la mise à jour d'erreurs d'un GIEC à la fois institutionnalisé par le prix Nobel et de plus en plus critiqué, ont fragilisé le discours dominant et favorisé la montée en puissance de ce courant qui remet en cause l'origine humaine du réchauffement climatique. Ainsi, alors que le public a été extrêmement sollicité et mobilisé depuis un an, « le fait que la centaine de chefs d'Etats réunis à Copenhague n'ait pas réussi à se mettre d'accord, a donné l'impression que ce n'était pas si grave que cela », analyse Sandrine Mathy, la présidente du Réseau Action Climat France.

Pour autant, « il n'y a jamais vraiment eu consensus. D'une part parce que cela est inhérent au domaine des sciences et d'autre part, parce que la question du changement climatique est particulièrement sensible du fait de ses implications économiques, sociales et géopolitiques », rappelle Florence Rudolf, professeur à l'Unsa Strasbourg, spécialiste des mobilisations écologistes et auteur du livre « le climat change...et la société ? »(1). Certains climato-sceptiques, comme Claude Allègre, affichent d'ailleurs clairement la visée « avant tout politique » de leur thèse. Et si Benoît Rittaud se défend d'avoir de tels objectifs, il précise tout de même en préambule de son livre : « nous avons intérêt à cesser de consacrer temps, argent et matière grise à ce faux problème du réchauffement climatique » (2).

«Il est vrai aussi que le discours sur le changement climatique peut être culpabilisant et n'est pas associé à des moyens d'actions conséquents. Pour certains, il apparaît donc comme inconfortable et laisse une sorte de sentiment d'impuissance », explique Florence Rudolf. D'où une certaine attirance pour des thèses écolo-sceptiques. De fait, dans une tribune publiée dans Libération (3), l'essayiste Pascal Bruckner s'emporte contre « une certaine écologie » qui fait preuve d'un « anthropocentrisme déchaîné » en « attribuant les malheurs de la terre à la seule espèce humaine ». « Une chose est d'exagérer la menace de catastrophe pour l'éviter, une autre de tomber dans un nouveau millénarisme en jouant inutilement avec la peur », estime-t-il. Ce genre de tribune, qui se multiplie dans les médias, est d'ailleurs fustigé par les associations environnementales, tel le Réseau Action Climat, qui voit dans la « place médiatique démesurée » accordée aux climato-sceptiques, l'un des facteurs de leur montée en puissance. Car après les Unes sur les dangers du réchauffement c'est aujourd'hui la polémique qui fait vendre. Et ce alors même que 84% des Français affirment croire au réchauffement de la planète et 77% qu'il est scientifiquement prouvé selon un sondage Ipsos, réalisé en janvier...

Quel impact politique ?

Cette place médiatique donnée aux climato-sceptiques a-t-elle un écho dans la politique gouvernementale sur le sujet ? La déclaration de Nicolas Sarkozy, à l'issue du salon de l'agriculture 2010, sur le fait que « l'environnement ça commence à bien faire » semble y participer, tout comme l'abandon de la taxe carbone. Est-ce une victoire non plus seulement des climato-sceptiques mais plus largelemnt des « écolo-sceptiques », comme l'a suggéré Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat à l'Ecologie? Pour les associations environnementales, la réponse est clairement oui. « Entre ça, l'échec de Copenhague et celui, plus récent, de la Cites sur la sauvegarde du thon rouge, on a l'impression que tout va dans le sens contraire...C'est un peu décourageant », se désole Sandrine Mathy. De l'autre côté, sur son blog « Mythe climatique », Benoît Rittaud s'interroge : la « percée médiatique de ces trois derniers mois a-t-elle joué un rôle dans l'abandon de cette taxe de toute façon très impopulaire ? Difficile de l'affirmer avec certitude, même s'il est clair que le sujet est nettement plus visible dans les médias ».

Pour autant y a-t-il un mouvement coordonné au plan mondial ? Pas vraiment, d'abord, les arguments et objectifs des climato-sceptiques restent hétérogènes. De plus, « s'il y a bien des tentatives d'organisation, notamment aux Etats-Unis, (voir article lié), l'idée d'une action menée par un seul groupe paraît bien peu probable », souligne Florence Rudolf. « Il y a d'une part, des logiques individuelles, ce qui est le cas de Claude Allègre et, d'autre part, une logique de lobbies composés d'un ensemble assez nébuleux. Il y a une fracture au sein même des structures traditionnelles comme les industriels ou les syndicats », remarque pour sa part Dominique Bourg. Mais si les modes d'organisations et d'actions des climato-sceptiques sont encore flous et font l'objet de recherches leur nouvelle audience questionne les « climato-convaincus » et les associations environnementales sur leurs propres pratiques.

(1) Le climat change...et la société ?, éditions La ville brûle, novembre 2009.
(2) Le mythe climatique, collection Science ouverte du Seuil, février 2010.
(3) Le réchauffement qui refroidit, 13 janvier 2010

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Densite urbaine covid contre rechauffement climatique

Entre durabilité et lutte contre les épidémies, les grandes villes vont-elles devoir choisir ?

La densité urbaine des mégalopoles a été pointée du doigt partout à travers le monde pour son rôle dans la propagation du virus. Si Paris veut entamer une "cure d'hygiène" en pensant à agrandir les trottoirs, ces aménagements semblent insuffisants pour rassurer des habitants en mal de nature. Un...

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...