Publié le 24 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Sommet climat : les banques de développement promettent au moins 1 000 milliards de dollars d’ici 2025

Les plus importantes banques nationales et régionales de développement, réunies au sein de l'International Development Finance Club (IDFC), ont publié leur contribution climatique en amont du Sommet organisé par l'ONU. Elles s'engagent à mobiliser au moins 1 000 milliards de dollars d'ici 2025, en augmentant notamment la part des financements consacrés à l'adaptation.

Banques de developpement contribution sommet action climat onu idfc
L’IDFC souhaite également organiser un Sommet des banques de développement en 2020, en amont de la COP 26 de Glasgow en Écosse, pour mobiliser toutes les institutions financières de développement dans le monde.
@IDFC

1 000 milliards de dollars, c’est ce que le réseau de banques publiques de développement, l’IDFC (International Development Finance Club), a promis de mettre sur la table pour financer le climat, d'ici 2025. Cette annonce a été faite lors du sommet pour l’Action climatique qui s’est tenu le 23 septembre à New York à l’Onu.

Créé en 2011, l'IDFC comprend 24 banques nationales et régionales du Nord et du Sud dont l'AFD (Agence française de développement), la KfW allemande, la BNDES brésilienne ou encore la Banque de développement d'Afrique du Sud. C’est le principal bailleur de fonds publics pour le développement et le climat à l’échelle mondiale avec des actifs cumulés de 4 000 milliards de dollars et des engagements annuels moyens de 125 milliards dollars en financement climat ces sept dernières années.

Sortir du charbon

"Nous avons le potentiel pour mobiliser au moins 1 000 milliards de financement climatique d'ici à 2025", a annoncé Rémy Rioux, directeur général de l’AFD et président d’IDFC, à l’ONU. Soit 150 milliards de dollars en moyenne chaque année, en hausse de 15 %. Un objectif qui sera atteint "en augmentant la part de financements allouée à l’adaptation et la résilience", précise l'IDFC. Ses membres s’engagent ainsi à promouvoir la neutralité carbone à long terme, à soutenir les investissements dans les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique, et les technologies propres, et à sortir progressivement du charbon afin de s’aligner avec l’Accord de Paris.

"Ce plancher de 1 000 milliards pourrait être aisément dépassé si différentes barrières étaient levées", complète Alexis Bonnel, qui coordonne le travail de la présidence d'IDFC. "Nous appelons ainsi les gouvernements à accorder un mandat explicite aux banques de développement pour mettre en œuvre l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable (ODD) car nous en avons les capacités techniques et financières. Il manque la volonté politique."

Dans cette perspective, l’IDFC souhaite organiser, sous le parrainage de l’ONU, un Sommet des banques de développement en 2020, en amont de la COP 26 de Glasgow en Écosse, pour mobiliser toutes les institutions financières de développement dans le monde. "Les banques de développement constituent un puissant outil pour envoyer un signal de marché et réorienter les flux financiers, ajoute Alexis Bonnel. Il est primordial que nous travaillions en synergie entre nous et avec les gouvernements actionnaires et les régulateurs." 

Moins d’un centime par personne et par jour

"Plus de 500 institutions de finance publique attendent de recevoir un mandat fort pour s'aligner avec l'Accord de Paris et les ODD", estime Rémy Rioux. L'AFD est l'une des seules pour l’instant à avoir reçu un tel mandat du gouvernement français. L’agence s'est engagée à être 100 % compatible avec l'Accord de Paris et à atteindre la neutralité carbone en 2050. Depuis 2015, elle a consacré cinq milliards de dollars au climat, dont 1,5 milliard à l'adaptation au changement climatique.  

Selon un rapport d’Oxfam, publié à l’occasion du sommet onusien sur l’Action climatique, seulement trois dollars par an sont versés aux habitants des pays les plus pauvres pour se préserver face aux effets des changements climatiques. Cela correspond à moins d’un centime de dollar par personne et par jour. "Les pays les plus endettés au monde sont ceux qui ont le moins contribué à cette crise. Ce sont pourtant eux qui en font les frais. Si nous voulons éviter de voir les crises humanitaires se multiplier, des gens souffrir de la faim, les pays développés doivent augmenter leurs financements pour le climat", réagit Armelle Le Comte, responsable de plaidoyer climat.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Mobilisation générale : tout ce qu’il faut savoir sur le sommet climat des Nations unies de New York

Après les marches sur le climat du week-end, ce sont désormais les dirigeants politiques et économiques qui se réunissent ce 23 septembre, à l’ONU, autour de la question de la lutte contre le changement climatique. Objectif : faire monter la pression et surtout les engagements pour pouvoir...

Les pays riches ont mobilisé 71 milliards de dollars pour aider les pays pauvres à lutter contre le changement climatique

Les financements climat mobilisés par les pays développés en faveur des pays pauvres progressent. Alors que les pays riches ont promis de mettre sur la table 100 milliards de dollars chaque année à compter de 2020, ils en étaient à un peu plus de 71 milliards en 2017, selon le dernier...

[Infographie] Adaptation au changement climatique : investir 1 800 milliards de dollars et en gagner 7 000

La Commission mondiale sur l'adaptation, créée en octobre 2018 par le philanthrope Bill Gates, publie son premier rapport sur l’urgence de l’adaptation au changement climatique. Elle estime qu'investir 1 800 milliards de dollars dans cinq actions prioritaires permettrait d’engendrer plus...

L’AFD veut transformer les systèmes financiers en faveur du climat... et met 750 millions de dollars sur la table

Un mois après le One Planet Summit 2 et à quelques mois de la COP24, l’Agence française de Développement (AFD) lance, avec le Fonds vert pour le climat, le plus important programme de son histoire en partenariat avec le fonds vert pour le climat. L’objectif affiché est d’accélérer la...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...

A320 AIr France

Air France va réduire de 40 % ses vols domestiques pour limiter son empreinte environnementale

Air France a annoncé, lors de son assemblée générale, vouloir réduire de 40 % son offre sur son réseau domestique. Une décision qui répond aux attentes du gouvernement, qui avait conditionné son aide de 7 milliards d'euros à des contreparties environnementales. Mais pour le think tank The Shift...