Publié le 26 octobre 2020

ENVIRONNEMENT

Le sabotage au cœur de l’action de la Ronce, dernier-né des mouvements écolos

Vous avez peut-être remarqué des paquets de sucre débouchonnés dans les rayons de vos magasins ? Il s'agit de la première action coordonnée de La Ronce, un nouveau mouvement écolo apparu en France début octobre. Dénonçant l'inaction des dirigeants, il appelle les citoyens à réaliser des dégradations matérielles visant les grandes multinationales responsables du changement climatique et de la destruction du vivant.

La ronce
Pour sa première action, lancée le 14 octobre, La Ronce a choisi de cibler les grandes multinationales du sucre en réaction à la réintroduction des néonicotinoïdes pour les producteurs de betteraves.
@La Ronce

Déboucher une bouteille, mettre un coup de feutre sur le QR code d'une trottinette, poser de la glue sur un lecteur de carte bleue dans une station-essence ou encore dégonfler un pneu… C’est par ces "petits gestes, simples, peu risqués, décentralisés et simultanés" que La Ronce, dernier-né des mouvements écologistes, entend agir pour protéger la planète. Après Extinction Rebellion né il y a deux ans et prônant la désobéissance civile, il s’agit là aussi d’essayer une autre forme de mobilisation, loin des formats habituels.

"L'impasse dans laquelle sont nos modes de luttes, l'inaction et les mensonges des responsables, les blocages démocratiques nous font dire qu'il est temps de ne plus se tenir sages. En ciblant leurs profits, ils ne pourront plus nous ignorer, explique un représentant de La Ronce, contactée par e-mail, et qui souhaite garder l’anonymat. L'objectif est de réaliser des petits gestes qui, s'ils étaient reproduits par des centaines de milliers de personnes en même temps, partout, en ciblant un produit ou une marque en particulier, auraient un impact financier tel que nous ferions plier la multinationale qui le fabrique. Ou a minima, lui faire perdre des plumes."

Opération épine sucrée

Lancée publiquement début octobre, La Ronce, qui se définit comme "une idée qui se diffuse et non pas un collectif institué", a publié dans la foulée une sorte de tutoriel sous forme de vidéo présentant cinq gestes pour la planète à réaliser, provoquant une salve de commentaires menaçants. Il est par exemple expliqué comment dégonfler un pneu de SUV, ces véhicules pointés du doigt pour leur empreinte carbone, avec un simple gravillon. Mais l’idée n’est pas de mettre en danger les personnes. Il est donc recommandé d’accompagner ce geste d’un mot alertant le conducteur. Une action déjà testée à Limoges et à Bordeaux.

Mais la première action coordonnée a été organisée le 14 octobre. Baptisée "Opération épine sucrée", elle appelait à dévisser les bouchons de sachets de sucre des grandes marques après la réintroduction des néonicotinoïdes pour les producteurs de betteraves. "Ce sont ces marques et la poignée de grands groupes derrière qui — au nom d’impératifs de rentabilité toujours plus importants — ont poussé cette loi", explique La Ronce dans un communiqué. Des dizaines de milliers de petites actions ont eu lieu dans les supermarchés en moins d'une semaine. En témoignent les nombreuses photos de bouchons postées sur Twitter.

"On ne gaspille pas une arme quand on la détruit"

Des actions qui restent illégales et qui relèvent du sabotage, même si La Ronce assure "ne jamais porter atteinte à l’intégrité physique des personnes". "Les biens matériels, eux, n’ont pas de sentiments. Nous pensons qu'il faut (...) forcer le débat. Quand on voit les conséquences horribles du réchauffement climatique, de la disparition des espèces, on a du mal à se dire que déboucher un produit c'est aller trop loin". En outre, La Ronce refuse de parler de gaspillage, "quand on sait la dégradation que leur production ou leur utilisation provoque sur le vivant. On ne gaspille pas une arme quand on la détruit".

Cette nouvelle forme d’action peut-elle réellement changer la donne ? Elle permet en tout cas de redonner un souffle nouveau au militantisme climatique alors que la crise sanitaire a mis un sérieux coup de frein aux manifestations, marches ou autres actions de désobéissance civile. Mais la dégradation matérielle a ses limites, et reste symbolique malgré la multiplication de petites actions. Surtout, cela peut mener à des dérapages incontrôlés du fait de la décentralisation des actions.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...