Publié le 18 décembre 2020

ENVIRONNEMENT

Le protoxyde d’azote, l'autre ennemi oublié du climat

Communément dénommé "gaz hilarant", le protoxyde d’azote n’a rien d’amusant. C'est en effet le troisième gaz à effet de serre le plus présent dans l'atmosphère, responsable du changement climatique mais aussi de la destruction de la couche d'ozone. Et sa concentration ne cesse de croître : + 30 % depuis 1980 en raison de l'explosion de l'utilisation d'engrais azotés dans l'agriculture. En France, les citoyens de la Convention climat appellent à taxer leur utilisation.

Engrais azotes fumier lisier protoxydde d azote pixabay
Les principaux contributeurs à la croissance du protoxyde d'azote sont situés en Asie et Amérique du Sud, des régions qui dépendent fortement de l'agriculture et utilisent massivement des engrais azotés.
@CC0

C’est le troisième gaz à effet de serre le plus présent dans l’atmosphère, après le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4). Le protoxyde d’azote (N20) est responsable de 6,5 % des émissions de gaz à effet de serre avec un pouvoir réchauffant 300 fois plus important que celui du CO2 et une durée de vie plus longue, de 120 ans environ. Il participe également à la destruction de la couche d’ozone. Depuis 1750, sa concentration a augmenté de 22 % . Et de 30 % si l’on ne prend que les quatre dernières décennies, alertent le Global Carbon Projet et l’International Hydrogen Initiative, dans une étude parue début octobre dans la revue Nature.

"Le principal moteur de l'augmentation de la concentration du protoxyde d’azote dans l’atmosphère vient de l'agriculture, et la demande croissante de nourriture et d'aliments pour animaux va encore augmenter les émissions mondiales. Il y a un conflit entre la façon dont nous nourrissons les gens et la stabilisation du climat" prévient le professeur Hanqin Tian, auteur principal de l’étude. "Les émissions actuelles suivent une trajectoire d’'augmentation de la température mondiale au-dessus de 3°C, soit le double de l'objectif de température de l'Accord de Paris" ajoute le professeur Robert Jackson, président du Global Carbon Project.

La France, principal consommateur européen d'engrais

Les principaux contributeurs à la croissance de ce gaz à effet de serre sont situés en Asie et en Amérique. En Chine, en Inde mais aussi aux Etats-Unis, les émissions de N20 proviennent essentiellement de l'utilisation d’engrais chimiques tandis qu’en Afrique et en Amérique du Sud, celles-ci sont dues à l’épandage de fumier ou de lisier. Seule l’Europe a réussi à réduire ses émissions de N20 depuis 1990, grâce à la mise en place de politiques industrielles et agricoles favorables et à l’optimisation de l'efficacité de l'utilisation des engrais.

L’azote est en un élément nutritif essentiel à la croissance des plantes, mais même s’il est naturellement présent dans le sol, les agriculteurs en utilisent pour booster les rendements. Ainsi depuis 1960, la consommation d’engrais de synthèse a explosé dans le monde : + 800 %. La France est le principal consommateur européen de ces substances et représente 8 % de la consommation mondiale. Une dizaine de millions de tonnes de fertilisants minéraux sont utilisés dans l'Hexagone chaque année, selon le ministère de la Transition écologique, dont cinq à six millions d'engrais azotés.

Pour limiter leur utilisation, la Convention citoyenne pour le climat a proposé que soit inscrite dans le budget de l'Etat la mise en place d'une taxe sur les engrais chimiques. Ce recours à la fiscalité doit permettre de financer les alternatives, mais la proposition n'a pas été reprise dans le Projet de loi de Finances pour 2021. Elle fait en revanche partie des premiers arbitrages rendus début décembre par Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, sur le futur projet de loi CCC. Une trajectoire de réduction des émissions d’ici 2030 va être mise en place avec une fiscalité associée pour les agriculteurs dès 2024, a-t-elle assuré.    

Concepcion Alvarez @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...