Publié le 17 août 2018

ENVIRONNEMENT

Dès 1912, le rôle du charbon dans le réchauffement climatique était connu

Décidément, nous ne pourrons pas dire que nous n’étions pas prévenus. En 1912, un article néozélandais évoquait l’influence de la combustion du charbon dans le réchauffement planétaire. Pourtant 106 ans plus tard, le charbon représente toujours un quart de l’énergie primaire dans le monde et le mercure grimpe.

En 1912, cet article éviquait déjà le rôle du charbon dans le changement climatique.

C’est à peine une petite brève dans les colonnes d'un quotidien néozélandais daté du 14 août 1912, Rodney and Otamatea Times, Waitemata and Kaipara Gazette… il y a 106 ans. Celle-ci évoquait déjà sans aucune ambiguïté l’impact de la combustion du charbon dans le réchauffement climatique. Elle est intitulée "La consommation de charbon affecte le changement climatique".

Voici le texte traduit en intégralité : "Les fourneaux du monde brûlent actuellement environ 2 milliards de tonnes de charbon par an. Lorsque ceci est brûlé, s'unissant avec de l'oxygène, il ajoute environ 7 milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère chaque année. Cela fait de l'air une couverture efficace pour la terre et tend à augmenter sa température. L'effet peut être considérable dans quelques siècles".

Malgré cette ancienne alerte, la production de charbon n’a cessé de croître depuis un siècle. De 2 milliards de tonnes lors de la rédaction de cet article, elle est passée, en 2017, à plus de 7,5 milliards de tonnes, dont la moitié en Chine, selon les données de l’Agence Internationale de l’Énergie. Le charbon représente toujours plus d’un quart de l’énergie primaire dans le monde.

Première occurrence en 1896

Si cette petite brève semble être la première occurrence du réchauffement climatique dans la presse grand public, ce phénomène a été évoqué auparavant dans la presse scientifique. Ce petit texte apparaissait in extenso, en mars 1912, dans une légende du mensuel scientifique Popular Mechanics au sein d’un long article sur des anomalies climatiques survenues lors de l’année 1911.

Le site Snopes, qui vérifie la véracité des informations parues sur le web et qui a validé l’authenticité de cet article de 1912, rapporte que la première mention d’un effet de serre accru d’origine anthropique remonte à 1896.

À une décennie près

Dans The London, Edimbourg and Dublin Philosophical and Journal of Science, le suédois Svante Arrhenius publiait une étude nommée "Sur l'influence de l'acide carbonique dans l'air sur la température au sol". Cependant, il n’évoque pas alors l’impact de la combustion des énergies fossiles sur les concentrations de CO2.

Début août, le New-York times publiait une longue enquête mettant en évidence que l’essentiel de la connaissance scientifique sur le réchauffement climatique était connu en 1979. Alors, le monde avait failli s’organiser pour mettre en place des plafonds d’émissions qui auraient alors permis de limiter le réchauffement à 1,5°C en 2100. Mais ce fut un échec.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Un quart des entreprises les plus polluantes ne reportent pas leurs émissions de gaz à effet de serre

C’est un chiffre qui a de quoi inquiéter : un quart des entreprises les plus polluantes au monde ne publient pas d’informations sur leurs émissions de gaz à effet de serre, selon une récente étude commandée par un groupe d’investisseurs. C’est pourtant la première étape indispensable pour construire...

Rennes morts arctique svalvard Siri Uldal Norsk Polarinstitutt

En Arctique, les rennes meurent de faim en raison des bouleversements climatiques

En Arctique, où la température se réchauffe à un rythme deux fois plus élevé qu'ailleurs, les rennes de la région de Svalbard, à 1 000 kilomètres du Pôle Nord, n'arrivent plus à trouver assez de nourriture. Une équipe de chercheurs estiment que 200 animaux seraient morts en raison d'un hiver plus...

[Coup de chaud] Quand le changement climatique enflamme la rue

Longtemps circonscrites aux militants écologistes, les marches pour le climat ont pris une ampleur inédite en France et dans le monde depuis un an. Les populations demandent aujourd’hui des comptes à leurs dirigeants. En 2019, le changement climatique a montré toute sa puissance. Cette semaine...

Energy observer arctique EnergyObserver

Energy Observer, le bateau-laboratoire, navigue en Arctique à "l’épicentre du changement climatique"

Le bateau laboratoire Energy Observer, premier navire capable de produire son propre hydrogène, a rejoint samedi 10 août 2019 l'archipel du Svalbard, en Norvège, dans l'océan arctique. Une étape symbolique de son tour du monde, selon les organisateurs.