Publié le 18 juin 2012

ENVIRONNEMENT

Le PIB vert a-t-il une chance d'exister ?

Le Programme des Nations unies pour l'environnement a lancé dans le cadre de Rio+20 un nouvel indice vert, qui a pour objectif de mesurer, parallèlement au PIB, l'état des richesses naturelles des pays et donc leur érosion.

137742_GF.jpg

Présenté à l'occasion de la conférence sur le développement durable Rio+20 par le PNUE, ce PIB vert intitulé « Inclusive wealth index » (IWI - indice de richesse globale) répondra-t-il aux attentes de ceux, nombreux, qui demandent une alternative au traditionnel PIB ? Le débat, engagé en France avec la Commission Stiglitz-Fitoussi en 2009, n'a cessé de se poursuivre dans plusieurs instances internationales (OCDE notamment) et jusqu'aux Nations Unies récemment, avec la venue du premier ministre du Bhoutan pour une conférence spéciale sur le thème « Bien-être et bonheur : définir un nouveau paradigme économique » (voir article lié).

Ce nouvel indice propose de mesurer sur le long terme des indicateurs sociaux et sociétaux (capital humain, santé, bien-être, etc) et environnementaux pour tenir compte de « toutes les composantes de la richesse dans un pays » et de leur évolution dans le temps, souligne le PNUE, qui reproche à l'Indice de développement humain (IDH) de se concentrer sur le court terme sans permettre d'éclairer les décideurs sur les investissements qu'ils doivent réaliser pour assurer un développement durable à long terme. L'indice doit permettre de « mesurer la durabilité de la croissance des Etats ». La conséquence immédiate de cet indice se trouve dans le rapport que le PNUE a publié sur l'état des ressources des 20 pays* représentant 56% de la population mondiale et trois-quarts du PIB de la planète. Ces ressources comprennent aussi bien le pétrole, les minerais que les forêts ou les stocks halieutiques. Bilan : si le PIB de la Chine, des Etats-Unis, du Brésil et de l'Afrique du sud ont bondi de 442%, 37 %, 31 % et 24%, l'état de leurs ressources naturelles par habitant a parallèlement chuté : de 17% en Chine, de 20% aux Etats-Unis 33%, 25% au Brésil, et 33% en Afrique du sud. Par ailleurs, les pays historiquement industrialisés (France, Allemagne, Royaume-Uni et Etats-Unis) apparaissent, sans surprise, comme ceux ayant le plus utilisé ce capital naturel.

Un non sujet pour les négociateurs ?

L'indice montre ainsi que les pays à plus forte croissance économique sont également ceux qui détruisent le plus ce capital. Aux antipodes, donc, de la croissance verte qui cristallise les débats à Rio. L'initiative du PNUE sera-t-elle relayée par les négociateurs ? Il semble que le PIB ait encore de beaux jours devant lui avant qu'une alternative adoptée par la communauté internationale ne voie le jour, malgré la pression de nombreux acteurs. Le président français lui-même s'est prononcé le 8 juin dernier pour un nouvel indicateur, estimant que « la croissance n'est plus le seul indicateur que nous devrons avoir à l'esprit. Nous avons besoin d'un indicateur de qualité environnementale, d'efficacité des politiques sociales, et d'inégalités », a-t-il déclaré. Mais comme l'a souligné le directeur général du PNUE, Achim Steiner, les négociations préparatoires n'avaient déjà quasiment pas abordé sur le sujet...

De fait, le nouveau texte servant de base de négociation, qui a été présenté par le Brésil dimanche, évoque à plusieurs reprises la croissance verte, mais sans donner plus de précisions sur la préservation des ressources. Par ailleurs, le texte ne fait plus référence à la possibilité de créer une Organisation mondiale de l'environnement ou une agence des Nations-Unies pour l'environnement mais propose que le Programme des Nations Unies pour l'environnement soit renforcé. Le texte conserve les passages sur l'économie verte et fait référence aux financements innovants et aux partenariats public-privé comme outils de développement de cette croissance. Le Brésil a défendu cette version que les ONG jugent « affadie » par la nécessité de trouver un compromis dans des délais très courts, les chefs d'Etat et de gouvernement arrivant le 20 juin pour le début du sommet.


(1) Afrique du Sud, Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Brésil, Canada, Chili, Chine, Colombie, Equateur, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Inde, Japon, Kenya, Nigeria, Norvège, Russie et Venezuela.

 

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ciel incendies nasa siberie

Avec les feux de forêts, la Sibérie brûle sous une chaleur extrême liée au changement climatique

La Sibérie suffoque. Alors que la région enregistre des records de chaleur, des centaines de feux de forêts se sont déclenchés, relâchant des tonnes de CO2 dans l'atmosphère. Or, la région, qui se réchauffe trois fois plus vite que la moyenne mondiale, abrite une partie du permafrost. Cette vieille...

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

Pollution de l’air : Le Conseil d’Etat presse le gouvernement d’agir sous peine de payer 10 millions d'euros par semestre

10 millions d'euros par semestre. C'est la somme que devra payer l'État si, dans six mois, il n'a toujours pas réduit la pollution de l'air dans huit zones de l'Hexagone. La plus haute juridiction administrative française avait déjà ordonné au gouvernement, il y a trois ans, de prendre les mesures...

Assemblee nationale PLFR3

PLFR3 : Les entreprises aidées publiquement sont désormais soumises à des engagements écologiques

L'Assemblée nationale vient d'adopter en première lecture le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR3). Demandée depuis le début du confinement par de nombreux élus et ONG, l'écoconditionnalité des aides versées aux grandes entreprises est entérinée. Les grandes entreprises dans...

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...