Publié le 09 novembre 2016

COP22 Afrique

ENVIRONNEMENT

Le Maroc, le pays qui a (presque) supprimé les subventions aux produits pétroliers

Le Royaume qui accueille la 22ème conférence des Nations Unies sur le climat du 7 au 18 novembre à Marrakech a éliminé en deux ans toutes les subventions aux énergies fossiles dans les transports et l’électricité. Mais il lui reste à s’attaquer à la bonbonne de gaz butane, utilisée par presque tous les Marocains. Un sujet beaucoup plus sensible socialement.

Vue aérienne de Noor, l'une des plus grandes centrales solaires au monde, entrée en service au début de l'année sur les terres arides de la province de Ouarzazate, dans le sud-est du Maroc.
Fadel Senna / AFP

Pour Hakima El Haïté, c'est devenu une habitude. Afin d'illustrer l'exemplarité de son pays dans la lutte contre le changement climatique, la ministre maroccaine de l'Environnement ne manque jamais de citer la réalisation d'une des plus grandes centrales solaires au monde sur les terres arides de la province de Ouarzazate, dans le sud-est du pays. Mais après avoir fait la publicité de Noor, entrée en service au début de l'année, elle s'empresse d'ajouter que le Royaume est aussi l'un des rares États à avoir supprimé les subventions aux produits pétroliers. 

Le Maroc, contrairement à beaucoup d'autres, n'a pas tergiversé au moment d'éliminer ces primes à la pollution en contradiction avec l'ambitieux programme de développement des énergies renouvelables engagé par ailleurs. En 2009, il s'était fixé pour objectif d'assurer 42% de ses besoins énergétiques à partir d'énergies renouvelables d'ici 2020. À parts égales entre l'éolien, le solaire et l'hydraulique. Lors de la conférence de Paris sur le climat, en décembre 2015, ce chiffre a été porté à 52% d'ici 2030, faisant du pays d’Afrique du Nord un des contributeurs exemplaires à l’Accord de Paris.

 

Subventionner les produits pétrolier, un gouffre financier 

 

La réforme des subventions a été menée avec d'autant plus de détermination qu'au delà de l'enjeu environnemental, il y avait pour le gouvernement un colossal enjeu de finances publiques. Dépourvu de ressources minières, le pays importe plus de 90% de ses besoins, sous forme d'énergies fossiles, pétrole, gaz et charbon. La consommation d'essence, de fioul et de gazole était jusqu'à la fin de l'année dernière généreusement encouragée dans le cadre de la politique de compensation introduite au début des années 1940. 

C'est la coalition gouvernementale conduite par Abdelilah Benkirane (Parti Justice et développement, islamiste) à partir de 2011, qui a eu la délicate mission de convaincre les foyers marocains d'abandonner ces aides. Le sujet était dans l'air depuis des années et le terrain avait été préparé par de nombreux travaux d'experts démontrant le gouffre financier du système et son inefficience en termes de redistribution sociale.

En 2011, avec un prix du baril de pétrole supérieur à 110 dollars et une demande augmentant au rythme moyen de 6% l'an, le Fonds monétaire international (FMI) jugeait le mécanisme tout simplement "insoutenable". En une décennie, de 2002 à 2012, le poids de la caisse de compensation chargée également de gérer les subventions aux denrées alimentaires de base, comme la farine ou l'huile, est passé de 1% à 6,5% du produit intérieur brut (PIB). Presque autant que le déficit budgétaire de l'époque ou l'équivalent de 45% de la masse salariale des fonctionnaires.

Mais sur cette enveloppe de 50 milliards de dirhams (environ 5 milliards d'euros), les produits pétroliers étaient à l'origine de 86% des dépenses. Ce sont donc les énergies fossiles – moins sensibles socialement que l'huile ou la farine, qui furent la cible de la première vague de "décompensation" menée depuis des décennies. Le gouvernement a bien dû essuyer quelques grèves de chauffeurs de taxi et le mécontentement des associations de transporteurs routiers, mais la grogne s'est arrêtée là. Des aides ont été accordées pour palier en partie le surcoût lié à la libéralisation des prix des carburants et surtout pour permettre aux professionnels de s'équiper de véhicules plus propres et moins énergivores.

 

La bonbonne de gaz, un sujet explosif 

 

Contrairement à son ambition initiale de créer un filet de protection sociale en stabilisant les prix, cette caisse de compensation a surtout bénéficié aux ménages privilégiés et aux entreprises. Selon un rapport du ministère des affaires économiques et générales, 42% des subventions allaient à 13% des foyers les plus riches en 2011. Les plus pauvres, qui n'en recevaient que 7%, ont cependant eu à subir une hausse des prix des transports et de l'électricité. Mais pour les économistes la décompensation a surtout mis fin à un dispositif qui au fil des années était devenu injuste socialement.

La réforme a été menée par étape à partir de septembre 2013 et s’est achevée fin 2015 par une libéralisation totale des prix. Le gouvernement marocain a eu sa part de chance : les prix très bas des cours du pétrole ont permis d’amortir plus facilement le choc. Il a par ailleurs réorienté une partie des économies vers des aides réellement ciblées sur les prix pauvres en faveur de l’éducation ou pour les veuves. 

Ce qu’oublie cependant souvent de préciser Hakima El Haïte, c’est qu’un produit a échappé au couperet : il s’agit de la bonbonne de gaz butane qu’utilisent presque tous les Marocains et de nombreuses exploitations agricoles, qui ont détourné la subvention normalement destinée aux ménages pour faire fonctionner des pompes à eau ou chauffer des serres. Socialement, le sujet est donc beaucoup plus sensible.

La Banque mondiale estime ainsi que "l’impact serait trois fois plus élevé pour les plus pauvres que pour les plus riches". Pour éviter une hausse du taux de pauvreté, elle reconnaît que "des mesures compensatoires seraient inévitables".

Dans l’agriculture, des programmes de substitution par des équipements photovoltaïques ont déjà été lancés. Mais pour les foyers marocains, le gouvernement n’a pas encore trouvé la solution. Signera-t-il un chèque à chaque famille pour le prix d’une bonbonne de gaz ou accordera-t-il un rabais sur la facture d’électricité ?

L’État a dépensé 1,5 milliard d’euros en 2015 pour subventionner le butane. Mis sous le tapis pendant la période électorale qui vient de s’achever par une nouvelle victoire du parti islamiste d’Abdelilah Benkirane, le sujet va très vite revenir sur le devant de la scène. 

Maude Chardaire
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Une finance climat émerge en Afrique

L’édition 2016 du Climate Finance Day s'est tenue le 4 novembre 2016 à Casablanca, trois jours seulement avant la COP22. Les acteurs financiers mobilisés sur le climat ont affiché leur intention de parler finance verte pour l'Afrique. Si les voix africaines étaient moins nombreuses que les...

COP22 : un sommet mondial pour entretenir la dynamique sur le climat

Ce lundi 7 novembre s’ouvre à Marrakech (Maroc) la 22ème Conférence mondiale sur le climat (COP22). Les négociateurs batailleront autour de trois grands enjeux : la négociation des règles de l’Accord de Paris (rule book), le relèvement du niveau d’ambition des contributions nationales pour...

COP22 : la prochaine Conférence mondiale sur le climat sera africaine

La COP22 se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre. À deux mois de la prochaine Conférence mondiale sur le climat, et alors que s'est tenu en début de semaine Climate Chance, le sommet des acteurs non étatiques, le Maroc mobilise gouvernements africains et société civile du continent...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Impacts socio economiques du changement climatique inondation

Davos 2020 : Les impacts socio-économiques du changement climatique pourraient être multipliés par 20 d’ici 2050

Il va falloir redoubler d'effort. Selon un nouveau rapport du cabinet McKinsey, les impacts socio-économiques liés au changement climatique vont se multiplier et s'intensifier partout dans le monde mettant à mal la productivité des travailleurs, les systèmes alimentaires mondiaux, les...

Donald Trump Ursula von der Leyen Davos 2020 Jimwatson AFP

Davos 2020 : Donald Trump traite Greta Thunberg de "prophète de malheur"

Les premières heures de Davos ont laissé la place aux prestigieux invités dont la militante écologiste Greta Thunberg et le Président américain Donald Trump. La première a dénoncé les décideurs mondiaux pour leur inaction, ou pire, leurs faux engagements. Le second a appelé à écarter les porteurs de...

CO2 pollution budget carbone pixabay

Feuille de route climat : la France abaisse ses ambitions sur les émissions de CO2

Le gouvernement vient de publier sa Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), toutes deux révisées à l’aune de l’objectif de neutralité carbone en 2050 fixé par la France. Ces documents, qui jouent le rôle de boussole climatique, sont mis en...

5G mobile numerique environnement Pixabay

Le déploiement de la 5G pour nos téléphones portables pourrait être un véritable désastre écologique

La 5G est en train de devenir une réalité. Les enchères pour les fréquences doivent démarrer dans quelques mois en France, tandis qu'elle est déjà opérationnelle en Chine ou en Corée du Sud. L’enjeu pour les opérateurs est de proposer des services améliorés, mais plusieurs experts pointent du doigt...