Publié le 23 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement renonce au crime d’écocide, mais crée un délit général de pollution

Punir sévèrement les atteintes à l’environnement. C’est ce que demandait la Convention Citoyenne sur le Climat avec la création d’un crime d’écocide. Le gouvernement accède à cette demande mais crée un simple délit général de pollution et un délit de mise en danger de l’environnement. Des avancées importantes du droit français mais qui restent en deçà des attentes citoyennes.

Eric Dupond moretti ministre de la justice XoseBouzas HansLucas AFP
Le ministre de la justice Eric Dupond-Moretti, ministre de la justice, va soumettre aux député un projet de création de délit d'écocide.
@XavierBouzas/HansLucas/AFP

C’est l’une des propositions phares de la Convention citoyenne sur le Climat (CCC) : la création d’un crime d’écocide, qui permettrait à la justice de punir aussi sévèrement des atteintes à l’environnement qu’elle le ferait pour un crime contre l’Humanité. Comme promis, Emmanuel Macron a bien soumis la proposition à son gouvernement. Celui-ci a adopté une mesure qui va en ce sens mais sérieusement amoindrie.

Dans une interview conjointe au JDD dimanche 22 novembre, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili ont annoncé la création d’un délit d’écocide. "À l'enthousiasme citoyen qui s'est exprimé doit succéder une traduction juridique dans le code pénal", justifie le garde des Sceaux, faisant valoir un problème de constitutionnalité à l'égard du mot "crime". Il parle plutôt de mettre fin "au banditisme environnemental".

Amendes dissuasives

"Nous allons créer un délit général de pollution. Les pénalités seront modulées en fonction de l'intentionnalité de l'auteur. Les peines encourues vont de trois ans d'emprisonnement à dix ans d'emprisonnement selon qu'on est en présence d'une infraction d'imprudence, d'une violation manifestement délibérée d'une obligation et la plus lourde, d'une infraction intentionnelle", rapporte Éric Dupont-Moretti.

Les amendes iront de 375 000 à 4,5 millions d'euros. "Autrefois vous polluiez, vous gagniez, demain vous polluerez, vous paierez jusqu'à dix fois le bénéfice que vous auriez fait si vous aviez jeté vos déchets dans le fleuve", assure le garde des Sceaux. Une sanction qui n’est pas non plus à la hauteur des attentes de la CCC. Celle-ci demandait une sanction équivalente à 20 % du chiffre d’affaires annuel mondial de l'entreprise fautive.

Vider de sa substance

En revanche, innovation de l’Exécutif, un deuxième délit de "mise en danger de l'environnement" devrait aussi voir le jour. Contrairement au premier, les sanctions pourront s'appliquer y compris quand la pollution n'a pas encore eu lieu, a précisé à l'AFP le ministère de la Transition écologique. "Le texte vise à pénaliser la mise en danger de l'environnement par des violations délibérées d'une obligation", souligne Éric Dupond-Moretti dans le JDD. La peine encourue est d'un an de prison et 100 000 euros d'amende.

"C'est en fait la traduction, en des termes juridiques précis, de ce que demandaient les promoteurs historiques de la reconnaissance de l'écocide", assure Barbara Pompili. La juriste Valérie Cabanes souligne cette avancée pour la défense de l’environnement, mais elle critique. Pour elle, le gouvernement français s’est simplement "conformé enfin à la directive de 2008 de l’Union européenne relative à la protection de l'environnement par le droit pénal". Puis elle parle "d’entourloupe" en jugeant que le terme d’écocide a été vidé de sa substance.

"La proposition qui sera présentée aux députés est infiniment moins ambitieuse que celle portée par la Convention citoyenne et ne correspond pas aux définitions internationales de l'écocide", appuie le réalisateur et militant écologiste Cyril Dion sur Twitter. Il salue toutefois "une amélioration du droit". L'eurodéputée écologiste Marie Toussaint, cofondatrice de l'association "Notre affaire à tous" salue des "mesures bienvenues", mais qui "ne correspondent pas à la condamnation de ce grave crime contre la nature", a-t-elle réagi.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Climat affaire du siecle THOMAS SAMSON AFP

L’Affaire du siècle : un symbole est-il capable d’enrayer le réchauffement climatique ?

En seulement trois années, les quatre ONG à l’origine de l’Affaire du siècle ont réussi à exercer une "pression climatique" sur l'État, jusqu’à le faire condamner, le 14 octobre, à réparer le non-respect de ses engagements. Un symbole fort et une sucess-story rare. Mais cette condamnation va-t-elle...

Affaire du siecle victoire 2

Affaire du siècle : La France est condamnée, pour la première fois, à réparer son manque d’action climatique

C'est une décision inédite que vient de rendre le tribunal administratif de Paris, dans le cadre de l'Affaire du siècle, soutenue par une pétition signée par plus de 2 millions de citoyens. Les juges ont condamné l'Etat à réparer le préjudice écologique causé par le non-respect de ses engagements...

Biocarburant iStock

Les carburants durables : le pari de l’aviation pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Sans eux, le transport aérien ne parviendra pas à atteindre la neutralité carbone d’ici la moitié du siècle. Les carburants aériens durables sont au cœur de la nouvelle feuille de route présentée par l'Association internationale du transport aérien. S’ils peuvent en effet contribuer à réduire...

Conseil droits de l homme onu elma okic

L'ONU adopte deux résolutions majeures pour le climat

À moins d'un mois de la COP26, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU reconnaît, pour la première fois, le droit à un environnement "propre, sain et durable" comme un droit fondamental. Il crée également un poste de rapporteur sur les droits de l'Homme face aux conséquences du changement...