Publié le 06 juillet 2017

ENVIRONNEMENT

Le G20 n’a plus que trois ans pour sauver la planète

Les dirigeants du G20 se réunissent les 7 et 8 juillet à Hambourg en Allemagne. À cette occasion, plusieurs experts alertent sur l’importance d’inverser la courbe d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, après quoi il sera quasi-impossible de respecter une limitation du réchauffement climatique en dessous de 2°C d'ici la fin du siècle. 


Guilherme Silva

Alors que le G20 s’ouvre vendredi 7 juillet à Hambourg en Allemagne, des spécialistes du climat – dont Christiana Figueres, l’une des figures de l’Accord de Paris – rappellent l'urgence climatique aux dirigeants du monde. Selon eux, dans un article (1) publié dans la revue Nature, il faut agir avant 2020 pour inverser la tendance du réchauffement et maintenir la hausse des températures sous 2 degrés.

"Il y a plus de dix ans que nous martelons que 2020 est un point de non-retour pour le climat, déplore le climatologue Stefan Rahmstorf, du Potsdam Institute, cosignataire de l’appel. Si la courbe des émissions de gaz à effet de serre n’est pas inversée d’ici à trois ans, il sera pratiquement impossible de tenir les objectifs de l’Accord de Paris." 

Attendre encore dix ans pour agir de façon drastique sur les émissions de gaz à effet de serre ne nous laisserait que très peu de marge de manoeuvre pour adapter les modes de vie de la planète et atteindre l'objectif de 2° d'ici la fin du siècle.

Si les émissions de gaz à effet de serre baissent franchement d’ici 2020, la planète disposera de vingt à trente ans pour s'adapter. Si on attend 2025, il ne restera plus que dix ans maximum pour tenir les objectifs de l'Accord de Paris et transformer l'économie vers un modèle bas carbone. Une mission quasi impossible.

Une feuille de route en six étapes  

Pour tenir cette échéance imminente de 2020, les experts proposent aux dirigeants du G20 et aux entreprises un plan d'action en six points : 

Énergie : Les énergies renouvelables devront fournir au moins 30 % de l’électricité mondiale. Et aucune nouvelle centrale à charbon ne devra être approuvée à partir de 2020. Quant à celles existantes, elles devront être fermées.

Infrastructures : Les villes et les États doivent mettre en place des plans pour décarboner les bâtiments et les infrastructures d’ici 2050, en prévoyant des financements à hauteur de 300 milliards de dollars par an. Chaque année, les villes moderniseraient au moins 3 % de leurs bâtiments pour les convertir en infrastructures bas carbone.

Transports : Les véhicules électriques devront composer 15 % des nouvelles ventes (contre 1 % aujourd’hui). Les gouvernements devront également imposer aux poids lourds une consommation en carburant réduite de 20 %, et à l’aviation une réduction de 20 % du CO2 consommé au km.

Agriculture : Les émissions de gaz à effet (GES) de serre issus de la déforestation et de l’agriculture (qui représentent à l’heure actuelle 12 % du total) devront disparaître.

Industrie : Les industries fortement émettrices (20% des émissions mondiales de CO2) doivent réduire leurs émissions de moitié avant 2050.

Finance : Banques et gouvernements devront décupler le volume d’obligations vertes (71 milliards d’euros actuellement) pour financer les mesures visant à réduire les GES.

Où en sont les pays du G20 ?

Pour l’instant, si les pays du G20 ont démarré leur décarbonation, cela ne va pas assez vite pour limiter le réchauffement climatique. Selon le dernier état des lieux (2) dressé par Climate Transparency, le charbon et les énergies fossiles continuent de dominer leur mix énergétique et les subventions à ces énergies ont encore atteint 230 milliards de dollars malgré la promesse des États membres de les supprimer progressivement.

Dans ce rapport, la France, qui fait partie des bons élèves avec l’Union européenne en matière d'émissions, est tout de même pointée du doigt pour sa consommation d’énergie par personne, très largement au-dessus de la moyenne des pays du G20.

"Le changement climatique est réel et ses effets sont déjà visibles. Après la décision du Président Trump de sortir de l'Accord de Paris, il appartient au reste des pays du G20 de respecter et de mettre en œuvre cet accord. Certains parmi les pays les plus pauvres au monde se sont déjà engagés à atteindre 100% d'énergies renouvelables d'ici 2050 [comme l’Ethiopie ou le Bangladesh, NDRL]. Le G20 devrait suivre leur exemple", appelle Nicolas Vercken, directeur des Campagnes et du Plaidoyer à Oxfam France.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) voir l’article publié dans la revue Nature  

(2) voir le dernier rapport de Climate Transparency 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Glacier italie istock

Effondrement d’un glacier en Italie, typhon en Chine, canicule… un week-end catastrophe sous le signe du changement climatique

Ce week-end, des évènements extrêmes liés au changement climatique se sont enchaînés partout dans le monde. Alors qu’un glacier s’est effondré en Italie après un record de chaleur, un typhon s’est abattu sur la Chine. Autant de phénomènes qui nous rappellent l’urgence à agir et à s’adapter comme à...

EP ok jpg

"Non, il ne faut pas arrêter de faire des enfants pour sauver la planète", selon Emmanuel Pont

"Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?". C'est la question à laquelle répond Emmanuel Pont dans son dernier livre alors que nous serons bientôt 8 milliards d'êtres humains sur Terre. Il revient ainsi sur l’étude polémique de 2017 qui avait évalué le "poids" écologique d’une...

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...