Publié le 20 mai 2018

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Un monde à 2°C pourrait détruire 120 millions d’emplois dans l’agriculture

Une agriculture plus responsable aurait beaucoup de vertus pour l’environnement mais elle aurait aussi de lourdes conséquences sur l’emploi, alerte l’Organisation internationale du travail dans une étude publiée le 14 mai. Selon ses estimations, 120 millions d’emplois seraient détruits dans les champs en Asie-Pacifique et en Afrique. En revanche, le solde est positif dans le secteur de l’énergie.

Indonesie paysans pixabay
100 millions d'emplois agricoles vont être supprimés en Asie-Pacifique.
@Pixabay

Le passage à des systèmes agricoles plus durables pourrait détruire 120 millions d’emplois d’ici 2030, en raison notamment de l’abandon du labour dans les pays en développement. C’est ce que révèle l’Organisation internationale du travail (OIT) dans un rapport publié en début de semaine (1). L’institution onusienne fait le bilan des créations et des pertes d’emploi dans un scénario de réchauffement climatique de 2°C compatible avec l’Accord de Paris.

L’agriculture apparaît, de très loin, comme le secteur le plus impacté. Les régions les plus touchées seraient l’Asie-Pacifique (-100 millions d’emplois) ou encore l’Afrique (- 20 millions) où le pourcentage de travailleurs dans les champs est élevé. A contrario, des emplois seraient créés dans les fermes bio de taille moyenne ou grande. En Europe, seule région épargnée par ces coupes, l’emploi agricole pourrait augmenter de 1,1 % avec les conversions en bio.

L’OIT a également calculé les effets liés au stress thermique. Le nombre total d’heures de travail diminuerait de 2 % au niveau mondial d’ici à 2030 pour cause de maladie. Déjà, chaque année entre 2000 et 2015, les catastrophes naturelles se sont traduites par une perte globale de 0,8 % de temps de travail.

24 millions d’emplois dans la transition énergétique

Autres secteurs touchés par les pertes d’emplois : l’extraction pétrolière et le raffinage avec plus d’un million d’emplois détruits chacun. Là encore, l’Afrique va être principalement touchée ainsi que le Moyen-Orient qui va devoir opérer une mutation de ses ressources énergétiques. Cependant, le message de l’OIT se veut positif. Car si la lutte contre le changement climatique va forcément détruire des emplois dans le secteur de l’énergie, elle va aussi en créer.

Selon les calculs de l’organisation, la mise en place d’un scénario 2°C va permettre de créer 24 millions d’emplois d’ici 2030 grâce au développement des énergies renouvelables, aux véhicules électriques et à l'amélioration de l'efficacité énergétique dans les bâtiments existants et futurs. De quoi compenser les 6 millions de suppressions d'emplois faites dans d'autres secteurs, particulièrement ceux à forte intensité de carbone et de ressources. Aujourd'hui, on compte déjà 10 millions d'emplois liés aux énergies renouvelables (2).

10 000 formations vertes financées en France

6 millions d’emplois supplémentaires pourraient être créés dans l’"économie circulaire" qui intègre des activités comme le recyclage, la réparation, la location et la réutilisation. Sur 163 secteurs économiques étudiés, "seuls" 14 vont subir des suppressions, estime l’OIT. Au total, 1,2 milliard d’emplois dans le monde dépendent directement d’un environnement sain et durable.

Pour limiter les impacts négatifs et les réductions de personnel, il faut impérativement développer des politiques appropriées concernant les revenus des travailleurs, l'assurance sociale et la formation, insiste l’OIT. 

La France vient d'ailleurs de lancer son plan d’investissement dans les compétences qui prévoit le financement de 10 000 formations aux "métiers verts et verdissants" dès cette année. Ceux-ci pourraient représenter 4 millions d’emplois dans l’Hexagone. Les pertes pourraient concerner quelque 42 000 emplois, compensées par la création de 155 000 autres notamment dans la construction (86 500), le secteur manufacturier (33 400) et les services (32 000).

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le rapport

(2) Y compris les grandes centrales hydroélectriques (1,5 million d’emplois).


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles