Publié le 15 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

La Terre sur la voie d’un réchauffement de 1,5°C dès 2040, selon le GIEC

Le monde devra engager des transformations drastiques et immédiates s'il veut avoir quelques chances de rester sous le seuil critique de 1,5°C de réchauffement, souligne un projet de rapport du groupe des experts du climat de l'ONU (Giec). Au regard de la tendance actuelle, cette hausse de température sera atteinte dès 2040… avec 60 ans d’avance sur l’Accord de Paris. 

Un réchauffement à 1,5°C va déjà entraîner des conséquences majeures sur la planète et les écosystèmes.

"Il existe un fort risque que, au vu des trajectoires d'émissions de gaz à effet de serre et des engagements nationaux actuels, la Terre se réchauffe de plus de 1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels", limite la plus ambitieuse fixée par l'accord de Paris, relève le texte consulté par l'AFP. En rester à ces engagements rend "extrêmement improbable" la tenue de cet objectif.

"Aux taux de réchauffement présents, la température globale moyenne atteindrait 1,5°C d'ici les années 2040", selon ce document. Vu la persistance des gaz dans l'atmosphère, le monde n'a plus devant lui que 12 à 16 ans d'émissions au rythme actuel, s'il veut garder 50 % de chances de s'arrêter à ce niveau de température.

Le rapport sur l'objectif 1,5°C a été commandé au Giec après l'adoption de l'accord de Paris fin 2015 sous l'égide de l'ONU. Cette somme d'un millier de pages, synthèse des recherches scientifiques mondiales, doit être publiée à l'automne 2018, et accompagnée d'un "résumé pour les décideurs politiques" adopté par consensus par les gouvernements.

Le texte est "l'oeuvre de scientifiques", explique à l'AFP Jonathan Lynn, porte-parole de l'institution. "Le Giec a été créé pour fournir des outils aux gouvernements. Son rôle est de permettre de baser les décisions politiques sur la science". Avec l'accord climat, entré en vigueur fin 2016, les États se sont engagés à agir pour limiter le réchauffement "bien en deçà de 2°C", et à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°C". À ce jour, le monde a déjà gagné 1°C.

Impossible de se stabiliser à 1,5 °C

Le Giec rappelle que +1,5° ou +2°C, cela fait une différence (intensité des cyclones, des sécheresses, ressource en eau...). Pour autant, à +1,5°C, le seuil pourrait déjà être franchi pour la fonte des calottes du Groenland et de l'Ouest Antarctique, promesse d'élévation majeure du niveau des océans.

Le "seul" moyen de rester à +1,5°C est d'"accélérer la mise en œuvre d'actions rapides, profondes, multi-sectorielles", dit le projet de texte : réduire "fortement" la demande d'énergie par habitant, développer les énergies renouvelables (qui doivent devenir source dominante d'énergie primaire à partir de 2050), décarboner le secteur électrique d'ici la moitié du siècle, en finir "rapidement" avec le charbon.

D'après les modèles climatiques, le monde a déjà perdu 66 % de chances de s'arrêter à +1,5°C, ajoute le projet de rapport. Il serait envisageable de franchir ce seuil pendant quelques années, avant de parvenir à faire rechuter la température. Mais avec un risque d'impact sur certains écosystèmes (pertes d'espèces).

Pour rester sous 1,5°C, il faudrait aussi extraire du CO2 de l'atmosphère, en particulier via les forêts. Mais la démarche n'est pas sans "risques" (pression sur les sols, concurrence avec l'agriculture). Il faudra en outre s'attaquer aux gaz autres que le CO2, notamment le méthane.

Le projet de rapport du Giec met d'ailleurs en garde contre certaines de ces solutions de géo-ingénierie, qui voudraient notamment manipuler le rayonnement solaire, invoquant "des questions d'éthique" comme d'efficacité.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Journal du dimanche THOMAS OLIVA AFP

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l'âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités...

There is no planet B pixabay

À dix jours de la COP26, des documents révèlent un intense lobbying anti-climat de la part de certains États

Ces documents destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Ils remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en...

Doctors for extinction rebellion

Avant la COP26, 45 millions de soignants appellent à mettre la santé au cœur de l'action climatique

Alors que le sixième rapport du Lancet Countdown, publié le 21 octobre, met en évidence des risques toujours croissants pour la santé et le climat, 45 millions de professionnels de santé interpellent les dirigeants mondiaux à l'approche de la COP26. Ils mettent en avant les nombreux co-bénéfices...

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...