Publié le 20 juin 2019

ENVIRONNEMENT

La photo glaçante qui montre la fonte massive des glaces du Groenland

Avant même l’été, le Groenland est déjà en train de souffrir. Le climatologue Steffen Olsen a effrayé le monde en montrant son expédition bloquée par une mer de glace fondue, là où aurait dû se trouver un sol épais et gelé. Les scientifiques préviennent que 2019 risque d’être la pire année pour les zones polaires.

Un fjord au coeur du Groenland avait déjà entièrement fondu le 13 juin, alors que l'été n'est pas encore là.
@SteffenOlsen/DMI

Les chaleurs de l’été ne sont pas encore arrivées et pourtant le Groenland est déjà en grande souffrance. Cette photo, prise le 13 juin par le climatologue danois Steffen M. Olsen glace le sang. Elle a fait le tour du monde. Lors d’une expédition au cœur du fjord d’Inglefield (Bredning), au nord-ouest du Groenland, les chiens de traîneau censés cavaler sur un sol gelé et solide se sont retrouvés sur un immense miroir de glace fondue, leurs pattes enfoncées de plusieurs centimètres dans l’eau.

 

Cette photo serait magnifique si ce qu'elle montrait n'était pas si dramatique. Car c'est bien la très mauvaise santé de nos zones septentrionales que l'on observe. Dans ces zones, les anomalies se multiplient d’année en année. Pour les scientifiques, 2019 sera une nouvelle annus horribilis pour le continent blanc. "Il est possible que les records de 2012 soient battus, tant pour la surface de banquise en Arctique la plus basse (...) que pour la fonte de calotte glaciaire du Groenland la plus élevée", prévient Ruth Mottram, climatologue de l'Institut danois de météorologie (DMI).

"L'image (de Steffen Olsen) est frappante (...) parce qu'elle montre vraiment comment l'Arctique est en train de changer", analyse Ruth Mottram. "Les locaux (qui accompagnent l'expédition) ne s'attendaient pas à ce que la banquise commence à fondre si tôt. Ils prennent habituellement cette route parce que la glace est très épaisse, mais ils ont dû faire demi-tour car l'eau était de plus en plus profonde et ils ne pouvaient plus avancer", explique-t-elle.

Un mois d’avance pour la fonte des glaces

La veille, le 12 juin, la station météorologique la plus proche, à Qaanaaq, avait enregistré une température de 17,3 degrés, 0,3 point de moins que son record absolu du 30 juin 2012. "L'hiver a été sec et récemment il y a eu des courants d'air chaud, un ciel dégagé et du soleil, toutes les conditions pour une fonte précoce", explique Ruth Mottram.

Et le 17 juin, en une seule journée, le Groenland a perdu 3,7 milliards de tonnes de glace, d'après les estimations du DMI. Depuis début juin, la perte se monte à 37 milliards de tonnes, indique sur son compte Twitter Xavier Fettweis, climatologue de l'université de Liège. "Il devient de plus en plus probable qu'un record de perte de masse sera battu cette année pour un mois de juin", écrit-il. Cette année, les météorologues danois avaient annoncé le début de la période de fonte début mai, avec quasiment un mois d'avance sur les normales.

En 2017, le Groenland avait déjà marqué les esprits en étant en proie à l’un des plus importants incendies de son histoire dont le front s’étendait sur 15 kilomètres. Les scientifiques avaient alors émis l’hypothèse que le dégel du permafrost - ces sols en théorie en permanence gelé riches en matières organiques - avait donné tout le carburant nécessaire pour alimenter ce feu incontrôlable. Le dégel de ces terres est une grande source d’inquiétude, car elles renferment des quantités considérables de méthane.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...

Virus pandemie covid 19 pixabay

Maladies infectieuses : comment le changement climatique tue

Tuberculose, paludisme, le changement climatique va faire progresser ces maladies infectieuses, touchant des populations qui ne sont pas immunisées et qui auront du mal à y faire face, alerte le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En outre, avec la fonte des...

Sophie Godin Beekmann couche d ozone CNRS

Reconstitution de la couche d’ozone : Une victoire qu'on ne peut pas répliquer au climat

Le trou dans la couche d'ozone devrait se résorber d'ici quarante ans au-dessus de l’Antarctique, et dès 2040 dans le reste du monde. Il avait été créé par la pollution humaine, particulièrement les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Mais un protocole...

La foret amazonienne notre terre documentaire National Geographic

Planet killers, Pauvre malgré le job, Utopie.s… Cinq documentaires engagés à ne pas manquer cet hiver

Arte, France TV, Disney +... Vous avez fait le tour des plateformes de streaming et vous manquez d’inspiration ? Suivez le guide ! Une enquête haletante à la poursuite des criminels environnementaux, une plongée au cœur de l’Amazonie en compagnie du peuple Uru-Eu-Wau-Wau ou encore une immersion dans...