Publié le 04 mai 2021

ENVIRONNEMENT

Sous le feu des critiques, la loi climat est adoptée à l'Assemblée nationale

Après trois semaines d'examen, le projet de loi Climat et résilience a été validé par l'Assemblée nationale le 4 mai. Si le texte a été enrichi, l'opposition et les associations dénoncent un contenu vidé de son ambition et pas à la hauteur des propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Le projet de loi doit maintenant être examiné par le Sénat.

Captureecran A N
Sur les 1 000 amendements adoptés, environ 200 étaient issus de l'opposition.
Capture d'écran @AssembléeNationale

C’est adopté. Les députés ont validé le 4 mai en première lecture le projet de loi Climat et résilience, étape préliminaire avant le passage du texte au Sénat en juin. Ce vote solennel fait suite aux trois semaines d’examen qui se sont achevés le 17 avril.  

Le texte, agrémenté de près de 1 000 amendements - qui n’ont toutefois pas modifié en profondeur l’ambition du texte -  a été adopté à 332 votes pour, 77 contre. 144 députés se sont abstenus. À l’issu des résultats, Barbara Pompili a salué le "processus inédit" qu’a été "l’instauration de la Convention citoyenne sur le climat" et la "qualité des débats" au sein de l'hémicycle qui ont permis "d’améliorer le texte, et d’essayer de le mettre à la hauteur de l’enjeu, qui est majeur pour ce siècle".

Les oppositions s’accordent sur leur désaccord

La France Insoumise, Libertés et territoires, Socialistes et apparentés… Nombreux sont les groupes qui ont en revanche manifesté leur opposition au projet de loi, soulignant un manque d’ambition. "Vous disiez que ce projet apporte une pierre important à l’édifice écologique", a déclaré dans l’hémicycle le député Les Républicains Jean-Michel Lambert, "mais peut-on construire un édifice avec des fondations si faibles ?". Le député communiste Robert Wulfranc a quant à lui dénoncé "un empilement de mesures anecdotiques, tronquées, différées, déléguées, sans le sous et asocial".

La députée La République en Marche Marie Lebec a pointé du doigt une "opposition de façade". "Ce projet de loi nous adressait un double défi, celui de conjuguer démocratie participative et démocratie représentative d’une part et d’accélérer la transition écologique d’autre part. C’est chose faite", a ajouté la députée.

Les associations mobilisées

Les associations environnementales ont elle aussi manifesté leur désaccord. Alors que les députés votaient le texte dans l’Assemblée, des militantes d’Extinction Rebellion se sont enchaînés aux grilles de l’Assemblée nationale pour dénoncer une "loi climat indigente" et appeler les députés à voter contre.

La veille déjà, plusieurs associations dénonçaient un texte qui manque d'ambition. "Bien que des nombreux amendements ambitieux aient été déposés par des députés de tous bords, cela n’a pas suffi à dépasser le blocus du Gouvernement et d’une partie de la majorité au Parlement qui s’opposait à rehausser l’ambition du texte"  a déploré l’association Réseau Action climat dans un communiqué. Une marche pour le climat est organisé le samedi 9 mai dans toute la France. 

Pauline Fricot, @PaulineFricot


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Papeete discours Emmanuel Macron @capture d'écran Elysée

Réchauffement climatique : En Polynésie, Emmanuel Macron met l'accent sur la résilience et l'intérêt du nucléaire

En visite en Polynésie française du 25 au 28 juillet, Emmanuel Macron a évoqué les risques qui pèsent sur les îles face au réchauffement climatique. Pour y répondre, il mise sur l'adaptation, à travers la construction d'abris anti-cycloniques et la nécessaire réduction des émissions des gaz à effet...

Fumee incendies Californie DAVID MCNEW GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP 01

Réchauffement climatique : Un monde à +2°C n’est déjà plus assurable

Notre monde subit un réchauffement de +1,2 °C et déjà, des assureurs se désengagent de certaines zones qu’ils considèrent trop à risques. En Floride, région particulièrement touchée par les catastrophes climatiques, certains particuliers ne trouvent ainsi plus d’assureurs privés. En Allemagne, après...

Environnement magistrat AJEL Pixabay

Nouvel activisme climatique : quand "l'audace juridique" des magistrats pousse à la condamnation des États

Les procès climatiques explosent partout dans le monde. Si les juges ne sont pas armés pour traiter ces contentieux qui dépassent le cadre de leur office, de plus en plus de magistrats misent sur une interprétation plus large de la loi. Une "audace juridique" selon la maître de conférence en droit...

Cosyndicat ecologie printemps ecologique

Nouvel activisme climatique : L'écosyndicalisme se déploie en France pour transformer les entreprises de l'intérieur

Printemps écologique. C'est le nom du premier écosyndicat français, lancé l'année dernière, qui est désormais implanté dans 10 secteurs clés. De la sensibilisation en passant par la réduction du temps de travail jusqu'à repenser le business model de son entreprise au prisme de l'urgence climatique,...