Publié le 25 septembre 2017

ENVIRONNEMENT

La faim dans le monde repart à la hausse à cause du changement climatique

Pour la première fois depuis plus de dix ans, les chiffres de la faim dans le monde repartent à la hausse avec 815 millions de personnes souffrant de famine, soit plus d'une personne sur dix. En cause, des conflits de plus en plus nombreux exacerbés par les événements climatiques extrêmes (inondations, sécheresses…). Un cercle vicieux qui n’est pas près de s’arrêter. La faim pourrait augmenter de 10 % à 20 % d'ici 2050.

Des civils irakiens fuyant les combats début 2017.
FAO/Cengiz Yar

C’est un très mauvais indicateur. Alors que la faim dans le monde régressait de façon constante depuis 2005, les derniers chiffres de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sont plus qu’alarmants (1). Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde est passé de 778 à 815 millions, soit 11 % de la population mondiale. Guerres et chocs climatiques constituent le cocktail explosif de cette hausse.

"Les conflits et la sécheresse, c’est le pire des scénarios pour la sécurité alimentaire", a souligné José Graziano da Silva, directeur général de la FAO, lors de la conférence de l’organisation en juillet. Cet accroissement de la faim en 2016 pourrait signaler une inversion durable de la tendance, en raison du changement climatique qui va s’accélérer dans les prochaines années.

53,5 millions de personnes touchées par un conflit et un choc climatique

La situation en matière de sécurité alimentaire a empiré notamment dans certaines régions de l’Afrique subsaharienne, de l’Asie du Sud-Est et de l’Asie de l’Ouest. 19 pays sont actuellement en situation de "crise prolongée" due à des conflits internes souvent conjugués à des événements climatiques extrêmes tels que des sécheresses et des inondations.

C’est le cas en Syrie, en Irak, en République démocratique du Congo, en Afghanistan, au Soudan ou encore au Yémen. Au total, 53,5 millions de personnes se trouvent en situation de sécurité alimentaire à cause d’un conflit combiné à un phénomène climatique.

10 à 20 % de malnutrition en plus d’ici 2050

"La concomitance de conflits et de catastrophes naturelles d’origine climatique pourrait être plus fréquente sous l'effet du changement climatique, car celui-ci non seulement aggrave les problèmes liés à l’insécurité alimentaire et à la sous-alimentation, mais peut aussi mener inexorablement à des conflits, des crises prolongées et des situations de fragilité", expliquent les experts dans leur rapport publié le 15 septembre. Un cercle vicieux difficile à stopper.

Chaque année, 26 millions de personnes en moyenne sont déplacées à cause de catastrophes naturelles, soit presque une personne à chaque seconde. En 2015, trois fois plus de personnes se sont déplacées en raison de catastrophes naturelles qu’à cause des guerres et des violences.

"C'est un échec honteux pour nos dirigeants et nos institutions internationales, réagit Clara Jamart d'Oxfam France. Les avancées que nous avons laborieusement obtenues au cours des dernières décennies peuvent facilement être compromises. Selon certaines analyses, le nombre de personnes risquant de souffrir de la faim augmentera de 10 % à 20 % d'ici 2050 en raison du changement climatique." 

Soutenir les petites exploitations

Pour soutenir la production alimentaire dans les pays les plus pauvres, l’ONU plaide pour l’investissement sur de petites exploitations, la moyenne en Afrique n’excédant pas deux hectares. "80% de la production totale agricole en Afrique vient des petites exploitations, qui sont au nombre de 38 à 40 millions", a ainsi rappelé Gilbert Houngbo, président du FIDA (Fonds International des Nations Unies pour le développement agricole). Début janvier, l’organisme lancera un fond d'investissement pour des petits propriétaires (small holders investment fund) qui rencontre déjà un "intérêt très fort".

"S'il permet de générer des profits colossaux pour une poignée d'entreprises agroalimentaires multinationales et de spéculateurs, l'agrobusiness ne permet pas, et ne permettra jamais d'assurer le droit à l'alimentation des plus pauvres, rajoute Clara Jamart d’Oxfam France. La faim n'est pas un problème lié à une pénurie de nourriture. Nous produisons aujourd'hui, à l'échelle de la planète, largement assez de denrées alimentaires pour assurer le droit à l'alimentation de tous." L’ONG lance ainsi un message d'alerte au président de la République, Emmanuel Macron, alors que se tiennent en ce moment les États généraux de l’alimentation.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Malgré l'interdiction par la loi, Carrefour va commercialiser des fruits et légumes issus de semences paysannes

C'est une grande première dans la grande distribution. Carrefour va commercialiser, à partir d'aujourd'hui, des fruits et légumes issus de semences paysannes. Des graines interdites à la vente contrairement aux semences hybrides de géants de l'agrochimie comme Monsanto. Une initiative,...

"Les États généraux de l’alimentation sont l'occasion de redonner ses lettres de noblesse à l'agriculture", Claude Gruffat (Biocoop)

Les États généraux de l'alimentation s'ouvrent le jeudi 20 juillet. Au programme : la question de la répartition de la valeur et le développement d'une agriculture saine, durable et accessible. Une occasion "formidable" pour pousser la bio selon Claude Gruffat, président du réseau de...

"Le changement climatique constitue une menace pour la sécurité internationale", selon François Gemenne

C’est un argument qui pourrait réussir à convaincre les derniers climatosceptiques. C’est en tout cas celui qu’a utilisé Emmanuel Macron pour tenter de convaincre Donald Trump de revenir dans l’Accord de Paris. Franchir le seuil des 2°C de réchauffement climatique soulèverait d'importantes...

Comment le changement climatique exacerbe la menace terroriste

En Syrie, en Afghanistan, au Darfour ou encore au Nigéria, le changement climatique a agi comme un multiplicateur de menaces dans l’émergence des conflits, selon plusieurs rapports récents. Et son rôle pourrait être de plus en plus déterminant à l’avenir. Pour en mesurer tous les effets,...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Stop ceta tomkucharz

Les députés ratifient le CETA, accord commercial jugé anti-climat, quelques heures après la venue de Greta Thunberg

Deux heures après avoir rencontré la jeune activiste Greta Thunberg, les députés ont ratifié le Ceta, traité considéré comme anti-climat par la plupart des associations environnementales. Cette ratification devient le symbole pour ses opposants de l'incapacité du gouvernement à inclure le climat...

Capture d ecran greta thunberg assemblee nationale 230719

Greta Thunberg à l’Assemblée : les députés face à la science

"Prix Nobel de la peur", "prophétesse en culottes courtes", "gourou apocalyptique"... face à la polémique qu'a entraîné sa venue à l'Assemblée nationale, Greta Thunberg ne s'en est tenu qu'aux faits scientifiques. Son discours, étayé par celui de la climatologue membre du Giec, Valérie...

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : quelle avancée pour la prise de conscience climatique ?

Avant même d’avoir prononcé son discours devant les députés, c’est sa présence au sein de l'Assemblée nationale qui fait débat. Si Greta Thunberg suscite autant de défiance, c’est qu’elle sait aussi mobiliser les foules, des plus jeunes jusqu'aux dirigeants de Davos. Mais avec quel impact sur la...

Secheresse desert 1 5 C echec budget carbone accord de paris pixabay

[Science] L’objectif 1,5°C de plus en plus difficile à atteindre, selon de nouvelles estimations

De nouvelles données sur le réchauffement à la surface des océans depuis l’ère préindustrielle changent la donne sur le temps qu’il nous reste pour rester sous la barre des 1,5°C de réchauffement planétaire établi par l’Accord de Paris. Notre budget carbone pourrait se trouver amputer d’un tiers...