Publié le 25 mai 2020

ENVIRONNEMENT

La crise du Covid-19 est l’occasion de réinventer les négociations climat et biodiversité, aujourd’hui à bout de souffle

Congrès mondial de la nature, sommet biodiversité de New York, COP15 sur la diversité biologique, COP26 sur le climat : tous les grands événements environnementaux de 2020 ont été reportés à l’année prochaine en raison de la crise du Covid-19. Une occasion manquée ou une opportunité pour accélérer la transition écologique ? Cela dépendra de la façon dont la diplomatie internationale saura se réinventer.

Session a bonn negociations internationales CCNUCC
Session plénière lors des négociations climatiques onusiennes au World conference center de Bonn.
UNFCCC / IISD

"Je plaide pour que nous passions d’une diplomatie spécifique à une diplomatie de la reconstruction écologique, basée sur les objectifs de développement durable", lance Laurence Tubiana, directrice de la Fondation européenne pour le climat, lors d’un webinaire organisé par l’Iddri fin avril. Une façon d'évoquer la fin des traditionnelles COP onusiennes sur l'environnement (climat, biodiversité, désertification) dont les limites ont encore été démontrées à Madrid en décembre dernier. La COP25 sur le climat s'était en effet achevée sur une série de divergences entre les différents États.

"Je ne crois plus à une approche spécifique. Il n’est plus possible de penser les problèmes séparément, en silo. En ce sens, les négociations onusiennes commencent à montrer leurs limites. Le choc que nous vivons peut donc être salutaire car il va nous obliger à penser les sujets de façon intégrée. La première réaction de la Convention citoyenne pour le climat a d’ailleurs été de dire que la crise sanitaire et la crise écologique étaient liées. Cette année de retard peut être l’occasion de repenser la diplomatie internationale", explique l'une des architectes de l’Accord de Paris.

Une coalition mondiale pour des plans de relance verts

C’est aussi sur cette "théorie du changement" que parie l’Iddri. "Il faut faire échanger entre eux plusieurs grands blocs économiques - UE-Chine, UE-Inde, Inde-Chine - pour coordonner une sortie de crise la plus verte possible et créer ainsi une diplomatie de la reconstruction. Car ce qui occupe les États en ce moment, ce sont les plans de relance avec à la clé des décisions économiques massives prises par de grands pays émetteurs de CO2", analyse Sébastien Treyer, le directeur de l’institut.

"Si on est capables de faire discuter les acteurs économiques et de la société civile de ces pays entre eux, alors ils auront plus de poids, une fois chez eux, pour que les arbitrages soient pris en faveur du climat et de la biodiversité", ajoute-t-il. "Une coalition de pays pourrait être lancée pour porter ce message notamment lors du sommet du G20, en novembre. Le Japon a déjà déclaré qu’il était favorable à un tel mécanisme."

Dans leur plan d’action, publié le 15 avril, les ministres des finances du G20, présidé cette année par l’Arabie saoudite, avaient ainsi plaidé pour une relance soutenable pour l’environnement. Le texte avait notamment été signé par les États-Unis. Plus récemment, le rapprochement inespéré entre la France et l’Allemagne, appelant de leurs vœux à un plan de relance vert basé sur la mutualisation de la dette, permet également d’espérer qu’une telle coalition verra le jour, peut-être à l’initiative de l’Union européenne. 

Vers une convergence des COP ?

Faut-il dès lors faire converger les conférences onusiennes sur le climat, la biodiversité et la désertification en une seule conférence globale sur l'environnement ? Yann Werlhing, l’ambassadeur chargé de l’environnement pour la France ou encore la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) y sont favorables. "Cela permettrait de faire remonter des suggestions d’engagements et d’actions qui ne favoriseraient pas la solution d’un problème au détriment d’un ou plusieurs autres", explique la FRB.

La date de 2022 pourrait être retenue, une fois passés les événements décisifs de 2021 et à l’occasion des 30 ans du sommet de la terre de Rio et des 50 ans de la conférence sur l’environnement de Stockholm. Basile Van Havre, co-président du groupe de négociation sur le cadre post 2020 de la Convention sur la diversité biologique, appelle cependant à la prudence : "Il est nécessaire de conserver des objectifs séparés, propres à chaque convention", assure-t-il. "En revanche, il pourrait être utile d’organiser régulièrement une grande conférence sur la mise en place de mesures plus globales suivant un agenda climat, biodiversité et santé".

Même prudence du côté de l’Iddri. "La fusion des COP n’est pas l’urgence aujourd’hui. En revanche, il faut davantage de cohérence entre les différents documents que les États doivent présenter", explique Sébastien Treyer. Pour lui, la pandémie de Covid-19 permet "un meilleur alignement des étoiles en 2021 qu’en 2020". "Mais même comme ça, la COP26 à venir ne fera qu’entériner ce qui aura été fait avant. C’est donc dès maintenant qu’il faut travailler à ce que les plans de relance soient bien alignés avec les objectifs climat et biodiversité."      

Concepcion Alvarez, @conce1  


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Extinction rebellion royaume uni nouvelle strategie DR

Désobéissance civile : Extinction Rebellion quitte sa "bulle militante" pour convaincre le grand public (1/3)

Il y a quelques semaines, Extinction Rebellion a créé la surprise. Au Royaume-Uni, le mouvement a pris la décision d’abandonner les blocages d'autoroutes et mains collés aux œuvres d'art. Une méthode de contestation jusqu'alors au cœur du collectif qui s’est construit autour d’actions de...

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...