Publié le 03 mars 2020

ENVIRONNEMENT

La campagne de Greenpeace, dénonçant l’inaction climatique du gouvernement, refusée dans le métro parisien et en salles

C'est une publicité que vous ne verrez pas dans le métro parisien. La dernière campagne de Greenpeace pointant du doigt l'inaction du gouvernement sur le climat, a été refusée par la régie publicitaire des transports parisiens. Le message a été jugé trop politique.

Campagne greenpeace climat inaction bla bla bla greenpeace
Cette campagne de Greenpeace a été rejeté par la régie publicitaire qui s'occupe de l'affichage dans les transports parisiens.
@Greenpeace

Des mots creux sur le changement climatique, qui s'effondrent avec les glaciers. Dans sa dernière campagne, Greenpeace dénonce les discours gouvernementaux sur le climat non suivis d'action. Un propos "politique" qui dérange la régie publicitaire Mediatransports. Elle a refusé de relayer ces affichages dans le métro et les bus parisiens. Et ce, bien que les visuels aient été jugés conformes par l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité).

"Dans un contexte où les alertes des scientifiques se succèdent pour expliquer que nous sommes la dernière génération à pouvoir agir, il est surprenant de constater que Mediatransports considère des affiches rappelant l’urgence climatique comme indignes du métro parisien, alors que les compagnies aériennes par exemple y développent des campagnes d’ampleur, incitant les voyageurs à prendre l’avion comme d’autres prennent le métro", souligne Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

Des discours ambitieux peu suivis d'actes

Certains cinémas ont également refusé de diffuser la vidéo de la campagne qui met en scène l’aggravation des événements climatiques extrêmes avec toujours ces trois mots "Bla bla bla" qui apparaissent au premier plan, qui se retrouvent emportés par des inondations ou qui brûlent dans de gigantesques incendies. Ils viennent ponctuer des extraits de discours ambitieux sur le climat des présidents Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron pour dénoncer l’inaction gouvernemental.

"Le refus n’est pas lié au message environnemental que Greenpeace voulait faire passer, précise à 20 Minutes Alexandra Lafay, directrice de la communication à Mediatransports. Mais en tant que régie publicitaire intervenant sur le domaine d’entreprises publiques que sont la SNCF et la RATP, nous ne sommes pas autorisés à diffuser des campagnes à caractère politique. De la même manière, un politique ne pourra pas faire de publicité dans le métro en marge d’une élection ou pour interpeller le public sur un sujet d’actualité comme celui des retraites."

Car ce sont bien les gouvernements français successifs (de Nicolas Sarkozy à Emmanuel Macron) qui sont visés par cette campagne. quelques jours de nouvelles marches pour le climat, Greenpeace rappelle que l’urgence climatique nécessite des actes forts de la part du gouvernement. Emmanuel Macron, comme ses prédécesseurs, est coutumier des grands discours, mais les actes ne suivent pas. La France est en retard sur ses objectifs climatiques et vient même d’augmenter ses objectifs d’émissions de CO2 !" explique Jean-François Julliard.

Si la campagne a été refusée dans la région parisienne, elle est cependant visible à Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier et Toulouse. Un dispositif web a également été conçu pour inciter les internautes à participer aux prochaines grèves et marches pour le climat des 13 et 14 mars prochains. Une mobilisation qui se fera sous l'égide de Greta Thunberg attendue le 13 mars à Grenoble et le 14 mars à Paris.  

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...

Voilier cargo Grain de Sail @graindesail

La Bretagne lance sa filière de transport maritime à voile

À l'abordage ! La Bretagne se lance à l'assaut d'une toute nouvelle filière : le transport maritime à voile. La région entend devenir pionnière en la matière. Un créneau prometteur, dans un contexte où le secteur du transport maritime s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de...