Publié le 06 juin 2017

ENVIRONNEMENT

L’Union européenne et la Chine ratent leur rendez-vous sur le climat

Le leadership climatique, abandonné par l'administration américaine, est de plus en plus endossé par la Chine qui se cherche un allié auprès de l’Union européenne. Mais, vendredi 2 juin, alors qu’une déclaration commune UE-Chine sur le climat était attendue, Pékin a fait passer ses intérêts commerciaux au premier plan.


Sean Gallup / Getty Images / AFP

Hasard du calendrier. L’Union européenne et la Chine tenaient leur sommet annuel au lendemain de l’annonce par Donald Trump du retrait des États-Unis de l’Accord de Paris. Dans l’attente de la décision de Washington, les deux parties avaient rédigé un projet de déclaration commune qui devait sceller leur coopération dans la lutte contre le changement climatique et faire d’eux les nouveaux ambassadeurs mondiaux sur le climat.

Selon les informations que les services européens avaient laissé fuiter quelques jours auparavant, l’UE et la Chine devaient s’engager à réduire l’utilisation des énergies fossiles, à développer les technologies vertes et à contribuer au financement d’un fonds annuel de 90 milliards d’euros d’ici à 2020 pour aider les pays les plus pauvres à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Pas de déclaration commune

Mais vendredi 2 juin, après plus de cinq heures de réunion - au lieu des deux prévues -, la Chine a finalement refusé de se prêter au jeu de la diplomatie climatique, en raison de divergences persistantes sur les questions commerciales, a déclaré à l'AFP une source européenne. "L'UE et la Chine sont d'accord sur tout, sauf sur la question du commerce, mais les différences sont en train de s'aplanir", a nuancé de son côté le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas.

"Malgré l'opportunité d'une déclaration forte sur le climat en réaction à la décision de Donald Trump de se retirer de l'Accord de Paris, la Chine a décidé de mettre en avant ses intérêts en demandant à ce que le statut d'Économie de Marché lui soit reconnu", a réagi le député européen (LR) Franck Proust, interrogé par La Tribune. Mais les Européens, comme les Américains, refusent d'accorder ce statut à Pékin, qu'ils accusent de dumping dans certains secteurs, en particulier celui de l'acier.

Poser les jalons

Pour autant, les deux puissances ont multiplié les déclarations rassurantes. "Notre partenariat (avec la Chine) aujourd'hui est plus important que jamais", a assuré Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. "Notre leadership conjoint apporte la certitude aux milieux d’affaires, investisseurs et chercheurs - à la fois en Europe, en Chine et à travers le monde - qu’ils doivent construire une économie globale à faible production de carbone", a-t-il ajouté.

De son côté, le Premier ministre chinois Li Keqiang a affirmé jeudi 1er juin, lors de sa visite à Berlin, que son pays mettra en œuvre "les promesses faites lors de l’accord de Paris" et continuera à "assumer ses responsabilités". Pour l’instant, Pékin fait figure de bon élève. Elle pourrait parvenir à une baisse de 1 % de ses émissions de CO2 en 2017. Son objectif est notamment de réduire sa dépendance au charbon à 55 % d’ici à 2020, contre 60% aujourd'hui.

Donald Tusk, Président du Conseil européen, a estimé qu'il venait d'assister "au sommet UE-Chine le plus prometteur de notre histoire". "Le résultat le plus important de cette rencontre est que nous devons trouver ce que nous avons en commun, au lieu de nous focaliser sur ce qui nous divise", a-t-il ajouté. Désormais les regards sont tournés vers le G20 de Hambourg qui se tiendra du 6 au 8 juillet, en espérant que cette fois les convergences l’emporteront.   

Concepcion Alvarez @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...

Jeanne barseghian maire ecolo de Strasbourg PATRICK HERTZOG AFP

État d’urgence climatique déclaré à Strasbourg et Bordeaux, deux villes emportées par des écologistes

C'est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l'état d'urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci...

Le Haut conseil pour le climat torpille la politique climatique de la France dans un nouveau rapport

La France n'est toujours pas sur la bonne trajectoire climatique pour atteindre la neutralité carbone en 2050, alerte une nouvelle fois le Haut conseil pour le climat. Installée par Emmanuel Macron fin 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, l'instance est la vigie de l'action climatique du...

Plateforme voter pour le climat

Votez pour les 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat

Excellent, passable, à rejeter... Vous avez jusqu'au 13 juillet pour donner votre avis sur les 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Il s'agit de porter le débat sur la transition écologique et social au niveau national et ainsi faire davantage pression sur le gouvernement...