Publié le 17 juin 2020

ENVIRONNEMENT

Journée de blocage du 17 juin contre les secteurs "toxiques"

Coincée entre la grande manifestation des soignants et des mobilisations organisées pour le dernier week-end de la Convention citoyenne pour le climat, la journée de blocage du 17 juin appelle à faire converger les luttes contre les secteurs "toxiques" pour la société. Derrière cet appel contre "la réintoxication du monde", il s'agit de nous interroger sur les industries qui doivent s'arrêter ou qu'il faudrait encore développer, en s'appuyant sur les luttes locales. 

Appel 17 juin contre la reintoxication du monde
150 collectifs participent à une journée de blocage ce mercredi 17 juin.
@Agir17Juin

Terminal pétrolier, projet d’autoroute ou d’urbanisation, centrale nucléaire, usine d’engrais de synthèse, ferme-usine de poulets, ou entrepôts Amazon, voici quelques-unes des cibles visées par l’appel du 17 juin contre la "réintoxication" du monde. 150 collectifs, organisations, syndicats, groupes de gilets jaunes et de la jeunesse climatique, zads et territoires en lutte ont rejoint la mobilisation. Parmi eux, on trouve essentiellement des groupes locaux tels que Youth For climate Lyon, Attac 44 ou encore Extinction Rebellion Marseille. Au total, une cinquantaine d’actions ont été répertoriées pour cette journée. 

"Le gouvernement parle du mois de juin comme d'une ‘nouvelle marche’ dans un déconfinement qui n'est pour lui qu'une remise en marche de l'économie et de la destruction du vivant. La seule ‘marche’ sensée c'est au contraire d'agir concrètement pour l'arrêt des secteurs de production les plus empoisonnants", écrivent les signataires de l'appel dans une tribune publiée le 20 mai. "Nous avons aperçu pour la première fois dans nos existences ce qui serait encore possible si la machine infernale s’arrêtait enfin, in extremis. Nous devons maintenant agir pour qu’elle ne se relance pas."

Qu'est-ce qu'on arrête ? 

Cette mobilisation fait écho au questionnaire publié par le philosophe Bruno Latour (1) pour nous interroger sur les activités et comportements que nous voudrions voir arrêter ou qu'il faudrait développer. "Nous invitons chacun localement à dresser de premières cartographies de ce qui ne doit pas redémarrer, de ce qui doit immédiatement cesser autour d’eux, en s’appuyant sur les cartes et luttes existantes. Il y a des industries qui ne se sont pas arrêtées pendant le confinement et qui doivent aujourd’hui cesser. Il y en a d’autres qui ont été interrompues et dont l’activité ne doit pas reprendre", écrivent les signataires.  

La stratégie adoptée ici suit une logique inverse aux mobilisations classiques organisées au niveau national. Il s’agit là de gagner des luttes locales pour changer le rapport de force dans le temps long. Avec en tête de premières victoires comme l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de l’A45 ou encore d’Europacity. Selon la plateforme Super Local (2), qui a cartographié l’ensemble des "points chauds" sur le territoire, la France compte 1 400 sites ultra-émetteurs de gaz à effet de serre ainsi que plusieurs dizaines de milliers de sites menaçant l’environnement. Autant de batailles à mener... 

Concepcion Alvarez

(2) Voir la cartographie des "points chauds" en France


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Referendum urne vote pixabay

Climat dans la Constitution : le futur référendum soulève de nombreuses oppositions

Ce mercredi 20 janvier, le Conseil des ministres a adopté le projet de loi intégrant la protection de l'environnement dans le préambule de la Constitution. C'est une première étape avant un référendum dont l'issue demeure incertaine. Au Sénat, à l'Assemblée, au sein des ONG et même de la population,...

Pollution de l air dacca bangladesh Mirza Khalid

Réfugiés climatiques : un sans-papier bangladais autorisé à rester en France pour des raisons environnementales

La France a-t-elle accueilli son "premier réfugié climatique"? Dans une décision inédite, la cour d'appel de Bordeaux a annulé l'obligation de quitter le territoire français d'un Bangladais souffrant de problèmes respiratoires chroniques. Outre l'aspect médical, le tribunal a estimé que les...

Job de reve pixabay

La nouvelle plateforme Shift your job : le Pôle emploi du climat

Vous êtes journaliste, ingénieur, DRH, informaticien... Et êtes à la recherche d'un travail qui ne contribue pas à la crise climatique ? Des bénévoles du think tank Shift Project viennent de créer la plateforme Shift your job pour vous guider vers les entreprises dont l'activité est alignée avec les...

Fumee incendies Californie DAVID MCNEW GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

210 milliards de dollars, c’est le coût record des catastrophes naturelles en 2020

Ouragans, inondations, incendies… L’année 2020 a dénombré 980 catastrophes naturelles, qui ont coûté 210 milliards de dollars, en forte augmentation par rapport à 2019. Le changement climatique, qui entraîne une température plus élevée de l’atmosphère et des océans, explique cette multiplication des...