Publié le 26 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Jacques Chirac est mort : retour sur son héritage environnemental

La famille de Jacques Chirac a annoncé la mort de l’ancien Président de la République, ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. À la tête du pays de 1995 à 2007, il laisse un héritage environnemental essentiellement marqué par une formule reprise à chaque sommet pour le climat. Mais on lui doit aussi la Charte de l'environnement de 2005, texte fondateur pour la reconnaissance des droits et devoirs environnementaux. 

Jacques Chirac Johannesburg2002 AFP
Jacques Chirac aura marqué les esprits avec sa formule "la maison brûle et nous regardons ailleurs".
AFP

17 ans après, presque jour pour jour, la maison brûle toujours et nous continuons de regarder ailleurs. L’auteur de cette phrase devenue célèbre n’était autre que Jacques Chirac, Président de la République de 1995 à 2007. Il l’a prononcée à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 3 septembre 2002, devant une centaine de chefs d’État rassemblés par l’ONU lors du quatrième sommet de la Terre. À l’époque, l’enjeu était de mobiliser les États pour ratifier et appliquer le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, prédécesseur de l’Accord de Paris.

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre (…) de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La Terre et l’humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables. Il est temps, je crois, d’ouvrir les yeux. Sur tous les continents, les signaux d’alerte s’allument. (…). Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !"

"Sa phrase a fait le tour du monde, et quelque part, il a interpellé le monde", réagit très ému Nicolas Hulot ce jeudi 26 septembre au micro de France Inter. "Replacé dans le contexte de l'époque, pour un homme dont l'orientation politique n'était pas spontanément tournée vers l'écologie... Je pense qu'il a participé à la prise de conscience commune."

Charte de l'environnement

En février 2007, son sens de la formule fait de nouveau la Une des journaux lors de "l’appel de Paris", prononcé après la publication par le Giec d’un rapport (déjà) très alarmant sur le réchauffement climatique. "Face à l'urgence, le temps n'est plus aux demi-mesures : le temps est à la révolution. La révolution des consciences. La révolution de l'économie. La révolution de l'action politique", avait déclaré Jacques Chirac, évoquant une planète "au seuil de l'irréversible". Le Président va même jusqu’à proposer une organisation internationale de l’environnement, sous l’égide de l’ONU.

Mais dans les faits, ce qu’il faut surtout retenir des deux mandats de Jacques Chirac à la tête du pays, c’est la Charte de l’environnement inscrite dans la Constitution française en 2005. "Il l’a imposée à ses amis qui n’en voulaient pas", se souvient Corinne Lepage, ministre de l’environnement de 1995 à 1997. "Chirac a ainsi apporté une contribution non négligeable à la lutte contre le changement climatique."

En proclamant le droit de "vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé", la Charte consacre les nouveaux droits et devoirs en matière d’environnement au même titre que les Droits de l’Homme de 1789 et les droits économiques et sociaux de 1946. Elle introduit par ailleurs le principe de précaution malgré les nombreuses oppositions qu'il a suscité.

Taxe Chirac sur les avions

En 2006, il donne naissance à la taxe de solidarité sur les billets d'avion, aussi appelée taxe Chirac. Il s’agit d’une taxe internationale prélevée sur le prix des billets d'avion pour financer le Fonds de solidarité pour le développement. Cet impôt, proposé conjointement avec le président brésilien Lula da Silva en 2005, n’est finalement appliqué que par neuf pays.    

Cette reconversion quelque peu tardive à l’écologie ne permet toutefois pas d’effacer certaines positions et actions défendues par Jacques Chirac. La coqueluche du salon de l’agriculture était ainsi un fervent partisan de l’agriculture conventionnelle et des OGM. Il a également relancé les campagnes d’essais nucléaires dans le Pacifique à Moruroa en 1995.  

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Blocage Lafarge Pantin XR

Pollution du BTP : les militants écolos bloquent Lafarge après avoir ciblé BlackRock

Après avoir pris pour cible BlackRock la semaine dernière, les activistes écologistes ont bloqué le 17 février les sites des cimentiers Lafarge et Cemex pour dénoncer l'impact sur l'environnement et la biodiversité du BTP. À l'initiative du mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion,...

Protocole de kyoto NB ina

[À l’origine] Le protocole de Kyoto, 1er accord international sur le climat, n’a que quinze ans

Si la reconnaissance des problèmes liées au changement climatique date des années 80, le premier accord international sur le climat, le Protocole de Kyoto, n'est entré en vigueur qu'en 2005, sans la plupart des plus gros pollueurs comme les États-Unis, le Canada, la Chine ou l'Inde. 15 ans plus...

Elisabeth borne conseil des ministres elysee

Adaptation, biodiversité, exemplarité de l'État : ce qu’il faut retenir du 4e Conseil de défense écologique

Au menu du quatrième Conseil de défense écologique, qui se tenait ce mercredi 12 février, le gouvernement a promis des mesures d’adaptation au changement climatique censées protéger 17 millions de Français. Il confirme la protection d’un tiers du territoire dans le cadre de la conférence onusienne...

Pacte vert européen : vers une taxe carbone aux frontières plus juste pour les ménages modestes

Parmi les nombreuses mesures du Pacte vert européen, il y a la mise en place d'un mécanisme carbone aux frontières : comprendre une taxe carbone ou une extension du marché carbone européen aux produits importés. Selon une étude de l'OFCE et de l'Ademe, celle-ci pèserait moins sur les ménages les...