Publié le 28 août 2018

ENVIRONNEMENT

Climat, glyphosate, lobbying et incapacité à changer de modèle…ce qui a fait partir Nicolas Hulot

15 mois après sa nomination, Nicolas Hulot, quitte le gouvernement. Entre le CETA, le glyphosate et le nucléaire, les dossiers qui ont poussé à la démission le ministre de l'Écologie, ministre d'Etat et numéro deux du gouvernement, sont nombreux. Mais c'est globalement le modèle économique libéral perçu comme principal responsable de la crise écologique, et étouffé par les lobbys, qu'il dénonce. 

Nicolas Hulot a annoncé en direct sur France Inter sa démission, sans en avoir informé le Président de la République ou le Premier ministre.
Ludovic Marin / AFP

Nicolas Hulot s’était donné un an pour juger de son utilité au gouvernement. Il aura tenu 15 mois. Un mandat pendant lequel le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est heurté à un système économique et financier libéral qu’il tient comme principal responsable de la crise écologique. "Est-ce qu’on s’est autorisé à sortir un peu de l’orthodoxie économique et financière ?", s’est interrogé le ministre sur France Inter ce matin à l’annonce de sa démission. 

Il dénonce les "incohérences" et les "contradictions" du gouvernement poussé par la puissance des lobbys."Il faut poser ce sujet sur la table, parce que c’est un problème de démocratie : qui a le pouvoir et qui gouverne ?" a souligné l’ancien ministre qui dit avoir "baissé les bras" sur la possibilité de mettre un nouveau modèle de développement. Il a confié sa lassitude et sa solitude au sein du gouvernement dans lequel il a accumulé les bras de fer. 

1. Nucléaire : le renoncement

C’est une des plus grosses couleuvres que Nicolas Hulot a dû avaler pendant son mandat. Alors que la loi de transition énergétique prévoyait un abaissement de la part du nucléaire dans le mix électrique français de 75 % à 50 % d’ici 2025, le ministre de la Transition écologique et solidaire a dû le repousser de 5 à 10 ans. "Il sera difficile de tenir ce calendrier de 2025 sauf à relancer la production d’électricité à base d’énergies fossiles", avait-il justifié s’attirant les foudres des antinucléaires.

Or aujourd’hui, son discours est bien différent. Dans son "interview vérité" à France Inter, le défenseur de l’environnement a fustigé le nucléaire, "cette folie inutile économiquement et techniquement, dans lequel on s’entête", avouant qu’il n’avait "pas réussi à convaincre" sur ce sujet.

2. L’interdiction du glyphosate ne sera pas inscrite dans la loi

Il avait presque gagné ce bras de fer. Pendant des semaines, Nicolas Hulot s’est battu contre Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, pour une sortie du glyphosate en France sous trois ans. Il a finalement obtenu le soutien du Président de la République… qui a, par la suite, rétropédalé annonçant qu’il y aurait des "dérogations".

Pire, l’ex-ministre de l’Écologie, fervent défenseur de l’inscription de l’interdiction du glyphosate dans la loi, n’a pas obtenu satisfaction sur ce sujet. A la suite de sa démission, le gouvernement tiendra-t-il une promesse qui n’est pas gravée dans le marbre ?

3. Un modèle agricole intensif et pesticidé

C’était un des signes avant-coureurs de sa démission. Nicolas Hulot avait boudé, en décembre, la clôture des États généraux de l’alimentation (Egalim), estimant que les résultats n’étaient pas à la hauteur. Pour cause, deux thèmes principaux devaient être abordés : le faible revenu des agriculteurs et la transition vers une alimentation saine et durable dont la réduction des pesticides et le développement du bio sont la clef.

Or, les Egalim se sont concentrés sur le premier point, balayant quelque peu le deuxième."Je n’ai pas créé une complicité de vision avec le ministère de l’Agriculture alors qu’on avait une opportunité de changer le modèle agricole dominant", s’est d’ailleurs désolé Nicolas Hulot ce matin.

4. Le CETA, climato-incompatible 

"Entre le climat et le CETA, Emmanuel Macron choisit le CETA", voilà comment les associations environnementales avaient accueilli l’entrée en vigueur du traité de libre-échange Union-Européenne - Canada en septembre 2017. Même la Fondation pour la Nature et l’Homme, ex-fondation Nicolas Hulot avait dénoncé la position du gouvernement. Et pour cause, la Commission d’experts indépendants mise en place par le Président avait sévèrement évalué l’impact environnemental du CETA.

Un point sur lequel est revenu Nicolas Hulot ce 28 août : "sur les sujets que je porte, on n’a pas la même grille de lecture", évoquant les positions d’Emmanuel Macron et d’Édouard Phillpe. "On ne remet pas en cause le modèle dominant. Je me suis largement prononcé sur des traités comme le CETA et on va en avoir une flopée d’autres".

5. L’inscription du climat dans la constitution reportée

Inscrire dans l’article 1 de la Constitution la lutte contre le dérèglement climatique et le respect de la biodiversité, voilà ce qu’avait obtenu Nicolas Hulot du gouvernement il y a quelques semaines. Le 13 juillet les députés ont d’ailleurs voté cette mesure. Mais elle a finalement été rejetée par les sénateurs et reportée par le gouvernement du fait du report de l'examen de la réforme des institutions. La loi Pacte, destinée à favoriser la croissance des entreprises, étant en tête des priorités.

Mais avec la démission de Nicolas Hulot, cette mesure pourrait même tomber dans les oubliettes. Elle avait en effet été accordée au ministère de la Transition écologique pour qu’il ne quitte pas le gouvernement, estimait-il alors. "Quand j’obtiens des choses, c’est pour éviter que je me barre", confiait-il le 2 août à Libération "ils m’ont donné l’article 1 de la Constitution (…) pour ne pas que je me barre. Le problème, c’est qu’ils devraient le faire par conviction"

Marina Fabre@fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...

Rencontre Castex 150 convention XoseBouzas HansLucas AFP

[Édito] Convention citoyenne pour le climat : une vraie avancée et beaucoup de limites

La Convention citoyenne pour le climat, avec ses 150 citoyens tirés au sort pour réfléchir à la baisse des émissions de CO2 de la France, va maintenant laisser le fruit de ses travaux au Parlement. L'évènement a largement mobilisé le pays sur les questions environnementales. Une réussite, toutefois...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ultime réunion de la Convention citoyenne pour le climat pour évaluer la future loi issue de leurs travaux

Après des mois de travaux de la Convention citoyenne pour le climat, arrive l'heure du bilan : ses 150 membres se pencheront de vendredi à dimanche sur les réponses faites par le gouvernement à leurs propositions et les suites à tirer de cette expérience inédite.