Publié le 11 juin 2021

ENVIRONNEMENT

Football : L’urgence écologique, sur le banc de touche de l’Euro 2021

Pour la première fois, le championnat d'Europe, qui débute le 11 juin, ne se déroulera pas dans un seul pays hôte mais dans onze villes de onze pays différents. De quoi faire exploser les déplacements des supporters les plus assidus. Un format décrié par les militants écologistes alors que le Green deal prévoit une réduction de 50 % des émissions de gaz à effet de serre de l'Europe d'ici 2030. Tous les secteurs sont censés suivre cette trajectoire, y compris le football.

L'Euro 2021 prévoit 51 matchs disputés dans 11 pays différents.
@GuillaumeBigot

De Rome à Bakou en passant par Saint-Pétersbourg, l’Euro 2020, reporté d’un an en raison de la pandémie est inédit. Contrairement aux anciens championnats, celui-ci ne comptera pas un ou deux pays hôtes mais onze. 51 matchs seront ainsi répartis dans 11 villes et 11 pays différents. Pour les supporters, qui retrouvent les stades interdits jusqu’ici, l’affiche est alléchante. Pour les défenseurs de l’environnement, beaucoup moins. Dès l’annonce par l’UEFA de ce format, les critiques ont fusé. 

"Cela relève d’un non-sens environnemental le plus total", s’insurgeait l’année dernière auprès de l’AFP, Karima Delli, eurodéputée écologiste, présidente de la Commission transports au Parlement européen. "On veut soi-disant montrer l’unité de l’Europe avec cette nouveauté mais on oublie qu’il y a une urgence climatique". Dans une enquête, les journalistes de la BBC, ont calculé le nombre de kilomètres parcourus en avion pour un supporter suisse souhaitant suivre son équipe. 

20 000 km pour un supporter

Le supporter devrait ainsi parcourir plus de 20 000 kilomètres, en passant par Bakou, en Azerbaïdjan, Rome en Italie ou encore Amsterdam aux Pays-Bas. "Même si les Suisses sortaient en phase de groupes, un fan se déplaçant pour assister à chacun de leurs matchs parcourrait 13 115 km, soit presque deux fois plus de kilomètres que lors de toutes leurs précédentes participations en Championnat d’Europe réunies (6750 km en 1996, 2004, 2008, 2016)", écrit la BBC. 

Si les restrictions liées au Covid-19 vont ralentir la frénésie des supporters parcourant l’Europe en charter, cette décision marque, pour certains experts, l’indifférence du monde du football à l’urgence écologique alors que le Green Deal prévoit une réduction de 55 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Tous les secteurs sont pourtant invités à s’aligner sur cette trajectoire. Même le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, l’a reconnu : le monde du football n’a "pas fait beaucoup pour l’environnement" jusque-là et l’Euro 2020 va "beaucoup polluer". 

La compensation en question

Une phrase qui vient pourtant contredire la position de… l’UEFA qui affirme que ce sera "le tournoi le plus respectueux de l’environnement". L’institution défend le fait que très peu d’infrastructures ont dû être construites et que les supporters joueront trois matches de groupe à domicile réduisant "significativement" leurs déplacements. Surtout, l’UEFA s’est engagée à "compenser" les déplacements des supporters et joueurs en investissant dans des projets certifiés de réduction d’émissions et en plantant 50 000 arbres dans chacun des pays hôtes, qui seront censés symboliser "l’héritage" environnemental du tournoi. Or la compensation est une démarche très controversée

Une récente étude de l’Oko-Institut, institut allemand de recherche sur l’environnement rapporte que 85 % des projets assurant réduire les émissions des entreprises ont une "faible probabilité" d’assurer les réductions d’émissions promises. "Il faudrait vraiment qu'il y ait un modèle standard [d'évaluation] pour éviter ces petits arrangements", affirme à France TV, Andrew Welfle, chercheur de l'université de Manchester.

Reste que des initiatives, aujourd’hui marginales, tendent à prendre un peu plus d’ampleur ces dernières années. L’association Football Écologie France, créée en 2019, milite pour pousser les acteurs du football (supporters, collectivités, joueurs, etc.) à se tourner vers une démarche écologique. Ils pourront en tout cas s’inspirer du Forest Green Rovers (FGR), un petit club anglais de la League Two (division 4 anglaise) qui est devenu en 2018 le club le plus écologique du monde avec une pelouse bio, entretenue avec de la bouse de vache, des centaines de panneaux solaires et des menus 100 % végétariens pour les joueurs. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La Super League des clubs super-riches, une erreur du football business

La bombe a éclaté le 19 avril. Douze des plus gros clubs européens ont annoncé la création d'une Super League. Une compétition réservée aux "meilleurs clubs et aux meilleurs joueurs", venant ainsi concurrencer la Ligue des Champions de l'Uefa, avec, à la clé, la promesse de milliards...

Football et droits humains : Qatar2022 catalyse les protestations des joueurs !

Petit séisme dans le monde du footbusiness. Des joueurs des équipes nationales de football d’Allemagne, de Norvège et des Pays Bas ont porté sur leur maillot des messages en faveur des droits humains en ouverture des matches de qualification pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar. Ils...

Spéculation et endettement, la faillite de Mediapro met le football français à genoux

Mediapro, qui avait racheté pour 1,2 milliard d'euros les droits TV de la Ligue 1, a fait faillite. Accusé d'avoir gonflé les prix sans modèle économique tenable, le groupe espagnol est le symbole d'un football français à la dérive. Sur le banc des accusés : la ligue de football...

Le Coronavirus, un carton rouge pour le modèle économique du football

C'est un colosse qui vacille. Le Coronavirus, en mettant à l'arrêt le sport le plus populaire du monde, a mis en lumière les défaillances majeures du modèle économique du football et révélé son manque de résilience. En quelques semaines, en l'absence de droits TV, de billetterie, de...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Pitron RedaSettar

"Les géants d’Internet entretiennent notre ignorance sur l'enfer de la pollution numérique", alerte Guillaume Pitron

Trois ans après La Guerre des métaux rares, le journaliste Guillaume Pitron s’attaque à un nouveau sujet avec "L’enfer numérique, Voyage au bout d’un like". Il dévoile le coût environnemental d’un secteur dématérialisé. Entre les stratégies des géants qui nous maintiennent dans l’illusion d’un...

MicrosoftTeams image

À quelques semaines de la COP26, la Chine et les États-Unis prennent de forts engagements climatiques

Fini le financement des centrales à charbon à l'étranger. La Chine annonce la fin de leur construction en dehors de ses frontières. Une avancée majeure alors que Pékin soutenait fortement cette énergie dans les pays en développement. Une bonne nouvelle qui intervient au moment où les États-Unis ont...

Emissions CO2 FranckWagner

Le manque d’engagement des pays sur les émissions de CO2 conduit le monde à un réchauffement de 2,7°C, alerte l’ONU

À quelques semaines de la prochaine COP26 sur le climat, l’ONU s’alarme. Les pays, qui devaient prendre de nouveaux engagements en matière d’émissions de CO2, tardent. Si 113 pays ont renforcé leurs ambitions, cela concerne moins de la moitié des émissions mondiales. En l’état, le monde va largement...

Football tottenham CCO

[Bonne nouvelle] Un match de football neutre en carbone, pour la beauté de l’écogeste

La rencontre de football entre Tottenham et Chelsea du 19 septembre doit faire entrer un peu plus les questions environnementales dans le monde du sport. Ce match de première ligue anglaise a l’ambition d’être le premier neutre carbone. Pour cela, les deux clubs invitent les spectateurs à adopter...