Publié le 11 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

Face à "l’état d’urgence économique et sociale", Emmanuel Macron tourne la page du Président du climat

Quatre semaines après le début du mouvement des gilets jaunes, Emmanuel Macron est enfin sorti de son silence pour répondre aux manifestants. S’il fait des annonces fortes sur le SMIC, les heures supplémentaires ou les retraites, on note en revanche la quasi-absence de références à la transition énergétique. C’est pourtant une taxe sur le carbone qui a mis le feu aux poudres.

Emmanuel Macron a annoncé 8 à 10 milliards d'euros de dépenses en faveurs des travailleurs modestes et des retraités.
@Elysée

Depuis mi-novembre, le Premier ministre Édouard Philippe était monté au front face aux gilets jaunes. Ce 10 décembre, après un nouveau samedi de manifestation, c’est le Président de la République qui s’est adressé aux Français. S’il engage un virage social, il ne fait nullement mention de la transition écologique et encore moins de la transition juste pourtant appelée de leurs vœux par les manifestants.

Car ce fut bien une taxe sur les émissions de carbone et la hausse sur le prix des carburants, qui ont déclenché l’étincelle de la colère. Pourtant, le Président écarte vite ce sujet. "Ce fut d'abord la colère contre une taxe et le Premier ministre a apporté une réponse en annulant et en supprimant toutes les augmentations prévues pour le début d'année prochaine, mais cette colère est plus profonde ", assure-t-il, évoquant en particulier les travailleurs pauvres.

État d'urgence économique et sociale

Pour redonner du pouvoir d’achat et faire face à "l'état d'urgence économique et sociale", il fait trois annonces: augmentation immédiate de 100 euros du Smic, exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2 000 euros par mois, heures supplémentaires payées "sans impôts, ni charges". De plus, il appelle "les employeurs qui le peuvent" à verser "une prime de fin d'année à leurs employés" qui elle aussi sera sans impôts, ni charges. Un ensemble de mesures estimé entre 8 et 10 milliards d’euros, par le gouvernement. 12 à 15 milliards d’euros par le Parlement.

En revanche, le Président, auteur du slogan "Make our Planet Great Again", fait presque l’impasse sur le climat. Il évoque l’environnement à deux reprises pendant son discours de 13 minutes. Une première fois, il invoque  "le devoir de changer pour tenir compte de l’urgence de notre dette climatique et budgétaire". Une seconde fois, il dit : "Je veux que soit posée la question de notre quotidien pour faire face aux changements climatiques". En revanche, aucune mesure concrète n’y est associée.

 

Yannick Jadot, député européen EELV, réagit : "Le Président Emmanuel Macron n’a dressé aucune perspective pour une transition écologique et sociale juste. Rien sur le climat, la mobilité, le logement, l’agriculture, les services publics". Pour l’ancien ministre de François Hollande, Benoit Hamon, "les entreprises polluantes passent encore entre les gouttes et peuvent dormir tranquille".

Un parallèle avec Nicolas Sarkozy

Le Président de la République adresse tout de même un message aux entreprises. "Le gouvernement et le Parlement devront aller plus loin pour mettre fin aux avantages indus et aux évasions fiscales. Le dirigeant d’une entreprise française doit payer ses impôts en France et les grandes entreprises qui y font des profits doivent y payer l’impôt, c’est la simple justice".

Une sorte de parallèle entre Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron semble apparaître. Le premier avait organisé, en 2007, le prometteur Grenelle de l’Environnement et avait fait du ministre de l’Environnement un ministre d’État, en deuxième position après le Premier ministre. Emmanuel Macon fera pareil en organisant, en 2017, le One Planet Summit et en créant le ministère d’État de la transition écologique et solidaire.

Mais dès 2010, Nicolas Sarkozy, face aux difficultés économiques, finira par dire au Salon de l’Agriculture que "ces questions d'environnement (…) ça commence à bien faire". L’histoire va-t-elle, là aussi, se renouveler ?

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Stop ceta tomkucharz

Les députés ratifient le CETA, accord commercial jugé anti-climat, quelques heures après la venue de Greta Thunberg

Deux heures après avoir rencontré la jeune activiste Greta Thunberg, les députés ont ratifié le Ceta, traité considéré comme anti-climat par la plupart des associations environnementales. Cette ratification devient le symbole pour ses opposants de l'incapacité du gouvernement à inclure le climat...

Capture d ecran greta thunberg assemblee nationale 230719

Greta Thunberg à l’Assemblée : les députés face à la science

"Prix Nobel de la peur", "prophétesse en culottes courtes", "gourou apocalyptique"... face à la polémique qu'a entraîné sa venue à l'Assemblée nationale, Greta Thunberg ne s'en est tenu qu'aux faits scientifiques. Son discours, étayé par celui de la climatologue membre du Giec, Valérie...

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : quelle avancée pour la prise de conscience climatique ?

Avant même d’avoir prononcé son discours devant les députés, c’est sa présence au sein de l'Assemblée nationale qui fait débat. Si Greta Thunberg suscite autant de défiance, c’est qu’elle sait aussi mobiliser les foules, des plus jeunes jusqu'aux dirigeants de Davos. Mais avec quel impact sur la...

Secheresse desert 1 5 C echec budget carbone accord de paris pixabay

[Science] L’objectif 1,5°C de plus en plus difficile à atteindre, selon de nouvelles estimations

De nouvelles données sur le réchauffement à la surface des océans depuis l’ère préindustrielle changent la donne sur le temps qu’il nous reste pour rester sous la barre des 1,5°C de réchauffement planétaire établi par l’Accord de Paris. Notre budget carbone pourrait se trouver amputer d’un tiers...