Publié le 06 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

États-Unis : Scott Pruitt, responsable de l’Environnement, démissionne... et est remplacé par un lobbyiste du charbon

Donald Trump a annoncé le départ de Scott Pruitt, l’équivalent du ministre de l'Environnement américain. Le directeur de l’Agence de protection de l’environnement était englué dans une impressionnante cascade de scandales liés à son train de vie et à son utilisation des fonds publics. Au cours de son passage, Scott Pruitt s’est attelé à démanteler la réglementation environnementale américaine en faisant sortir le pays de l’Accord de Paris ou en supprimant la législation sur les émissions des centrales à charbon.

Miné par les scandales, Scott Pruitt, le directeur de l'Agence de Protection de l'Environnement (EPA) américaine a démissionné.
Wikicommons

Pendant des mois, le président américain est resté sourd aux appels à se séparer de Scott Pruitt, son bras droit en matière d'environnement. Le directeur de l'Agence de Protection de l'Environnement (EPA), qui était l'un de ses lieutenants les plus zélés, était pourtant devenu encombrant.

Ce farouche partisan du retrait des États-Unis de l'Accord de Paris sur le climat, s'est employé, à la demande de Donald Trump, à défaire le bilan environnemental de Barrack Obama, sabrant une à une les réglementations. Mais au fil de révélations quasi-quotidiennes sur ses pratiques, la situation était devenue intenable.

Scandales en cascade 

"J'ai accepté la démission de Scott Pruitt de son poste de dirigeant de l'Agence de protection de l'environnement (EPA)", a indiqué M. Trump dans un tweet qui ne mentionne à aucun moment les affaires visant cet ancien procureur général de l'Oklahoma. De multiples enquêtes ont pourtant été lancées depuis des mois par l'inspecteur général de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), par deux offices fédéraux indépendants, ainsi que par la Chambre des représentants.

Tout a commencé par des dépenses de voyages excessives, en première classe ou dans des avions affrétés aux frais du contribuable, contrairement aux règles gouvernementales. C’est ensuite le nombre pléthorique de gardes du corps accompagnant l'administrateur, 24 heures sur 24, même à l'étranger, pour un coût presque doublé par rapport à ses prédécesseurs, qui a posé question. Par ailleurs, le directeur de l’EPA est aussi soupçonné d’avoir obtenu des faveurs de ses amis lobbyistes, comme le fait de pouvoir louer à très bas prix un grand appartement à Washington. Il est aussi accusé d’avoir demandé à son personnel de réaliser des tâches pour son compte personnel.

Dans sa lettre de démission, Scott Pruitt dénonce "les attaques incessantes" dont il estime avoir été victime. Mais au-delà de ces affaires, ce sont ses prises de position politiques - climatosceptiques et anti-règlementations environnementales - qui ont défrayé la chronique, le plaçant comme l'ennemi juré des organisations environnementales. Le passage de Scott Pruitt à l’EPA "a été marqué par de nombreux scandales, mais le plus grand scandale de tous est le fait qu’il a été autorisé à diriger une agence créée pour protéger la santé humaine et l’environnement", a ainsi réagit la branche américaine de Greenpeace. 

Un lourd bilan anti-environnement 

C'est pourtant justement pour ses positions anti-environnementales que Donald Trump l’avait placé au poste stratégique de directeur de l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), un poste plus ou moins équivalent à celui de notre ministre de l’environnement. Lorsqu'il était "Attorney General" de l'Oklahoma, Scott Pruitt avait ferraillé devant les tribunaux contre l'administration Obama, main dans la main avec l'industrie pétrolière dont il était l'un des lobbyistes les plus efficaces.

Depuis sa prise de fonctions en février 2017, son bilan anti-environnemental est lourd. Il est celui qui a liquidé le plan de Barack Obama visant à fermer les centrales électriques à charbon les plus polluantes. Mais aussi celui qui a bataillé avec succès auprès de Donald Trump pour faire sortir les Etats-Unis de l’Accord de Paris.

C’est Andrew Wheeler qui lui succédera. Son entrée comme administrateur de l’agence en avril dernier avait déjà été perçue comme un premier pas vers un changement de tête prochain de l’EPA. Son parcours a notamment été marqué par son poste de lobbyiste pour Murray Energy Corporation, l’une des plus grandes entreprises de mines de charbon des États-Unis. 

Béatrice Héraud avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

D’un seul tweet, Donald Trump efface les efforts laborieux du G7 au Canada

Le G7 au Canada, du 8 et 9 juin, a tourné au fiasco : d'un tweet rageur, Donald Trump a retiré son soutien au communiqué commun obtenu dans la douleur, rejetant la faute sur des propos du Premier ministre canadien Justin Trudeau qu'il a qualifié de "très malhonnête".

Dénonçant une trop grande dépendance aux renouvelables, Donald Trump lance un plan d'aide au charbon et au nucléaire

Donald Trump a décidé que l’État fédéral devait intervenir dans le marché de l’énergie des États-Unis. Pointant du doigt des enjeux de sécurité d’approvisionnement liés à l’essor des énergies renouvelables, la Maison Blanche a demandé au secrétaire à l’Énergie de déployer des mesures...

Il y a un an Donald Trump quittait l’Accord de Paris… et mobilisait le monde pour le climat

Annoncé pendant sa campagne, Donald Trump a tenu sa promesse. Quelques mois après son arrivée à la Maison Blanche, le Président américain a annoncé la sortie de son pays de l’Accord de Paris. Une décision qui n’a pas fait effet boule de neige. Au contraire, cela a même mobilisé au pays de...

Ancien climatosceptique, le nouvel administrateur de la Nasa reconnaît le rôle de l’activité humaine sur le réchauffement

La nomination par Donald Trump, le 23 avril 2018, de Jim Bridenstine à la tête de la Nasa a soulevé l’inquiétude de l’agence spatiale américaine, et de toute la communauté scientifique mondiale. Soutien du Président, l’homme, sans passé scientifique, avait défendu des positions...

Pollution automobile : 17 États américains poursuivent l'administration Trump qui veut alléger les contraintes des constructeurs

Dix-sept États américains et la capitale fédérale ont porté plainte mardi 1er mai contre l'administration Trump pour pouvoir conserver les plafonds imposés aux émissions polluantes des automobiles, alors que le gouvernement fédéral veut les assouplir de force.

"Aux États-Unis, l’engagement des entreprises à mission est politique", selon Geneviève Ferone (Prophil)

Aujourd’hui peu développées dans l’Hexagone, les entreprises à mission sont largement implantées aux Etats-Unis. Le cabinet Prophil,cabinet de conseil en stratégie dédié à la convergence des modèles philanthropiques et économiques, est allé à la rencontre de plusieurs entreprises...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Tubiana Visuel podcast SITE

Podcast #LesEngagés : dans les coulisses de l'Accord de Paris avec Laurence Tubiana

À quelques jours de la COP26, le rendez-vous climatique le plus important depuis la COP21 de 2015, Novethic a tendu son micro à Laurence Tubiana, la cheville ouvrière de l'Accord de Paris, adopté cette année là. Elle revient sur les coulisses des négociations, sur les progrès réalisés en cinq ans...

Divest Invest Emma Cassidy Survival media agency

COP26 en live : malgré de nombreuses annonces, la finance internationale peine à s'aligner sur l'Accord de Paris

Le Climate Finance Day, organisé mardi 26 octobre à Paris et la COP26 de Glasgow qui s'ouvre dans quelques jours, poussent les acteurs financiers à s'engager. Si le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles ne cesse de s'amplifier, cela est encore loin d'être suffisant. Selon le CDP,...

Mobilisation climat action COP26 alternatives Biel Calderon Greenpeace

COP26 : des inquiétudes demeurent sur l’accès des pays les plus pauvres au sommet

À quelques jours de la COP26, qui s’ouvre le 31 octobre à Glasgow au Royaume-Uni, plusieurs avancées ont été annoncées par la présidence britannique pour favoriser l’accès de tous, et en particulier des pays les plus pauvres, au sommet. Mais les coûts sur place, que ce soit pour l’hébergement ou les...

Neutralite carbone direction panneau istock

Climat : Derrière les nombreux engagements des entreprises, un impact encore trop faible

À l'approche de la COP26, qui débute fin octobre à Glasgow, au Royaume-Uni, les entreprises sont toujours plus nombreuses à prendre des engagements en faveur du climat. Mais leur impact se trouve limité par un problème de mesure des émissions de CO2 et une définition de la neutralité carbone trop...