Publié le 17 juillet 2017

ENVIRONNEMENT

Emmanuel Macron pense avoir convaincu Donald Trump de réintégrer l’Accord de Paris

A l’issue d’une visite officielle de deux jours en France, Donald Trump pourrait revenir en arrière et réintégrer l’Accord de Paris. C’est du moins ce que pense le Président Français Emmanuel Macron. Outre le poids diplomatique de Paris, le dirigeant américain pourrait aussi céder sous la pression des acteurs économiques de son pays.

Macron trump

Élysée

Il y avait de quoi être surpris par les poignées de mains appuyées et les multiples accolades échangées par le Président Français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump, invité lors des festivités du 14 juillet. Mais peut-être est-ce à ce prix que le locataire de l’Élysée a donné un coup de pouce au climat, alors que Washington a annoncé son retrait de l’Accord de Paris le 1er juin dernier.

Cité par le JDD, Emmanuel Macron, qui essaie de prendre le leadership mondial dans la lutte pour le climat, assure que "Donald Trump a compris le sens de ma démarche, notamment le lien qui existe entre réchauffement climatique et terrorisme. Il m'a dit qu'il allait essayer de trouver une solution dans les prochains mois. On a parlé dans le détail de ce qui pourrait lui permettre de revenir dans l'accord de Paris". Une déclaration appuyée par Donald Trump lui-même qui, le jeudi 13 juillet, à l’occasion d’une conférence de presse donnée à l’Élysée, assurait que "quelque chose pourrait se passer sur l'accord de Paris".

La pression du monde économique

Toutefois, le Président français a conscience que ce n’est pas la pression de Paris, ni même celle du G7 ou du G20, qui poussent Washington a - peut-être - faire machine arrière. "Je pense qu'il a vu aussi la mobilisation des villes, des États, du monde des affaires et de son propre entourage pour que les États-Unis restent engagés dans la lutte contre le réchauffement", explique Emmanuel Macron.

En effet, dès le lendemain de l’annonce de Donald Trump de se retirer de l’Accord de Paris, 125 villes, 9 États, 902 entreprises et investisseurs, et 183 universités s’alliaient au sein de l’initiative "We are still in" (Nous sommes toujours dans l’Accord de Paris). Ce groupement représente  "120 millions d’américains et contribue à hauteur de 6 200 milliards de dollars à l’économie américaine", assurent les signataires dans une lettre commune.

Ils y déclarent "leur intention de continuer à s'assurer que les États-Unis demeurent un chef de file mondial dans la réduction des émissions de carbone (...) Ils assurent l'engagement continu des États-Unis pour une action ambitieuse sur le changement climatique, malgré l’absence d’engagement au niveau fédéral. Les signataires procéderont à des réductions d'émissions qui aideront à faire respecter les engagements de l'Amérique dans le cadre de l'Accord de Paris".

La Californie mène la fronde

À cette action collective, s’ajoutent des initiatives individuelles. Le 11 juin, Jerry Brown, gouverneur de Californie, à l’occasion d’une tournée en Chine, a rencontré le président Xi Jinping. Ensemble, ils ont signé un accord afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Un défi lancé directement à la diplomatie américaine !

Les entreprises ne sont pas en reste. Deux semaines après la décision de Trump, Apple a décidé de montrer clairement au monde sa manière de penser. Le géant californien a lancé une Green Bond, une obligation verte, de 1 milliard de dollars afin de soutenir le développement des énergies renouvelables. Côté investisseurs, le CalPERS, le plus important fonds de pension public américain avec plus de 300 milliards de dollars d'actifs, a assuré publiquement que les décisions venues de Washington n’auraient qu’un impact limité sur le climat.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Greta thunberg a paris conf de presse

Grève pour le climat : comment Greta Thunberg est parvenue à mobiliser les foules...et les journalistes

La deuxième journée de grève pour le climat en France a été marquée par la venue exceptionnelle de Greta Thunberg, devenue en quelques mois seulement une véritable icône pour le climat. Alors qu'elle a débuté toute seule devant le Parlement suédois, elle est maintenant suivie par des milliers de...

Marche nantes Justice climatique EstalleRuiz Nurphoto

[Édito Vidéo] Sauver le climat dans un tribunal : une solution pas si farfelue

Après avoir réuni plus de deux millions de soutiens à travers leur pétition, les quatre ONG derrière "l’Affaire du siècle" sont en position de force pour déposer leur plainte contre l’État pour inaction climatique. Reste à savoir si l’institution judiciaire est l’arme adaptée pour gagner cette...

Greta Thunberg leader greve scolaire mondial climat Greta Thunberg Twitter

La Suédoise Greta Thunberg, à l’origine du mouvement mondial des grèves pour le climat, est à Paris le 22 février

Elle est devenue l’idole de beaucoup de jeunes à travers la planète. La jeune Suédoise Greta Thunberg sera présente pour la deuxième journée de mobilisation vendredi 22 février dans la capitale. S’ils n’étaient que quelques centaines la semaine dernière, la présence de la jeune femme à Paris devrait...

Fonte des glaces elevation niveau des oceans NASA OIB JEREMY HARBECK

[Vidéo] L’effondrement d’un des plus grands glaciers de l’Antarctique augmenterait le niveau des mers de plus de deux mètres

La situation est bien pire que prévue. La NASA vient de découvrir un trou géant dans un des plus grands glaciers de l'Antarctique nommé Thwaites. Si celui-ci venait à s'effondrer, il augmenterait de 65 centimètres le niveau des océans. Pire, il aurait un effet domino sur tous les glaciers de la zone...