Publié le 04 septembre 2008

ENVIRONNEMENT

Difficile mise en œuvre des mécanismes de Kyoto

Trois ans après l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto, l'efficacité des instruments économiques dans la lutte internationale contre le réchauffement économique est encore timide. Face aux subventions aux énergies polluantes, les mécanismes de flexibilité destinés à promouvoir le développement durable des pays du Sud ne pèsent pas lourd. Si le Programme des Nations- Unies pour l'Environnement (PNUE) recommande, dans un récent rapport, la suppression des subventions aux énergies fossiles au profit d'investissements « propres », la réalité économique semble en être bien loin.

129692_GF.jpg

Une agence de notation des crédits carbone

Lancé fin juin à Londres par Ideacarbon , « Carbon Rating Agency » évalue la qualité et la fiabilité des crédits carbone. Les projets concernés sont ceux qui génèrent des CER (pour Certificats de Réduction d'Emissions) dans le cadre notamment du MDP. L'agence tente non seulement de mesurer la réduction effective d'émissions de gaz à effet de serre mais prend aussi en compte les bénéfices sociaux et économiques des projets. Elle souligne que les projets peu fiables provoquent un double dommage, perte d'argent pour la compagnie acheteuse de CER mais aussi absence de réduction effective d'émissions pour la planète.

Le mécanisme de développement propre (MDP) en déçoit plus d'un. Crée -en thérorie- pour soutenir le développement durable des pays du Sud, ce mécanismes de flexibilité instauré par le protocole de Kyoto (avec la Mise en Œuvre Conjointe, et le Permis d'Emissions Négociable) permet aux investisseurs des pays développés d'obtenir des « crédits d'émission » de gaz à effet de serre, en échange d'apports dans des projets « vertueux. » Seulement, la machine peine à se mettre en route. Les projets MDP sont encore peu nombreux (on en compte aujourd'hui 1156), profitent avant tout à l'Asie (qui en cumule 749), et sont parfois l'occasion de « verdir » de banales opérations économiques.

« C'est un écran de fumée destiné à masquer l'inaction. » Pierre Cornut, ancien consultant spécialisé sur le MDP ne cache pas sa colère. Lassé de voir les arbitrages internationaux « peu soucieux de garantir l'intégrité environnementale du système », il a cessé toute activité professionnelle dans ce domaine. Selon lui, non seulement les mécanismes de flexibilité ne sont pas à la hauteur des enjeux environnementaux et sociaux, mais surtout, ils sont en proie au monopole des industriels, qui y voient l'ouverture d'un nouveau marché potentiellement juteux. Car le MDP est un mécanisme complexe, dans lequel de nombreux paramètres entrent en jeu. Certains n'hésitent donc pas moduler ces derniers pour faire accepter leur projet par le Conseil exécutif en charge de la validation. Jean-Philippe Thomas, coordinateur du programme Energie d'Enda-TM (Environnement et développement du Tiers-Monde) précise que 20% des projets MDP en Inde ne seraient que des « crédits bidons. » Déçu de voir que cet outil économique profite peu à l'Afrique, il n'en est pas moins conscient que le MDP reste un instrument de marché, qui s'adresse avant tout aux spéculateurs. « Pour l'instant, le prix du carbone ne l'emporte pas sur les risques qu'encourent les investissements. Or, ceux là sont élevés en Afrique, en particulier en Afrique sub-saharienne. Il faudrait une valeur carbone bien supérieure pour attirer le MDP sur ce continent. »

Le MDP existera t-il toujours en 2012 ?
Le principal point faible du MDP est le système de contrôle et d'évaluation des projets en cours. Et pour cause : les pays bénéficiaires n'étant pas soumis à des quotas d'émissions, les réductions d'émissions doivent être certifiées par des auditeurs indépendants. Ceux-ci doivent vérifier que les projets contribuent réellement à l'atténuation des changements climatiques. Or, ces contrôles sont parfois difficiles à mener. L'opacité entretenue par certains acteurs rend les audits difficiles, d'où des projets frauduleux. Par ailleurs, la pérennité des mécanismes de flexibilité n'est pas garantie. Qu'adviendra-t-il du protocole de Kyoto dans les négociations sur l'après 2012 ? Jean Philippe Thomas attend patiemment la conférence de Copenhague, mais craint que ne se développe un régime spéculatif des crédits d'émissions, qui nuirait encore davantage aux pays en développement. Pour autant, il refuse de se laisser aller au pessimisme. « Je crois fermement aux effets de l'apprentissage. Il ne faut pas tuer la poule dans l'œuf ! Qui sait ? Peut-être le MDP deviendra-t-il attrayant vers l'Afrique, d'ici 10 ou 15 ans ?... »

Anne FARTHOUAT
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Greve mondiale climat 15 mars paris marina fabre

Climat : "tous en grève le 24 mai pour exiger notre droit à un futur"

Les jeunes du monde entier sont appelés à troquer leurs cahiers contre des banderoles ce vendredi 24 mai, à l'occasion de la deuxième journée de grève mondiale pour le climat organisée dans 120 pays. À quelques jours du scrutin européen, cette nouvelle mobilisation entend alerter les électeurs sur...

Edouard philippe francois de rugy elysee

Le gouvernement renonce au projet minier Montagne d’Or en Guyane

C’est l’une des décisions prises par le tout nouveau Conseil de Défense écologique qui a tenu sa première réunion ce jeudi 23 mai en présence de 13 ministres et du Président de la République. L’exécutif a jugé le projet de mine Montagne d’or, en Guyane, incompatible avec les exigences...

Debats europeennes 2019 LionelBonaventure AFP

Élections européennes : le dernier débat place le climat et l’écologie en priorité… mais reste flou

Contrairement aux habitudes, ce n’est pas la compétitivité industrielle du continent ou la crise migratoire qui ont été moteurs du débat sur l’Europe. C’est le climat et l’environnement qui ont pris cette place, le 22 mai. Si le débat fut peu constructif, il a eu le mérite de montrer que l’appel...

Salon vivatech 2019 numerique RiccardoMilani HansLucas

Salon VivaTech : le numérique œuvrera pour le bien à condition de maîtriser ses émissions de carbone

Lors du salon VivaTech qui vient de clore ses portes à Paris, beaucoup d’observateurs ont mis en avant le fait que la technologie ne participera à un monde meilleur que si sa consommation énergétique et ses émissions restent sous contrôle. Or, l’essor du numérique tend plutôt à prendre les acteurs à...