Publié le 19 novembre 2021

ENVIRONNEMENT

Devoir de vigilance : Total perd une bataille dans son contentieux climatique

Ce sera bien un tribunal judiciaire et non un tribunal de commerce qui examinera le litige qui oppose Total à plusieurs collectivités et associations. Ces dernières avaient assigné la major pétrolière concernant sa politique climatique, en se fondant sur la loi sur le devoir de vigilance et la Charte de l'environnement mais depuis deux ans l'affaire patine en raison d'un flou sur la compétence des tribunaux pouvant juger ces litiges.

Laurent Vincenti Total 01
Le litige opposant Total à plusieurs collectivités et ONG dont Sherpa sera jugé par un tribunal judiciaire.
@laurent Vicenti

Total a perdu une manche. La cour d’appel de Versailles a confirmé le 18 novembre la compétence du tribunal judiciaire de Nanterre pour trancher le litige l’opposant à plusieurs ONG dont Sherpa qui accusent la multinationale d’inaction climatique. En janvier 2020, 14 collectivités territoriales et 5 associations de défense de l'environnement ont en effet assigné Total pour forcer la multinationale à présenter un plan de vigilance qui prenne en compte la réalité des impacts de ses activités et les "risques d'atteintes graves au système climatique" qu'elles induisent.

Le devoir de vigilance, une législation de 2017, oblige les plus grandes entreprises à "prévenir les atteintes graves envers les droits humains" et "l'environnement" chez leurs sous-traitants et fournisseurs étrangers par l'adoption d'un "plan de vigilance". Or Total souhaitait que ce contentieux soit examiné par un tribunal de commerce, composé de commerçants ou chefs d’entreprises élus, et non par un tribunal judicaire où siègent des magistrats professionnels. 

Enfin des jugements de fond

Le sujet est d’autant plus d’actualité qu’il a fait l’objet d’une intense bataille chez les parlementaires fin octobre. Alors que les Sénateurs avaient opté pour confier la compétence des affaires liées au devoir de vigilance au tribunal de commerce, le 21 octobre, les parlementaires, réunis en commission mixte paritaire dans le cadre de l’examen du Projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaire, ont finalement décidé de la confier au tribunal judiciaire. "La lutte contre l’impunité des entreprises multinationales ne souffre désormais plus d’ambiguïtés !", s’était réjoui le député socialiste Dominique Potier. Cette avancée n’est pas négligeable. Depuis des années les affaires liées au devoir de vigilance traînent en raison d’un flou sur la compétence des tribunaux. 

Une faille bien identifiée par le gouvernement et la ministre Olivia Grégoire, qui se sont positionnés pour que la compétence revienne au tribunal judiciaire.  "Cet arrêt et le Projet de loi adopté aujourd’hui convergent pour mettre enfin un terme aux diverses tentatives des entreprises de se voir jugées par leurs pairs en matière environnementale et d’atteintes aux droits humains. Deux ans après l’assignation, nous n’avons toujours pas pu débattre du respect, par Total, de ses obligations climatiques. Deux ans de perdus pour le climat", a réagi l’association Sherpa. 

Pour l’avocat des requérants, Sébastien Mabile, il s’agit d’une "décision très importante", d’un "revirement de jurisprudence". De fait, dans un autre dossier à propos des activités de Total en Ouganda, la cour d'appel de Versailles avait, en décembre 2020, estimé que le tribunal de commerce était compétent. Interrogé par l’AFP, TotalEnergies "prend acte de l'arrêt" et "examine les motifs de la décision". Selon Sébastien Mabile, si la multinationale ne se pourvoit pas en cassation, une audience sur le fond pourrait se tenir dans environ un an. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Datagir impact CO2 numerique

Mails, streaming, visio : l'impact carbone du numérique décrypté avec le simulateur "Impact CO2" de Datagir

Enfin un outil pour y voir plus clair sur l'impact carbone du numérique. Datagir et l'Ademe ont complété le simulateur Impact CO2 avec une catégorie "Numérique" qui estime les émissions de CO2 liées à nos usages du numérique et à la construction des appareils. Un outil aussi facile d'utilisation...

Chaleur canicule temperatures carte meteo iStock

"Il n’y a pas de doute sur le fait que 2022 sera l’année la plus chaude en France", Christine Berne, Météo-France

Alors que la COP27 vient de s'achever sans avancée réelle sur l'atténuation du changement climatique, la réalité nous rattrape. L'année 2022 a connu cinq épisodes de chaleur hors norme avec des conséquences de plus en plus dramatiques sur l'économie. De mai à octobre, les températures ont tour à...

Carte emissions co2 gaz a effet de serre pollution climate trace

Climate Trace : les plus gros émetteurs de CO2 répertoriés sur une carte inédite

Alors que les émissions carbone ne cessent d’augmenter, une initiative imaginée par la coalition Climate Trace vient apporter un nouvel éclairage sur les sites et les secteurs les plus polluants. Répertoriant des dizaines de milliers de données sur une seule et unique carte, ce nouvel outil...

Ministre des tuvalu pieds dans l eau COP26 simon kofe

COP27 : du paradoxe d'accepter de réparer les impacts du changement climatique sans s’attaquer à ses causes

La COP27 sur le climat, qui s'est achevée ce week-end à Charm el-Cheikh, en Egypte, laisse un goût amer. Si elle a effectivement avancé au-delà des espérances sur les pertes et dommages, en créant un fonds dédié, elle a en revanche échoué à s'attaquer aux principales causes du changement climatique,...