Publié le 03 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

Ce mercredi 4 novembre, les États-Unis quittent officiellement l’Accord de Paris, quel que soit le résultat de l’élection

Une sortie de courte ou de longue durée ? Voilà qui dépendra du résultat de l'élection présidentielle américaine qui se déroule cette nuit. Pour le reste, c'est officiel, dès ce 4 novembre, les États-Unis quittent l'Accord de Paris, conformément à la décision prise en 2017 par Donald Trump, l'actuel locataire de la Maison Blanche. 

Biden vs trump Jim WATSON Brendan SMIALOWSKI AFP
L'issue de l'élection présidentielle américaine déterminera la position des Etats-Unis par rapport à l'Accord de Paris.
Jim WATSON, Brendan SMIALOWSKI / AFP

Mercredi 4 novembre, alors que le monde entier attend de connaître le nom du nouveau Président des États-Unis, le pays sort officiellement de l’Accord de Paris. Il s’agit là de l’aboutissement de la procédure lancée en juin 2017 par Donald Trump. Ce dernier a ensuite dû attendre le 4 novembre 2019, trois ans après l’entrée en vigueur du texte, pour notifier son retrait à la Convention cadre des Nations Unies sur le changement en climatique (Ccnucc). Et attendre encore un an pour que la décision devienne officielle. Ce qui nous amène au 4 novembre 2020, au lendemain des élections présidentielles. Malice du calendrier.

Une sortie de courte ou longue durée ? 

La question est désormais de savoir si cette sortie de l’Accord de Paris sera de courte ou de longue durée. Si c’est Joe Biden qui l’emporte, alors les États-Unis pourront revenir dans les négociations climatiques. Le candidat démocrate l'a affirmé à maintes reprises : sa première initiative à l'échelle internationale consistera à renouer avec l'Accord de Paris sur le climat. Cela serait effectif 30 jours après la notification de cette réintégration par le nouveau Président auprès de la Ccnucc. Donc au plus tôt le 20 février 2021.

Joe Biden a également promis de réunir sous cent jours, les dirigeants des nations les plus polluantes pour un sommet sur le climat où il entend convaincre ces pays de revoir à la hausse leurs engagements pour le climat. Il a lui-même adopté un programme climat ambitieux, avec en clé de voûte 100 % d'énergie propre et la neutralité carbone d'ici 2050. Il a aussi promis d'annuler les décisions de Donald Trump qui avait révoqué ou assoupli toute une série de normes environnementales.

"Une question de survie"

Si Donald Trump est réélu, alors le pays sera officiellement exclu des négociations internationales et des processus de décision visant l'Accord de Paris, mettant alors en péril les chances de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C. "Pour nous, c’est peut-être une question de survie", a même déclaré Carlos Fuller, négociateur en chef de l’Alliance des petits États insulaires. L'accord est toutefois assez flexible pour permettre une certaine participation des États-Unis, notamment par le biais de l'American's Pledge on Climate, un groupe de villes, d'États, d'universités et d'entreprises engagés.

Qui plus est, malgré les craintes suscitées par le retrait américain en 2017, aucun pays n’a suivi l'exemple de Washington, même si certains comme la Russie, l’Arabie saoudite, l’Australie ou encore le Brésil en ont profité pour ralentir l’action climatique. Un nouveau leadership, porté par la Chine et l’Union européenne, a pris le relais. Bruxelles a adopté un ambitieux Green deal tandis que Pékin vient de s’engager à atteindre la neutralité carbone en 2060. Le Japon et la Corée du Sud ont aussi récemment annoncé la neutralité carbone pour 2050, relançant la dynamique à la veille des cinq ans de l’adoption de l’Accord de Paris.

À ce jour, seuls huit pays n’ont pas ratifié l’Accord de Paris, parmi lesquels la Turquie, l’Iran, l’Iraq, l’Angola ou encore le Yémen. Par ailleurs, les États qui ont ratifié le texte, sont appelés à relever l’ambition de leur contribution volontaire nationale (NDC) et à publier une stratégie de long terme d’ici la fin de l’année. 35 pays se sont pour l’heure engagés. Les annonces les plus ambitieuses seront présentées le 12 décembre prochain à l’occasion d’un sommet virtuel organisé par les Nations unies, la présidence britannique de la COP 26, la France, le Chili et l’Italie.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle...

Les États-Unis se retirent officiellement de l’Accord de Paris, niant l’urgence climatique

Trois ans jour pour jour après l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris, les États-Unis ont officialisé leur sortie du traité, conformément aux règles juridiques. Si cette annonce ne change finalement pas grand-chose, Donald Trump ayant largement détricoté les mesures environnementales...

Il y a un an Donald Trump quittait l’Accord de Paris… et mobilisait le monde pour le climat

Annoncé pendant sa campagne, Donald Trump a tenu sa promesse. Quelques mois après son arrivée à la Maison Blanche, le Président américain a annoncé la sortie de son pays de l’Accord de Paris. Une décision qui n’a pas fait effet boule de neige. Au contraire, cela a même mobilisé au pays de...

[LE CHIFFRE] Appliquer l'Accord de Paris permettrait au monde d'économiser 54 000 milliards de dollars d'ici 2050

C’est une nouvelle étude publiée cette semaine dans The Lancet Planetary Health qui vient démontrer une fois de plus l’intérêt d’appliquer l’Accord de Paris et de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Selon ces experts médicaux, rester sous un réchauffement à 2°C permettrait de...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IStock 1152368018 1 01

Pêche illégale, braconnage... session de rattrapage à l'ONU pour tenter de réguler la haute mer, le Far West des océans

Ce nouveau rendez-vous accouchera-t-il d'un traité ambitieux ? Braconnage, pêche illégale... la haute mer est aujourd'hui considérée comme une zone de non-droit alors qu'elle représente 64 % des océans. Les Etats membres de l'ONU vont tenter de réguler ces espaces de biodiversité. L'enjeu est de...

Montage photo ok

Paysages calcinés, lacs asséchés, animaux morts, fleuves taris… l’été caniculaire en 8 photos choc

Des vagues de chaleur s'abattent sur l’Hexagone depuis le début de l’été et mettent les écosystèmes à rude épreuve. Chaque nouvel épisode de sécheresse accable un peu plus la faune et la flore qui paient un lourd tribut de cet été historiquement chaud en métropole. Des photos déjà tristement...

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...