Publié le 29 septembre 2022

ENVIRONNEMENT

COP27 : Les pays les plus émetteurs ont échoué à revoir leurs objectifs climatiques à la hausse

Les pays les plus riches du monde, ceux qui sont les plus responsables du changement climatique, ont échoué à revoir leurs objectifs climatiques avant la COP27 de Charm el-Cheikh, en Égypte, début novembre. La plupart des pays du G20, qui représentent à eux seuls 80 % du PIB mondial, n'ont pas soumis de nouveaux objectifs pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, malgré leur engagement à le faire lors du dernier sommet international.

Objectif rate cible NDC istock DNY59
À la date échéance, seuls 23 pays sur les 200 qui ont signé l'Accord de Glasgow ont soumis de nouveaux plans climatiques à 2030.
@iStock / DNY59

La date limite était fixée au 23 septembre. Et pourtant, seuls quelques pays ont bel et bien revu leurs engagements climatiques à la hausse, en amont de la COP27 de Charm el-Cheikh, en Égypte, qui se tient début novembre. Ils en avaient fait la promesse il y a un an, lors de la précédente COP de Glasgow, au Royaume-Uni. À cette date, seuls 23 pays sur les 200 qui ont signé l'Accord de Glasgow ont soumis de nouveaux plans climatiques à 2030. Et ceux-ci apportent principalement des détails politiques sur les moyens à mettre en œuvre plutôt que des objectifs renforcés.

"En fin de compte, il y a eu très peu de progrès qui a été fait depuis la COP26. La géopolitique est dominée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a ensuite plongé les marchés de l'énergie dans la tourmente, mais nous pensons que les pays devraient aller de l'avant", a expliqué Bill Hare, le PDG de Climate Analytics lors d'un webinaire. "Il reste un énorme écart avec la trajectoire que nous devrions prendre et l'évaluation du Giec a été très claire sur le fait que nous devons réduire et combler cet écart si nous voulons avoir un maximum de chances de limiter le réchauffement à 1,5°C", a-t-il ajouté.

La plus importante action jamais entreprise aux États-Unis pour le climat

Parmi les pays qui ont tenu leur engagement, il y a notamment l'Indonésie, l'Égypte, hôte de la COP27, ou encore les Émirats arabes unis, hôte de la COP28. L'Indonésie a amélioré son objectif inconditionnel de réduction de gaz à effet de serre pour 2030 de 29 % à 32 % et pourrait aller jusqu’à plus de 43 % sous réserve de soutiens financiers. L'Égypte vise un objectif de 42 % d'énergies renouvelables d'ici 2035, et des réductions des émissions de la production d'électricité et du secteur pétrolier et gazier, mais sous conditions financières. Les Émirats arabes unis ont également revu leur objectif de réduction des émissions pour 2030, passant de 23,5 % à 31 %.

Parmi les principaux émetteurs, l'Australie et son gouvernement travailliste nouvellement élu a relevé son objectif de 2030 de 26-28 % par rapport aux niveaux de 2005, à 43 %. Le Brésil a également relevé son objectif 2030 de 37 % à 50 % par rapport à 2005. Mais c’est une fausse bonne nouvelle car le gouvernement a modifié la façon dont les niveaux de 2005 étaient mesurés, ce qui facilite l'atteinte de l'objectif. Selon Climate Action Tracker, le plan climatique actualisé du Brésil est donc moins ambitieux qu'auparavant. L'Inde, de son côté, a officialisé les promesses faites par le Premier ministre Narendra Modi lors de la COP26, tandis que la Chine n’a pas relevé son ambition.

Les États-Unis n'ont pas mis à jour leur objectif, mais ont fait des progrès notables en adoptant cet été l’Inflation Reduction Act, qualifiée par les spécialistes de la plus importante action jamais entreprise aux États-Unis en matière de lutte contre le changement climatique. Les près de 400 milliards de dollars de dépenses publiques et de crédit d’impôt prévus sur 10 ans devraient permettre aux États-Unis de réduire leurs émissions de CO2 de 40 % d’ici à 2030 – soit 10 à 15 points de plus que prévu à politique constante.

L'UE devrait augmenter son ambition mais pas avant la COP27

L’Union européenne n’a pas non plus été au rendez-vous. Mais, selon un projet de document consulté par Reuters, l’UE prévoirait tout de même d'augmenter sa contribution déterminée au niveau national (NDC), même si ce ne sera pas avant le sommet de Charm el-Cheikh. Le Parlement européen vient d’ores et déjà d’adopter deux textes qui renforcent les objectifs européens. Le premier porte de 40 à 45 % la part des énergies renouvelables dans la consommation globale d’énergie de l’UE d’ici à 2030, tandis que la réduction de la consommation d’énergie est portée de 32,5 à 40 % pour la consommation d’énergie finale toujours d’ici à 2030 par rapport aux projections de 2007.

Selon le Climate Action Tracker, qui réactualisera ses trajectoires à la COP27, les engagements à 2030 nous placent sur une trajectoire de réchauffement de 2,4°C. Dans le scénario optimiste, dans lequel les gouvernements mettent en œuvre tous leurs objectifs annoncés, le réchauffement climatique pourrait être limité à 1,8°C.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Cop28 ouverture GIUSEPPE CACACEAFP

COP28 : un premier signal fort avec un accord surprise sur les pertes et dommages

Ce qui ne devait être qu'une simple formalité en ce premier jour de COP28 s'est transformé en signal fort. Ajoutée à la dernière minute à l'ordre du jour de la session plénière, la concrétisation du fonds sur les pertes et dommages a été adopté par les États. Ce fonds qui doit aider les pays les...

COP28 GIUSEPPE CACACE/AFP

Ouverture de la COP28 à Dubaï : ces sommets pour le climat ont-ils encore un sens ?

La COP de trop ? Alors que la 28e Conférence des parties sur le climat s’ouvre ce jeudi 30 novembre à Dubaï, aux Émirats arabes unis, beaucoup s’interrogent sur le sens et l’avenir de ces grand-messes, d’autant plus qu’elle se tient cette année dans un État pétrolier et qu'elle est dirigée par le...

A23a Antarctique Iceberg / AFP PHOTO / COPERNICUS SENTINEL-3 SATELLITE IMAGE ©2023 MAXAR TECHNOLOGIES

Antarctique : un iceberg géant de 4 000 km2 dérive, faisant peser un risque pour les voies maritimes et la faune

"A23a". Son nom ne vous dit peut-être rien, mais il s’agit de l'un des plus grands icebergs au monde : 4 000 km2 pour un poids d’un milliard de tonnes. Bloqué depuis près de 30 ans dans la mer de Weddell, en Antarctique, ce mastodonte s’est mis en mouvement et pourrait rejoindre l’Atlantique Sud,...

Coalitions

[Infographie] Méthane, déforestation, fin des aides publiques aux énergies fossiles : le point sur ces coalitions à la veille de la COP28

Promesses en l’air ou promesses tenues ? La COP26 a été l’occasion pour un grand nombre d’États de prendre de nouveaux engagements pour le climat et l’environnement. Deux ans plus tard, Novethic a analysé trois d'entre eux pour en tirer un premier bilan à la veille de l’ouverture de la COP28 de...