Publié le 08 novembre 2022

ENVIRONNEMENT

À la COP27, Emmanuel Macron détaille ses propositions pour faire face aux pertes et dommages

Au deuxième jour de la COP27, en Egypte, Emmanuel Macron a pris la parole à la tribune pour faire plusieurs annonces sur les pertes et dommages et la biodiversité. Il annonce notamment la création d'un nouveau groupe de travail pour proposer "des financements innovants pour le climat" et une réforme des règles du jeu des grandes institutions financières.

Emmanuel Macron cop27 071122 capture d ecran
Emmanuel Macron a pris la parole, lundi 7 novembre, à la tribune de la COP27, lors du World Leaders Summit.
capture d'écran

Lundi 7 novembre, au lendemain de l’ouverture de la COP27, Emmanuel Macron a été le premier chef d’État d’un pays riche à prendre la parole, en l’absence notable des États-Unis et de la Chine, lors du World Leaders Summit, qui se poursuit ce mardi 8 novembre. Et le président français a multiplié les annonces, en débordant largement sur le temps imparti à chaque pays. Il a notamment dédié une partie de son discours à la question du financement des pertes et dommages, qui pour la première fois de l’histoire des COP, a été mise à l’agenda des négociations officielles de la COP27.

"La confiance s’effrite entre le Nord et le Sud", a-t-il déclaré. "Nous avons besoin d’un grand choc de financements concessionnels (à conditions préférentielles, NDR) et il est au cœur du débat qu’avec raison beaucoup de leaders ont mis sur la table autour des pertes et préjudices. Ils nous ont tous vu, nous les pays les plus riches, au moment de la pandémie, mobiliser des financements exceptionnels. Et ils nous disent que ce qui leur arrive est exceptionnel mais qu’on revient au business as usual. Ils ont raison, ça ne peut pas être le business as usual", a-t-il lancé à la tribune de la COP27.

Lancement d'un groupe des sages de haut niveau sur les financements innovants pour le climat

Il annonce le lancement d’un nouveau groupe de travail avec la Première ministre de la Barbade, Mia Mottley, qui a cette année encore prononcé un discours extrêmement marquant. "Nous avons créé un vaccin en 2 ans, nous sommes allés sur la lune. Pourquoi ne pourrions-nous pas faire de même pour le changement climatique ?", a-t-elle déclaré. Ce groupe des sages de haut niveau sur les financements innovants pour le climat regroupant des organismes comme le FMI, la Banque mondiale et l’OCDE, devra faire des recommandations sur des solutions concrètes d’ici le printemps prochain.

"Il s’agit de débloquer l’accès à de nouvelles liquidités, à de nouvelles capacités de prêt pour des pays y compris à revenu intermédiaire qui sont touchés par ces chocs et de proposer des solutions qui prennent en compte la vulnérabilité climatique de beaucoup de pays. (…) Il s’agit aussi de changer nos règles, les règles de nos grandes banques internationales, de nos banques de développement, du FMI, de la Banque mondiale et de nos grands prêteurs, en disant que ce qu’on vous demande sur la dette, les remboursements et les garanties quand vous êtes victime d’un accident climatique, on doit en quelque sorte le suspendre et le prendre en compte. C’est ça le sujet des pertes et préjudices", a déclaré Emmanuel Macron.

En attendant la réaction des pays en développement, le discours d'Emmanuel Macron a déçu les ONG présentes sur place. "C’est bienvenu que les pertes et dommages fassent partie des priorités de la France, mais cela arrive trop tard et parce qu’on la force à tenir cette position. L’annonce d’un énième groupe de travail est un pied de nez incroyable pour les pays vulnérables, qui demandent une nouvelle facilité. Il est important de réformer le système financier mais c’est du long terme. Or, on a besoin de réponses à court terme et donc ça génère beaucoup de frustration. C’est une occasion manquée", réagit Fanny Petitbon, de l’ONG Care.

"L'humanité a le choix : coopérer ou périr"

Le chef de l’État s’est également longuement attardé sur la question de la biodiversité, "indissociable de celle du changement climatique". Il annonce le lancement d’un programme de préservation positive à trois semaines de la COP15 Biodiversité qui se tiendra à Montréal, au Canada. Ce programme doit permettre d’établir des "contrats politiques et financiers avec des pays disposant d’importants écosystèmes naturels". La Colombie, le Gabon ou encore les Philippines font partie des premiers signataires. Un One Forest Summit, à l’instar du One Planet Summit et du One Ocean Summit, organisés par la France, se tiendra à Libreville, au Gabon, en mars 2023. Emmanuel Macron s’est également prononcé contre "toute exploitation des fonds marins". Et il a assuré que "le climat ne saurait être la variable d’ajustement de la guerre en Ukraine, lancée par la Russie".

Selon un rapport publié ce mardi 8 novembre, les pays en développement (hors Chine) et les marchés émergents auront besoin chaque année de 2 400 milliards de dollars d’ici à 2030, pour atteindre leurs objectifs environnementaux. "L'humanité a le choix : coopérer ou périr. Il s'agit soit d'un pacte de solidarité climatique, soit d'un pacte de suicide collectif", a déclaré Antonio Guterres à la centaine de dirigeants mondiaux réunis pour la première séance plénière officielle de la COP27. Parmi les pistes évoquées pour trouver de nouveaux financements, il y a notamment la mise en place d'une taxe mondiale sur les bénéfices des entreprises pétrolières et gazières, ardemment défendue par les petits Etats insulaires.

"Au premier semestre de cette année, six entreprises des énergies fossiles ont gagné plus d'argent que nécessaire pour couvrir les coûts des dégâts climatiques majeurs dans les pays en développement, avec près de 70 milliards de dollars de bénéfices", a lancé Gaston Browne, le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda à la tribune de la COP27."Il est temps que ces entreprises paient une taxe carbone mondiale sur ces profits pour financer les pertes et préjudices", a-t-il exigé, au nom de l'Alliance des petits Etats insulaires (AOSIS) menacés par la montée des eaux.

 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP27 : les impacts humains et financiers du changement climatique en une infographie

La COP27 s'ouvre ce dimanche 6 novembre à Charm-el-Cheikh, en Egypte. Pour cet évènement historique, la Loss & Damage Collaboration a publié un rapport soulignant les impacts financiers et humains massifs des catastrophes climatiques. Alors que leur nombre a doublé depuis 1991, la question...

À l'approche de la COP27 : cinq rapports alertent sur la catastrophe climatique à venir

En amont de la COP27 sur le climat, qui s’ouvre dimanche 6 novembre à Charm-el-Cheikh, en Égypte, de nombreux rapports ont été publiés ces derniers jours notamment par l’Agence internationale de l’énergie, l’Organisation météorologique mondiale ou encore l’ONU. Ils montrent tous que le...

COP27 : le financement des pertes et dommages au cœur des négociations

Le financement des pertes et dommages devrait bien être à l'ordre du jour de la COP27, qui se tient à Charm-el-Cheikh du 6 au 18 novembre. Une victoire majeure pour les pays du Sud qui ont tout fait pour maintenir la pression sur l’Égypte, pays hôte du sommet. Mais que désignent les pertes...

COP27 : les cinq enjeux clés de ce nouveau sommet climatique

La COP27 s’est ouverte dimanche 6 novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte. Pendant deux semaines, les pays du monde entier vont tenter d'accélérer la lutte contre le changement climatique, dans un contexte particulièrement difficile. Voici les cinq enjeux clés de ce nouveau sommet climatique...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...