Publié le 21 novembre 2022

ENVIRONNEMENT

COP27 : du paradoxe d'accepter de réparer les impacts du changement climatique sans s’attaquer à ses causes

La COP27 sur le climat, qui s'est achevée ce week-end à Charm el-Cheikh, en Egypte, laisse un goût amer. Si elle a effectivement avancé au-delà des espérances sur les pertes et dommages, en créant un fonds dédié, elle a en revanche échoué à s'attaquer aux principales causes du changement climatique, les énergies fossiles. Sous la pression intense des lobbyistes et des États pétroliers et gaziers.

Ministre des tuvalu pieds dans l eau COP26 simon kofe
L'an dernier, à la COP26 de Glasgow, le ministre des affaires étrangères de l’archipel des Tuvalu, Simon Kofe, avait voulu marquer les esprits en prononçant son discours les pieds dans l'eau, afin d'illustrer la vulnérabilité des petits États insulaires.
@Simon Kofe

La COP27, qui s’est achevée au petit matin dimanche 20 novembre, a créé la surprise en lançant un fond sur les pertes et dommages, ces dégâts irréversibles causés par le dérèglement climatique. Une demande que portaient les pays du Sud depuis trente ans, mais qui avait toujours été rejetée par les pays du Nord. Ces-derniers ont donc largement infléchi leur position à Charm el-Cheikh en acceptant de mettre la main à la poche. Et les sommes nécessaires s’annoncent colossales puisque les coûts des pertes et dommages sont estimés entre 290 et 580 milliards de dollars par an dans les pays en développement d’ici à 2030, et jusqu’à 1700 milliards en 2050.

Ce qui est paradoxal, c’est que la décision finale a marqué un recul sur les énergies fossiles par rapport au Pacte de Glasgow, adopté à la COP26 l’an dernier. C’est sur ce sujet qu’ont porté les dernières tractations, l’Union européenne menaçant même à un moment de quitter la table des négociations. Finalement, les pays n'ont pas réussi à s'entendre sur une réduction progressive de toutes les énergies fossiles, se contentant de conserver l’appel à la réduction progressive du charbon lancé lors de la COP26. Plus grave encore, un nouveau langage autour des énergies à "faibles émissions" a fait son apparition aux côtés des énergies renouvelables, ce qui pourrait justifier le développement de nouveaux projets fossiles, à l’encontre de ce que préconisent le Giec et l'AIE. L’objectif de maintenir le réchauffement sous 1,5°C a été maintenu in extremis, mais les plans pour y parvenir sont absents du document.

"En clair, les gouvernements se sont mis d'accord à la COP27 pour financer une partie des dégâts causés par le changement climatique, mais pas pour limiter ces dégâts en réduisant davantage les émissions de gaz à effet de serre et l'usage des énergies fossiles", a résumé Anne Bringault, coordinatrice des programmes du Réseau action climat. La Une de Libération ce lundi 21 novembre titre quant à elle sur cette phrase choc "COP27, l’urgence attendra".

Plus de 600 lobbyistes du pétrole et du gaz à la COP27

Il faut dire que les représentants du pétrole et du gaz étaient particulièrement présents à la conférence égyptienne, avec plus de 600 lobbyistes, en hausse de plus de 25% par rapport à la COP26. C’est plus que n’importe quelle autre délégation à l’exception de celles… des Émirats arabes unis, hôte de la COP28 en 2023. Et c’est plus que les représentants des dix pays les plus touchés par le changement climatique. "Certains [de ces lobbyistes, ndr] font même partie de délégations nationales, et il y a aussi des gouvernements des pays du Nord qui viennent chercher des opportunités pétrolières et gazières en Afrique, avec d’importantes délégations", a déploré Thuli Makama, de Oil change international. De nombreux contrats ont ainsi été signés en marge du sommet, sur fond de crise énergétique et de guerre en Ukraine.

Le climat est devenu un sujet diplomatique majeur pour les États pétroliers et gaziers qui investissent de plus en plus les espaces qui y sont dédiés, et qui bloquent avec succès toute avancée. "L'industrie des combustibles fossiles et les élites dans leur poche se sont mobilisées pour prendre le contrôle de la COP27. C'est le dernier acte d'hommes désespérés qui ont d'abord nié la science du climat, puis retardé la politique climatique, et veulent maintenant usurper les vraies solutions climatiques avec de fausses solutions", a fustigé Catherine Abreu, fondatrice et directrice de l’ONG Destination Zero.

La COP28, accueillie par les Émirats arabes unis, sera donc un test majeur pour la crédibilité des États engagés à lutter contre le changement climatique. Et si leur intérêt est souvent remis en cause, ces grands-messes sont bien indispensables car ce sont les seuls espaces où des décisions sont prises sur le sujet, au niveau mondial. N’en déplaise aux médias français qui ont particulièrement boudé la COP27, à en croire le bilan tiré par Quota climat, avec seulement 1,4% du volume audiovisuel.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP27 : accord historique sur le financement des pertes et dommages, les pays du Sud enfin entendus

La COP27 de Charm el-Cheikh s'est achevée tard dans la nuit de samedi à dimanche 20 novembre. Les 196 pays présents se sont mis d'accord pour créer un nouveau fonds dédié aux pertes et dommages. Une décision historique. En revanche, les longues tractations de la fin n'ont pas permis...

COP27 : les cinq principales annonces à retenir

La COP27 de Charm el-Cheikh, en Égypte, doit officiellement se terminer ce vendredi 18 novembre. Mais les négociations promettent de jouer les prolongations tant les avancées ont été lentes au cours de ces deux semaines. En attendant un accord final, qui va se jouer en grande partie sur la...

COP27, semaine 2 : où en est le financement des pertes et dommages?

Sans surprise, la question des pertes et dommages devrait encore largement dominer les débats à la COP27 sur le climat qui se tient à Charm el-Cheikh, en Égypte, jusqu'à la fin de la semaine. Le lancement d'un nouveau fonds dédié semble difficile à obtenir avant 2024. Si de nombreux pays...

COP27 : pour les scientifiques, l’objectif 1,5°C est hors de portée

Alors que la première semaine à la COP27 s’achève, la nouvelle édition du Global Carbon Project, publiée ce vendredi 11 novembre, ne montre aucune évolution significative en matière de réduction des émissions carbone au niveau mondial, avec encore des niveaux records prévus pour 2022. Si...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Un monde nouveau Cyril Dion serie Arte

Avec sa nouvelle série "Un monde nouveau", Cyril Dion poursuit sa quête de récits inspirants

Le réalisateur de films et de documentaires propose une nouvelle série sur Arte. En trois épisodes, Cyril Dion raconte les histoires de femmes et d’hommes qui savent réinventer le quotidien afin de lutter contre le changement climatique et restaurer les écosystèmes. En proposant cette série, il...

Avion air france compensation carbone ODD ANDERSEN AFP

Greenwashing : Air France revient sur son option de compensation carbone sous la pression des associations

Air France a dû revoir sa copie. La compagnie proposait depuis cette année à ses passagers une option "environnement" pour réduire l’empreinte carbone de leur vol. Une pratique trompeuse selon plusieurs associations qui ont interpellé l’entreprise dans une tribune et une pétition. Si Air France a...

Datagir impact CO2 numerique

Mails, streaming, visio : l'impact carbone du numérique décrypté avec le simulateur "Impact CO2" de Datagir

Enfin un outil pour y voir plus clair sur l'impact carbone du numérique. Datagir et l'Ademe ont complété le simulateur Impact CO2 avec une catégorie "Numérique" qui estime les émissions de CO2 liées à nos usages du numérique et à la construction des appareils. Un outil aussi facile d'utilisation...

Chaleur canicule temperatures carte meteo iStock

"Il n’y a pas de doute sur le fait que 2022 sera l’année la plus chaude en France", Christine Berne, Météo-France

Alors que la COP27 vient de s'achever sans avancée réelle sur l'atténuation du changement climatique, la réalité nous rattrape. L'année 2022 a connu cinq épisodes de chaleur hors norme avec des conséquences de plus en plus dramatiques sur l'économie. De mai à octobre, les températures ont tour à...