Publié le 03 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

COP24 : la Pologne tente d’imposer sa vision d’une transition écologique juste

Les discussions à Katowice ce lundi 3 décembre vont porter sur une transition juste. La Pologne, qui accueille la COP24, la 24e conférence onusienne sur le climat, entend faire signer aux 30 chefs d'États présents une déclaration sur la "Transition Juste". Le pays est particulièrement concerné puisqu’il dépend à 80 % du charbon et compte 85 000 mineurs. Mais la France doit également y faire face avec le mouvement des gilets jaunes. 

Travailleur dans une mine de charbon DmyTo
Le secteur minier polonais emploie 85 000 personnes.
@DmyTo

C’est un thème cher à la Pologne, celui de la transition juste. En marge des négociations diplomatiques, le pays va présenter ce lundi 3 décembre à la COP24, sa "Déclaration de Silésie" en référence à la région minière qui accueille la 24e conférence onusienne sur le climat jusqu’au 14 décembre. Depuis plusieurs mois, la Pologne tente de faire émerger cette thématique alors que le pays compte 85 000 mineurs et est encore extrêmement dépendant du charbon pour son énergie.

Les signataires de la déclaration devront "reconnaître les défis auxquels sont confrontés les secteurs, les villes et les régions en transition qui se détournent des énergies fossiles et des industries à fortes émissions et l'importance d'assurer un avenir décent aux travailleurs touchés par la transition". Ils souligneront également les possibilités d'emploi offertes par la transition vers des économies à faibles émissions de gaz à effet de serre.

Ralentir la transition ? 

"Sur le papier, rien à dire sur cette initiative, indique Fanny Petitbon, en charge de la coordination de l’ONG Care. Mettre en place un dialogue social participatif, avec les syndicats et les territoires concernés, est plutôt une bonne chose. La transition écologique doit être accompagnée de mesures sociales."

D’autres observateurs craignent cependant que cette démarche ne soit qu’une excuse pour retarder le passage à une économie bas-carbone. Or le temps presse, comme le rappellent plusieurs études récentes. "Si le concept de transition juste est utilisé pour retarder le changement, il ne parviendra pas à faire le pont entre les travailleurs industriels locaux et les communautés affectées dans le monde entier", réagit Alexander Reitzenstein, conseiller chez E3G.

De son côté, le premier ministre fidjien, Frank Bainimarama, président de la OCP23, rappelle que "la justice exige aussi que les êtres humains qui sont confrontés à des phénomènes météorologiques extrêmes, à la montée des eaux ou à des changements dans l'agriculture, aient aussi la possibilité et les moyens de s’adapter." 

26 000 milliards de dollars de gains d'ici 2030

Cette déclaration fait également écho à la situation que connaît la France depuis quelques semaines. Le mouvement de protestation des Gilets jaunes a démarré en réaction à la hausse de la fiscalité écologique sur les carburants. Le Premier ministre Édouard Philippe a justement annulé sa venue au sommet pour consulter toute la journée les responsables des principales forces politiques du pays, ainsi que les figures du mouvement de contestation.

En septembre, un rapport de Commission mondiale pour l’économie et le climat indiquait qu’une transition bas-carbone pourrait générer 26 000 milliards de dollars de gains économiques cumulés, comparé à un scénario Business as usual, d’ici 2030. 65 millions d'emplois pourraient en outre être créés à cette échéance dans l’économie bas-carbone, soit l'équivalent de l'ensemble de la main-d'œuvre actuelle du Royaume-Uni et de l'Égypte. Et 700 000 décès prématurés dus à la pollution atmosphérique seraient évités. Reste désormais à convaincre mais surtout accompagner les principaux intéressés dans ce changement profond de cap.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP24 : cinq défis à relever pour espérer atteindre les objectifs de l'Accord de Paris

Jusqu’au 14 décembre, les 197 parties à la Ccnucc, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, se retrouvent à Katowice, en Pologne, pour la COP24. L’enjeu est de taille puisque trois ans après l’adoption de l’Accord de Paris, il s’agit d’adopter officiellement...

[Décryptage] Lors de la COP24 en Pologne, "King Coal" sera à l’honneur

La COP24 ouvre ses portes le 2 décembre en Pologne. En ces terres bâties sur le charbon, parler de transition énergétique et de bilan carbone ne sera pas une mince affaire. D’autant plus que le principal sponsor de l’événement sera le premier groupe minier polonais. Une manière, on ne peut...

Juste avant d’accueillir la COP24, la Pologne autorise la construction d'une centrale à charbon de 1 000 MW

Dans quelques semaines, en décembre prochain, la Pologne accueillera la COP24, un sommet climatique essentiel. Mais déjà, le pays hôte envoie un signal très négatif en annonçant la construction d’une centrale à charbon de 1000 mégawatts, une puissance équivalente à celle d’un réacteur...

L’Accord de Paris brûle-t-il ?

L'Accord de Paris est en danger. À deux mois de la COP24, à Katowice en Pologne, et après la publication d’un rapport choc du Giec, la dynamique nouée à Paris en 2015 doit à tout prix être relancée. Le texte signé à la quasi-unanimité des pays membres de l’ONU en décembre 2015 est plus que...

Climat : la "transition juste", un double défi

La "transition juste", concept porté par les syndicats, est bel et bien mentionnée dans l’Accord de Paris sur le climat. Mais comment cette nécessité de conjuguer transition énergétique et accompagnement des travailleurs concernés (notamment dans le secteur des énergies fossiles) se...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Grand debat national les questions sur la transition ecologique seraient biaisees PHILIPPE WOJAZER POOL AFP

Grand débat national : les questions sont biaisées sur la transition écologique selon les experts

Pas de question sur l'alimentation durable, les déchets, une transition écologique conditionnée à la compétitivité économique... les questions posées dans le grand débat national sur le thème de la transition écologique sont trop orientées estiment plusieurs experts. Une semaine seulement après son...

L antarctique fond six fois plus vite qu il y a quarante ans

[Le chiffre] La fonte des glaces dans l'Antarctique est six fois plus rapide qu'il y a quarante ans

Le phénomène de fonte de glace est plus grave encore que ce que les scientifiques estimaient jusqu'ici. L'Antarctique fond en réalité six fois plus vite que dans les années 80. Un problème grave qui provoque une hausse du niveau des océans et de la température de l'eau.

Coca cola va capturer le CO2 pour gazeifer son eau valser

[Science] Le groupe Coca-Cola va capturer le CO2 de l’air pour gazéifier son eau pétillante

C'est une technique pour le moins originale. Le groupe Coca-Cola, associé à la startup Climeworks, va capter le CO2 présent dans l'air pour former les bulles de son eau pétillante suisse Valser. Un moyen de lutter contre le réchauffement climatique, assure la startup dont le but est de capter 1 % du...

Voeux de francois de ruby au monde de l ecologie

Taxe carbone : François de Rugy défend une écologie de l'effort partagé

Lors de ses vœux au monde de l'écologie, le ministre François de Rugy a prôné une "écologie du citoyen" qui concilie à la fois les enjeux de fin du monde et ceux de fin du mois. Un message d'ouverture aux gilets jaunes. D'autant qu'il propose d'engager la discussion lors du Grand débat national sur...