Publié le 06 novembre 2017

ENVIRONNEMENT

COP23 : 2017, année la plus chaude enregistrée hors El Nino

Au-delà de l’année 2017 exceptionnellement chaude, le monde enregistre depuis 2013 la série de cinq années aux températures les plus élevées sur la planète depuis que les données météorologiques sont enregistrées. Ces mesures, émises par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), mettent les acteurs de la COP23 face à leurs responsabilités. 

Desert secheresse ranjb
Le monde s'oriente vers une hausse des températures de 3 °C, au lieu des 1,5 )C voulu par l'Accord de Paris.
Raajmb

2017 devrait être l'année la plus chaude recensée en l'absence du phénomène El Nino, depuis le début des relevés, indique l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un bilan publié lundi à Bonn à l'occasion de la COP23

2017 devrait être l'année la plus chaude recensée en l'absence du phénomène El Nino, depuis le début des relevés, indique l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un bilan publié lundi à Bonn à l'occasion de COP23 qui s’est ouverte lundi 6 novembre à Bonn en Allemagne.

"Les trois dernières années sont les plus chaudes qui aient jamais été enregistrées et s'inscrivent dans la tendance au réchauffement à long terme de la planète", souligne le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué.

2013-2017, une série noire

Sous l'effet d'un puissant Nino, 2016 devrait conserver son statut d'année la plus chaude, les années 2015, également traversé par ce phénomène météorologique, et 2017 se disputant la deuxième et la troisième place. El Nino vient tous les trois à sept ans affecter températures, courants et précipitations.

Signal encore plus net d'un réchauffement de fond, les années 2013 à 2017 sont bien parties pour constituer la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée, note l'agence de l'ONU dans ce bilan provisoire pour l'année.

Marquée par des événements extrêmes record, 2017 a aussi vu des ouragans d'une intensité inédite dans les Caraïbes et dans l'Atlantique, des pics à plus de 50°C en Asie, une sécheresse durable en Afrique de l'Est...

"Nombre de ces phénomènes – des études scientifiques approfondies en révéleront le chiffre exact – portent indiscutablement la marque du changement climatique causé par l'augmentation des concentrations de gaz à effet de serre engendrés par les activités humaines", souligne Petteri Taalas.

Une trajectoire 3°C

A Bonn les représentants de 196 pays doivent s'accorder sur les règles d'application de l'accord de Paris, qui vise à garder le réchauffement sous 2°C voire 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Selon plusieurs études, les engagements actuels des pays ne suffisent pas et conduisent à +3°C.

Les tendances de long terme vont toutes dans la mauvaise direction, souligne l'OMM. Les concentrations dans l'atmosphère des principaux gaz à effet de serre (GES) continuent de croître. Par rapport aux niveaux de 1750, les concentrations de CO2 et de méthane sont 1,5 et 2,5 fois supérieures.

La hausse du niveau de la mer et l'acidification des océans, entre autres indicateurs du changement climatique, se poursuivent. "L'océan absorbe jusqu'à 30% des émissions annuelles de CO2 produites par l'homme", relève l'OMM. "Mais cela a un coût", pour les coraux, l'aquaculture, la chimie élémentaire des mers.

L'étendue de la banquise de l'Arctique demeure inférieure à la normale tandis qu'en Antarctique, la banquise, stable auparavant, affichait un minimum record ou quasi record, ajoute l'OMM.

"Cela met en lumière les menaces croissantes pesant sur les populations, l'économie des pays et même les mécanismes de la vie sur Terre, si notre action ne devait pas être à la hauteur des objectifs de l'Accord de Paris", souligne Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention climat de l'ONU (CCNUCC), qui accueille la conférence de Bonn.

La Rédaction avec AFP


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Sport jeux olympiques biathlon Martin Fourcade JulienCrosnier DPPIMedia

COP24 : Le monde du sport veut monter sur le podium de la lutte contre le réchauffement climatique

Le monde du sport doit s'associer à l'effort pour endiguer le réchauffement climatique. Et le Comité international olympique (CIO) a l'intention de montrer la voie, a déclaré cette organisation lors de la 24e conférence de l'ONU sur le climat, en cours à Katowice en Pologne.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Climat : Woodside, premier énergéticien australien, se convertit à la taxe carbone

Le géant énergétique australien Woodside a demandé au gouvernement de réintroduire un système de taxe carbone. Un revirement de la part du pétrolier qui s'était jusqu'à maintenant fermement opposé à une telle mesure. Il rejoint les géants miniers BHP et Rio Tinto qui affirment vouloir agir face au...

Defile de mode Benjamin Suomela

COP24 : Adidas, Burberry, H&M, Puma... 43 marques de mode s'engagent à réduire leurs émissions de CO2

Les annonces se multiplient à la COP24 de Katowice à Pologne. Cette fois, ce sont 43 enseignes de mode, parmi les plus émettrices, qui s'engagent à réduire leurs émissions de 30 % d'ici 2030. Parmi les signataires de la charte pour l'action climatique, on trouve Gap, Esprit, Inditex, H&M ou encore...

Station essence Shell shell

Shell s’engage à lier la rémunération de ses dirigeants à l’atteinte d'objectifs climatiques

Sous la pression grandissante de ses investisseurs, Shell vient d’annoncer plusieurs engagements ambitieux en faveur du climat. Le pétrolier souhaite lier la rémunération de ses dirigeants à l’atteinte de ses objectifs climatiques. De plus, le géant anglo-néerlandais s’engage à quitter les groupes...