Publié le 15 novembre 2016

ENVIRONNEMENT

COP22 : climat en danger cherche leadership désespérément

Une semaine après son élection, la "menace Trump" pèse plus que jamais sur la COP22 et les négociations climatiques actuellement en cours à Marrakech. Et contraint les diplomates à redessiner une géopolitique du climat se passant du leadership américain. Un exercice auquel ils ne s’étaient pas préparés.

Cop22 chefs Etat Marrakech 15 novembre 2015 FADEL SENNA AFP
Une semaine après l'élection de Donald Trump à la présidence américaine, la sidération perdure. L’arrivée ce mardi à Marrakech de près de 180 chefs d’État et ministres changera-t-elle la donne ?
Fadel Senna / AFP

"Le leadership de la Chine et de l’Union européenne sur le climat et l’énergie verte est plus important que jamais." C’est Miguel Arias Canete, le Commissaire européen à l’énergie, qui l’affirme dans un tweet. "Nous nous sommes accordés pour booster cette coopération et nous allons faire une annonce importante prochainement", ajoute-t-il. 

Car il s’agit de combler le vide, abyssal, laissé par les États-Unis, dans la foulée de l’élection du climato-sceptique Donald Trump la semaine dernière. De fait, le binôme formé par Washington et Pékin a été décisif et a notamment permis l’adoption de l’Accord de Paris. L’action concertée des deux plus grands pollueurs de la planète, autrefois mis au pilori pour leurs blocages dans les négociations sur le climat, a entrainé un cercle vertueux sur l’action climatique mondiale, selon Thomas Spencer, de l’IDDRI.

 

"Pas préparés"

 

Mais depuis le 8 novembre, cette dynamique est sérieusement enrayée. Officiellement, les diplomates du climat s’efforcent de montrer leur optimisme. Et ne peuvent imaginer que les États-Unis se dégagent de leurs responsabilités climatiques. "Si les États-Unis sortent de l’Accord de Paris, qui souffrira le plus ? Le monde ou les États-Unis ? À mon avis, ce sont les États-Unis", affirme Manuel Pulgar Vidal, ex ministre de l’Environnement péruvien désormais directeur international de WWF, dans un entretien avec la presse française. 

Mais le langage policé ne peut cacher l’inquiétude qui pèse sur les négociateurs. "Nous n’étions clairement pas préparés à ce cas de figure", rapporte un délégué africain. "L’élection de Trump nous a tous pris par surprise. C’est un cauchemar. Nous sommes dans l’incertitude la plus complète." Et la nomination par le futur 45ème président des États-Unis de Myron Ebell, une figure très active du scepticisme climatique, pour assurer la transition au sein de l’Agence environnementale américaine (EPA), n’est pas pour rassurer la communauté internationale réunie à Marrakech. 

 

Le recours chinois

 

Pour Pierre Canet du WWF, "il y a un espace politique à prendre après les élections américaines". La Chine, qui, fait exceptionnel dans la diplomatie climatique, a par deux fois ouvertement et sévèrement critiqué les positions du candidat républicain, a affirmé qu’elle allait continuer sa politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L’Europe, discrète pendant la première semaine de ces négociations, cherche encore sa place. L’Allemagne, souvent citée en exemple pour son "energiewende" (transition énergétique), a présenté lundi 14 novembre son plan climat 2050, qui ajoute au trouble actuel : outre-Rhin, l’opposition critique un plan peu ambitieux, insuffisant pour limiter les émissions de gaz à effet de serre du pays. Des critiques sévères, qui dénoncent le blocage du ministère de l’Économie quant à une sortie du charbon par l’Allemagne

L’arrivée aujourd’hui de près de 180 responsables – chefs d’État et ministres – changera-t-elle la donne ? "Nous attendons qu’ils rappellent qu’ils sont prêts à continuer l’action et à l’accélérer, et qu’ils envoient un message fort à Trump et au reste du monde", a déclaré Célia Gautier, du Réseau Action Climat.

Claire Stam
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Trump président : à la COP22, des négociateurs déprimés mais pas résignés

Le candidat républicain climato-sceptique Donald Trump devient le 45ème président des États-Unis. Il prendra officiellement ses fonctions le 20 janvier 2017. À la COP22, qui se tient actuellement à Marrakech, le choc est palpable chez les négociateurs. Mais ils ne veulent pas céder à la...

Donald Trump, une victoire pour le charbon et les climato-sceptiques

Au terme d'une campagne très rude, c'est bien le républicain Donald Trump qui va accéder à la Maison Blanche. Quelles seront les conséquences de cette surprise électorale ? Les défenseurs de l'environnement voient le scénario catastrophe se préciser. Analyse de ce vote et de ses...

COP22 : le "cauchemar Trump" plane sur le début des négociations

Quelque 20 000 négociateurs et participants se retrouvent ce lundi 7 novembre à Marrakech pour deux semaines de négociations sur le climat. Il s’agit de s’accorder sur un mode d’emploi quant à la mise en application de l’Accord de Paris, adopté en décembre dernier et entré en vigueur...

Climat : le plus difficile commence

La COP22 s'ouvre ce lundi à Marrakech. Si elle n'aura pas le même écho que le sommet mondial sur le climat qui s'est tenu à Paris l'an dernier, cette 22ème conférence des Parties revêt un enjeu primordial. Les modalités d'application de l'Accord de Paris devront être négociées. Le...

COP22 : un sommet mondial pour entretenir la dynamique sur le climat

Ce lundi 7 novembre s’ouvre à Marrakech (Maroc) la 22ème Conférence mondiale sur le climat (COP22). Les négociateurs batailleront autour de trois grands enjeux : la négociation des règles de l’Accord de Paris (rule book), le relèvement du niveau d’ambition des contributions nationales pour...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Orage foudre montpellier Pascal Guyot AFP

Sécheresse, canicule, feux et orages violents : le cercle vicieux du changement climatique

Après des mois de sécheresse, des températures records et des forêts dévorées par les flammes, c'est au tour de violents orages de frapper la France. Un "cercle vicieux" lié au changement climatique qui intensifie et multiplie ces phénomènes. Face à cette instabilité, les prévisionnistes ont de plus...

Pompage petrole CC0 01

Shell, BP… Les objectifs climats de géants des hydrocarbures incompatibles avec l’Accord de Paris

1,81°C d'ici 2069 pour Shell, 1,73°C pour Equinor... Des chercheurs ont passé au crible les objectifs climatiques de géants du pétrole et du gaz. Sans surprise, aucun n'arrive à limiter son réchauffement à +1,5°C, rendant leur trajectoire d'émission incompatible avec l'Accord de Paris.

Fresqueduclimat

Climat, biodiversité, mobilité, nouveaux récits et textile : cinq fresques à découvrir sur la transition écologique

Tout a démarré avec la Fresque du climat, créée en 2018, afin de sensibiliser au changement climatique. Déjà suivie par plusieurs dizaines de milliers de personnes, elle a fait des émules sur différents sujets. L’objectif est de former par le jeu sur des enjeux complexes et ainsi pousser à l’action....

IStock 1152368018 1 01

Pêche illégale, braconnage... session de rattrapage à l'ONU pour tenter de réguler la haute mer, le Far West des océans

Ce nouveau rendez-vous accouchera-t-il d'un traité ambitieux ? Braconnage, pêche illégale... la haute mer est aujourd'hui considérée comme une zone de non-droit alors qu'elle représente 64 % des océans. Les Etats membres de l'ONU vont tenter de réguler ces espaces de biodiversité. L'enjeu est de...