Publié le 06 octobre 2015

ENVIRONNEMENT

COP21 : le nouveau brouillon du texte de négociation épuré et clarifié

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), les deux co-président de l’Assemblée des négociateurs aux Nations unies, l’Algérien Ahmed Djoghlaf et l’Américain Dan Reifsnyder, ont publié lundi 5 octobre un texte de négociation épuré et clarifié. Ce document servira de base aux travaux que doivent reprendre les 196 parties lors de l’ultime séance préparatoire à Bonn qui se tiendra du 19 au 23 octobre.

Les 2 co-présidents de l'assemblée des négociateurs, l'Américain Daniel Reifsnyder et l'Algérien Ahmed Djoghlaf, le 8 fevrier 2015 à Genève.
IISD / ENB

C’est un outil de négociation clair et concis que les deux co-président ont publié lundi 5 octobre. Allégé, - il passe de 90 à 20 pages - ce nouveau document précise les deux piliers du futur texte de négociation : le "projet d’accord" et le "projet de décisions". 

Ahmed Djoghlaf et Dan Reifsnyder ont respecté le mandat qui leur avait été confié par les négociateurs à la fin de la dernière réunion à Bonn le 4 septembre. Il s’agissait pour les deux diplomates de répondre aux reproches qui avaient été émis lors d’une séance plénière houleuse. Un grand nombre de délégués étaient en effet intervenus pour se plaindre de la lenteur du rythme des négociations.

 

Élagage

 

La première partie regroupe en 26 articles les éléments qui devront figurer dans un accord juridiquement contraignant, à savoir les mesures d’atténuation, d’adaptation, la finance, le transfert technologique des pays du Nord vers les pays du Sud, etc. Surtout, l’article 5 est uniquement consacré au thème des "pertes et préjudices" : les deux co-président ont ici pris en considération une des demandes majeures des pays en développement lors des précédentes séances de négociations.

La seconde partie est consacrée aux décisions à prendre pour la mise en œuvre des mesures définies dans la première. Les deux co-présidents ont effectué un important travail d’élagage, un grand nombre de négociateurs s’étant plaint lors de la dernière séance à Bonn que "l’outil" mis à leur disposition ne s’apparentait qu’à une "compilation de trop nombreuses options". L’appel a été visiblement entendu : la deuxième partie du document présenté réduit considérablement le nombre d’options.

 

Encore trop de formulations

 

Mais si dans la partie "atténuation", le texte ancre bien l’idée d’un objectif de long terme de réduction d’émissions, sept formulations - dont "pic des émissions mondiales", "zéro émission", "neutralité carbone" ou "neutralité climatique", etc. - sont encore proposées ! Or elles n’ont pas toutes la même implication et aucune date n’est mentionnée pour l’atteinte de ces objectifs…

Une avancée toutefois, comme l’avaient suggéré les ministres participants à la réunion informelle de juillet 2015 : le texte propose de soumettre les contributions nationales - Intended Nationally Determined Contributions (INDC), dans le jargon onusien - à un mécanisme de révision qui pourrait avoir lieu tous les cinq ans.

 

Manque d’ambition 

 

"La forme juridique du futur accord de Paris commence à prendre forme. Ce texte permettra des avancées concrètes et importantes lors des prochaines négociations à Bonn", se félicite Martin Kaiser, responsable de la politique climat international chez Greenpeace. 

Mais il apporte un bémol en ce qui concerne l’ambition du texte à venir : le document qui vient d’être publié exclut selon lui les options qui sont indispensables si l’on veut aboutir à un accord "fort et ambitieux". Ainsi, il regrette que l’action politique internationale ne se retrouve pas dans le document. "Les objectifs de long terme ignorent les options proposées par les chefs d’Etat lors de leur rencontre en septembre à New York, à savoir la décarbonisation de l’économie et l’objectif de 100 % d’énergies renouvelables. Si nous voulons contenir les hausses de températures en deçà des 2°C ou même du 1,5°C, il faut accélérer la décarbonisation de l’économie. Et le seul moyen d’y parvenir, c’est par une transition vers 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2050".

Ce nouveau texte de négociation est encore un document non officiel. Même s’il propose aux délégués un cadre de pourparlers et qu’il a été écrit sur commande des négociateurs, il n’a pas de caractère formel. Aux 196 parties d’en faire bon usage lors de la prochaine et ultime séance préparatoire à Bonn qui débute le 19 octobre.  

Claire Stam, correspondante à Francfort
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Carbon Risk : une application pour mesurer l'urgence climatique

Comment rendre concrets les impacts économiques et financiers du réchauffement climatique? C'est en essayant de répondre à cette question que notre application "Carbon Risk"est...

COP 21 : les industriels de la chimie veulent lutter contre le réchauffement climatique mais en restant compétitifs

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), l’industrie de la chimie veut elle aussi jouer sa partition. Si elle a pu contribuer à hauteur de 40% à...

Laurence Tubiana : "la COP 21 est la meilleure chance que nous ayons eue jusqu'ici pour lutter contre le changement climatique"

A J-58 de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris (COP 21), le bal des engagements s’accélère. 143 Etats ont rendu leur plan de lutte contre le changement climatique (INDC) à l’Organisation des Nations Unies (ONU) et les entreprises multiplient les annonces...

À quoi servent les contributions climatiques avant la COP 21 ?

Depuis février 2015 et la contribution de la Suisse, une centaine de pays ont soumis à l’ONU leurs " contributions climatiques ", appelées INDC (

Intended Nationally...

Le Brésil affiche son ambition climatique avant la COP 21

À la tribune des Nations Unies, Dilma Roussef, la présidente brésilienne, a annoncé un objectif de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 37 % d’ici 2025 par rapport à 2005. Une contribution ambitieuse, saluée par de nombreux spécialistes du climat, mais jugée irréaliste par...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Fuite Nord Stream1 Danish Defence

Fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 : un impact sans précédent sur le climat ?

S'il est encore difficile d'estimer précisément la quantité de gaz qui fuit dans la mer Baltique et la quantité de méthane qui sera relâchée dans l'atmosphère, les quatre fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, reliant la Russie à l'Allemagne, vont avoir des conséquences certaines sur...

Objectif rate cible NDC istock DNY59

COP27 : Les pays les plus émetteurs ont échoué à revoir leurs objectifs climatiques à la hausse

Les pays les plus riches du monde, ceux qui sont les plus responsables du changement climatique, ont échoué à revoir leurs objectifs climatiques avant la COP27 de Charm el-Cheikh, en Égypte, début novembre. La plupart des pays du G20, qui représentent à eux seuls 80 % du PIB mondial, n'ont pas...

Loi climat justice balance istock

Avant la COP27, des ONG brandissent la menace des procédures judiciaires en cas d’inaction climatique

À quelques semaines de la COP27, les ONG mettent la pression sur les gouvernements du monde entier. Elles se disent déterminées à utiliser l’arme judiciaire si aucune décision d'ampleur n’est prise pour lutter contre le dérèglement climatique. Au total, plus d’une vingtaine d'associations, dont...

Somalie refugie secheresse 2022 Yasuyoshi Chiba AFP

La famine progresse dans les pays vulnérables, amplifiée par les catastrophes climatiques

Somalie, Haïti, Kenya, Afghanistan, Guatemala… Le risque de famine progresse de façon alarmante dans le monde et les conséquences du réchauffement climatique aggravent le phénomène. Une étude d’Oxfam sur dix pays particulièrement exposés aux catastrophes climatiques, comme la sécheresse, montre que...