Publié le 03 décembre 2015

Cop21 logo

ENVIRONNEMENT

COP21 : un accord sur le financement, seule garantie de succès

Les co-présidents de l’assemblée des négociateurs ont remis jeudi 3 décembre un projet de texte de négociations sur la base du document publié à Bonn (Allemagne). Il compile les résultats des négociations en groupes thématiques (adaptation aux impacts du réchauffement climatique, transfert de technologie, objectifs de long terme, etc.) entamées depuis l’ouverture de la Conférence climat. Ce qu’il en ressort : un accord à Paris n’est pas envisageable tant que la question du financement ne sera pas réglée.

Nozipho Joyce Mxakato Diseko ambassadrice afrique du sud représentante G77 photo IISD
Nozipho Mxakato Diseko, ambassadrice pour l'Afrique du Sud et représentante du G77 à la COP21.
Crédit: IISD

On ne peut être plus clair. "Tout dépendra du règlement de la question du financement", lâche Nozipho Mxakato-Diseko, ambassadrice de l'Afrique du Sud et très influente représentante du G77, devant un parterre de journalistes. "Elle scellera l’accord de Paris, ou le détruira".   

Le G77 est l'un des principaux groupes de négociation à la Conférence de Paris. Comme son nom ne l’indique pas, il est composé de 133 pays en développement et il est présidé depuis le début de cette année par l’Afrique du Sud. Depuis Copenhague, son influence n’a cessé de grandir, reflétant les transformations géopolitiques dans le monde de ces dernières années. Ce groupe compte en effet des poids lourds comme la Chine, l’Inde ou encore le Brésil. Aussi, quand les représentants de ce groupe tapent du poing sur la table, on les écoute.   

 

Deux blocs se font face   

 

La garantie d’un soutien financier des pays développés aux pays en développement reste son principal cheval de bataille. Pour bien comprendre l’enjeu sur lequel se cristallisent actuellement les discussions, il faut effectuer un petit retour en arrière : en 2009, à Copenhague, les négociations s’étaient achevées sur la promesse formulée par les pays développés de verser 100 milliards de dollars par an aux pays en développement. Il s’agissait de leur permettre de s’adapter aux effets du réchauffement climatique. Là ou le bât blesse, c'est que ces promesses n'ont jamais été concrétisées. Ce n'est qu'à l’approche de la COP21, que les choses ont commencé à s'accélérer avec les annonces récentes des banques de développement notamment. Mais là encore, il reste à transformer ces engagements.

Fort de ce constat, le G77 exige des garanties. Face à eux, un certain nombre de pays font bloc car ils refusent d'être contraints de verser les contributions promises. Qui ? L’Ambassadrice n’a pas voulu les nommer. Mais tous les regards se tournent désormais vers le groupe de l'ombrelle qui regroupe notamment les Etats-Unis, l'Australie, le Canada et le Japon.   

Les positions vont-elles (enfin) bouger ? En guise de réponse, Nozipho Mxakato-Diseko a signalé que des représentants du G77 avaient rencontré jeudi matin des représentants de l’Union européenne. Cet indice peut être indicateur d’espoir : pendant les négociations climatiques, l’Union européenne joue souvent le rôle de faiseur de compromis. Beaucoup de pays du Sud appellent l'Europe à jouer ce rôle. Ses intentions n'ont pas été très claires jusqu'à présent.   

 

Des avancées malgré tout  

 

Le texte présenté par les deux co-présidents, l’Algérien Ahmed Djoghlaf qui représente les pays du Sud, et l’américain Daniel Reifsnyder, qui représente les pays du Nord, présente cependant quelques points positifs. Selon Pierre Cannet, responsable du programme Energie et Climat au WWF France, "les négociateurs ont su faire preuve de discipline cette fois-ci (par rapport à Copenhague en 2009, NDLR) puisque le texte de discussion n'a pas été rallongé. Celui remis ce matin montre que des sujets comme les objectifs de long terme sur l’adaptation, les réductions d’émissions de gaz à effet de serre ou encore les mesures à prendre avant 2020, date de l'application de l'éventuel accord de Paris, ont fait l’objet, à la marge, de quelques avancées ces deux derniers jours".

Claire Stam
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP21 : La Chine, l’Inde et les pays en développement réclament une véritable "justice climatique"

Dans son discours inaugurant la 21ème Conférence onusienne du climat, le président de la République, François Hollande, appelle à un accord ambitieux placé sous le signe de la justice climatique. Un appel entendu. La Chine, l’Inde, les pays émergents et en développement s’unissent pour...

COP21 : des négociations en poupées russes

Après les annonces des chefs d’Etat et de gouvernement, les négociations ont réellement commencé. Les quelque 10 000 délégués sont maintenant à pied d’œuvre pour remettre au président de la COP21, Laurent...

COP21 : l’aide du Nord, une question de "vie ou de mort" pour les pays du Sud

En tapant du poing sur la table dès l’ouverture des dernières négociations préparatoires avant la conférence de Paris, les pays en développement ont profondément modifié la donne dans le jeu complexe de la diplomatie climatique. Ils ont rappelé qu’ils font déjà face aux dévastations...

100 milliards de dollars pour la transition énergétique du Sud : le défi financier à relever pour un accord à Paris

C’était l’une des promesses faites à Copenhague, en 2009. En contrepartie d’un futur accord reposant sur des contributions libres et volontaires des Etats, les pays développés ont assuré qu’ils verseraient 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 aux pays en développement pour les aider...

Seyni Nafo (porte-parole du groupe africain de la COP21) : "l’Afrique ne signera pas un accord sans ambition"

Continent particulièrement vulnérable au changement climatique et pourtant peu émetteur de gaz à effet de serre, l’Afrique va devoir hausser le ton lors de la conférence sur le climat de Paris. C’est bien ce que compte faire le Groupe africain qui représente 54 pays et près d’un milliard...

Le Fonds vert : un outil de financement de la lutte contre le changement climatique très politique

Initié en 2009 à Copenhague, le Fonds vert pour le climat, doit permettre de canaliser les financements des pays développés vers des projets d’adaptation et d’atténuation dans les pays en développement. Aujourd’hui, celui-ci a réuni un peu plus de 10 milliards de dollars de dollars auprès...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...

Haut conseil pour le climat JULIEN DE ROSA AFP

Le Haut conseil pour le climat appelle à un "sursaut" de la France

C'est un appel à un "sursaut" qu'a lancé le Haut Conseil pour le climat dans un nouveau rapport publié le 29 juin. L'instance pointe un "risque majeur" de ne pas atteindre les objectifs climatiques renforcés pour 2030. Un message fort qui intervient au moment où la ministre de la Transition...

New normal meteoo

Réchauffement climatique : Météo France revoit à la hausse ses "normales" saisonnières

Paris prend les températures de Bordeaux, Strasbourg celles de Lyon... La mise à jour des normales de saison dessine une France plus chaude et plus sèche, particulièrement dans l'Est, et au printemps et en été. Sur la nouvelle période de référence 1990-2020, Météo-France a calculé une hausse des...

G7 club climatique JOHN MACDOUGALL POOL AFP

Le G7 créé un "club climatique", une diplomatie "commando" contre le réchauffement

Les dirigeants du G7 réunis en Allemagne ont annoncé le 28 juin la création d'un "club climatique". Face à l'échec des pays actuels à respecter la trajectoire de l'Accord de Paris, ce "commando" sera chargé de coordonner et de renforcer la lutte contre le changement climatique. Si l'initiative est...