Publié le 18 septembre 2015

ENVIRONNEMENT

A deux mois de la COP 21, l'Union Européenne manque d'ambition

Présenté comme l’un des plus ambitieux engagements climatiques à l’approche de la COP 21, l’objectif européen repose encore sur des incertitudes non-négligeables. En effet, selon les calculs de l’ONG Carbon Action Network (CAN), les émissions cumulées de l’UE pourraient varier de 37 à 43 milliards de tonne de CO2 entre 2021 et 2030, soit un écart de 14% en fonction des mesures choisies pour les mettre en œuvre. Le CAN appelle l’Europe à viser plus haut, tandis que se tient aujourd’hui un conseil de l’environnement qui doit acter la position de l’Union pour la COP 21.

Pour la COP21, la Commission européenne s'est prononcée pour une réduction de 60% à 2050.
iStock

Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030, c’est l’engagement - a priori - ambitieux qu’a pris l’Union Européenne en mars 2015 en vue de la COP 21. Une ambition remise en cause par l’ONG Carbon Action Network dans une étude publiée récemment. D’après ses calculs, les réductions d’émissions de l’Europe entre 2021 et 2030 sont incertaines à hauteur de six milliards de tonnes de CO2.


Le montant de 6 milliards de tonnes est calculé à partir de quatre facteurs à prendre en compte ou non dans le calcul de l’objectif pour 2030, à savoir :
- Le transfert ou non des surplus du marché du carbone ETS après 2020 : 2,6 milliards de tonnes
- La prise en compte ou non des émissions du secteur de la forêt : 1,835 milliard de tonnes
- La fixation de la date de référence des objectifs pour les secteurs hors-ETS : 0,878 milliard de tonnes
- Le transfert ou non des surplus d’émissions des secteurs hors-ETS après 2020 : 0,7 milliard de tonnes

 

L’Europe doit s’engager pour 2025


"La plupart des décisions d’application et de déclinaison de l’objectif pour 2030 ont été repoussées à l’après conférence de Paris", déplore l’ONG. Selon le scénario choisi, les émissions de l’UE cumulées sur cette période pourraient donc varier de 37 à 43 milliards de tonnes de CO2. Dans le moins ambitieux des scénarios, les émissions européennes en 2030 seraient à peine plus faibles que celles déterminées par son objectif pour l’année 2020.


Le Climate Action Network appelle donc l’Europe à sortir du flou entourant son engagement et à en préciser les modalités d’application. "Les leaders européens doivent envoyer au monde un message clair selon lequel ce scénario a minima ne se produira pas."

L’ONG plaide notamment pour que l’UE s’engage, comme pour le protocole de Kyoto, sur des périodes plus courtes (par intervalle de cinq ans) à la fin desquelles il serait possible de revoir à la hausse les ambitions de réduction des émissions.

Le CAN juge également "essentiel" que les émissions provenant du transport international (aviation et trafic maritime) soient prises en compte dans le budget carbone européen.

 

Divergences sur les objectifs à long-terme

 

Ce vendredi, les ministres de l’environnement de l’Union européenne doivent justement s’accorder sur une position commune en vue de la conférence climatique de Paris (COP 21). Si l’objectif de réduire d’au moins 40% leurs émissions de CO2 d’ici 2030 par rapport à 1990 est acté, les États membres sont encore divisés sur les objectifs à long terme.


Certains pays, dont la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, sont réfractaires à un objectif de réduction de 60% à l’horizon 2050 par rapport à 2010. Ils préfèrent garder la fourchette large proposée par le GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui va de 40 à 70% de réduction des émissions de CO2.


Par ailleurs, à l’horizon 2100, la Commission européenne souhaite reprendre la position du G7. Réunis en juin dernier, les membres des sept pays les plus industrialisés du monde ont annoncé par la voix de la chancelière allemande, Angela Merkel, la décarbonation complète de l’économie mondiale "au cours de ce siècle".


L’objectif pour la Commission européenne est de mettre la pression sur les autres pays afin d’arriver à un accord ambitieux pendant la COP 21. "Si Paris ne peut constituer une réponse au défi que pose le changement climatique, il s’agit néanmoins d’un moment extrêmement important pour sensibiliser et créer un certain niveau d’ambition. Nous avons donné l’objectif de réduction le plus important. Il correspond à des législations concrètes qui nous donnent l’assurance d’arriver à -40% d’émissions de CO2 en 2030. Nous attendons la même rigueur de la part de nos partenaires", a expliqué Pierre Schellekens, chef de cabinet adjoint de Miguel Arias Cañete, le commissaire européen à l’énergie et au climat, lors d’un déjeuner de presse organisé à Bruxelles le 15 septembre.


Reste que pour l’instant, l’engagement européen n’est jugé ni "ambitieux" ni "équitable" par le Carbon Action Network, qui appelle l’Europe à revoir à la hausse ses ambitions avec un objectif de réduction d’au moins 55% en 2030.

Concepcion Alvarez et Gary Dagorn
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP 21 et contributions INDC : vers un réchauffement de 3°C ?

À trois mois de la COP 21, le RAC réclame à la France une exemplarité climatique

À 88 jours de la COP 21, le Réseau Action Climat (RAC) a décidé de hausser le ton. Sa directrice, Morgane Creach, estime que la France "est en retard dans tous les domaines de la transition énergétique". Cinq ONG environnementales - WWF, OXFAM, les Amis de la Terre, Greenpeace et la FUB -...

Protocole de Kyoto : comment une partie du dispositif a échoué à réduire les émissions de gaz à effet de serre

Une étude de l’Institut de Stockholm pour l’Environnement (SEI), publiée lundi 24 août, révèle que le mécanisme de la Mise en œuvre Conjointe (MOC) du protocole de Kyoto n’a pas forcément réduit les émissions de gaz à effet de serre (GES). Le SEI estime en effet que la différence entre les...

Le Parlement européen réclame plus de transparence aux entreprises de l'Union européenne

Reporting pays par pays, fidélisation des actionnaires et Say on Pay. C’est ce qu’ont réclamé les parlementaires européens, mercredi 8 juillet, aux grandes entreprises et firmes européennes cotées. Un vote obtenu de haute lutte, et qui ouvre la voie à une plus grande transparence des...

Climat : les entreprises européennes veulent peser sur les négociations

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Assemblee nationale PLFR3

PLFR3 : Les entreprises aidées publiquement sont désormais soumises à des engagements écologiques

L'Assemblée nationale vient d'adopter en première lecture le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR3). Demandée depuis le début du confinement par de nombreux élus et ONG, l'écoconditionnalité des aides versées aux grandes entreprises est entérinée. Les grandes entreprises dans...

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...

Jeanne barseghian maire ecolo de Strasbourg PATRICK HERTZOG AFP

État d’urgence climatique déclaré à Strasbourg et Bordeaux, deux villes emportées par des écologistes

C'est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l'état d'urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci...

Le Haut conseil pour le climat torpille la politique climatique de la France dans un nouveau rapport

La France n'est toujours pas sur la bonne trajectoire climatique pour atteindre la neutralité carbone en 2050, alerte une nouvelle fois le Haut conseil pour le climat. Installée par Emmanuel Macron fin 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, l'instance est la vigie de l'action climatique du...