Publié le 23 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Michael Bloomberg donne 4,5 millions de dollars à l’ONU pour compenser (un peu) le retrait américain de l’Accord de Paris

C’est un geste de panache de l’ancien maire de New York et grand défenseur de Bloomberg. Celui-ci a décidé de payer de sa poche une petite partie de la contribution financière des États-Unis à la lutte contre le changement climatique. Depuis que Donald Trump a annoncé le retrait américain de l’Accord de Paris, Washington n’honore plus ses engagements.

Michael Bloomberg COP23 americas Pledge Hennings Kaiser DPA
Michael Bloomberg lors de la COP23 à Bonn en 2017.
@DPA/PledgeHenning

L'ancien maire de New York, le milliardaire et philanthrope Michael Bloomberg, s'est engagé à donner 4,5 millions de dollars pour remplir les engagements des Etats-Unis envers l'accord de Paris pour le climat, que Donald Trump a décidé de quitter.

"L'Amérique a pris un engagement et en tant qu'Américain, (je pense que) si le gouvernement ne le fait pas, nous avons tous une responsabilité", a dit Michael Bloomberg à la chaîne CBS. "Je peux le faire", a ajouté le richissime homme d'affaires. "Donc oui, je vais leur envoyer un chèque pour les fonds que l'Amérique avait promis à l'organisation, comme si elle l'avait reçu de la part du gouvernement fédéral".

Bien sûr, cette donation est loin de couvrir la promesse de contribution des États-Unis, qui s’élève à 3 milliards de dollars. Mais elle assurera le financement américain du secrétariat du changement climatique de l'ONU.

Un retour américain

En juin dernier, le Président américain Donald Trump avait annoncé que les Etats-Unis allaient se retirer de l'accord historique signé par 195 pays à Paris en décembre 2015 sous l'égide de l'ONU. Quelques jours après cette annonce choc, Michael Bloomberg avait soumis aux Nations unies une lettre signée par plus de 1 000 organisations, entreprises et autorités locales américaines, prêtes à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Parmi les signataires, figurent les puissants États de New York et de Californie et des centaines d'entreprises comme les géants Apple, Google et Amazon, qui ont dénoncé le retrait des Etats-Unis comme une "grave erreur".

Donald Trump a laissé entendre qu'il pourrait accepter un éventuel retour des États-Unis au sein de l'accord de Paris, mais seulement si de vastes changements étaient apportés au texte. Michael Bloomberg a dit espérer que le président change d'avis d'ici le prochain paiement attendu des Etats-Unis. "Il est connu pour changer d'avis", assure-t-il. " L'Amérique fait partie du problème. L'Amérique est (aussi) une grande partie de la solution et nous devrions intervenir pour aider le monde à stopper une catastrophe potentielle" ajoute-t-il.

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...

Mesures fiscales cco 01

Un impôt sur la fortune climatique : l'idée fait son chemin avant les présidentielles

Des termes différents, ISF Climat, ISF climatique ou ISF grand pollueur, recouvrent une même idée : celle d'une taxe verte sur les ménages les plus fortunés. Un projet imaginé par Greenpeace, repris par de multiples candidats de gauche avant l'élection présidentielle. Mais est-ce vraiment la...

Voilier cargo Grain de Sail @graindesail

La Bretagne lance sa filière de transport maritime à voile

À l'abordage ! La Bretagne se lance à l'assaut d'une toute nouvelle filière : le transport maritime à voile. La région entend devenir pionnière en la matière. Un créneau prometteur, dans un contexte où le secteur du transport maritime s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de...